lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes enseignants en grève dans 31 villes en Iran

Les enseignants en grève dans 31 villes en Iran

Les enseignants en grève dans 31 villes en Iran

Par Hamideh Taati

Les enseignants d’au moins 31 villes iraniennes ont participé dimanche à une grève nationale pour protester contre le régime et les organisateurs indiquent que la grève durera trois jours. Les enseignants, qui refusent d’aller en classe et organisent des sit-in dans les bureaux de l’école, exigent :

• des salaires en phase avec l’inflation en Iran, car actuellement, les revenus des enseignants sont de deux tiers environ inférieurs au seuil de pauvreté

• l’annulation des contrats gouvernementaux avec des assurances complémentaires inefficaces qui aggravent les conditions de vie des travailleurs du secteur de l’éducation en Iran

• les fonds supplémentaires pour le secteur de l’éducation dans le budget qui entrera en vigueur le 21 mars prochain

• la gratuité de l’enseignement pour tous

• le respect des droits des minorités

• la libération de plusieurs enseignants militants emprisonnés par le gouvernement pour avoir défendu la cause des enseignants

• l’élimination de tous les obstacles juridiques à la liberté des activités des associations de travailleurs et des enseignants.

• la suspension des politiques monétaires scolaires

De nombreux élèves se sont joints à leurs enseignants dans ces grèves.

Parmi les villes qui ont déjà rejoint la grève, il y a Babol, Ispahan, Tabriz, Karaj, Kermanshah, Qazvin, Sanandaj, Ardebil, Buin Zahra, Kurdistan, Najaf Abad, Sari, Shahreza, Qorveh, Takestan, Hamedan, Marivan, Yazd, Iranshahr, Mohammadiyeh, Muchesh, Téhéran, Torbat-e Heydarieh, Ziviyeh, Jolfa, Mashhad, Ourmia, Falavarjan, Shiraz, Nishapur et Saqqez.

La Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne rapporte que les femmes sont fortement impliquées dans cette grève, comme elles l’ont été lors des grèves précédentes des enseignants et d’autres manifestations à travers le pays.

Elle a écrit : « Alors que les manifestations et les protestations se multiplient et prennent de l’ampleur dans plusieurs secteurs de la société iranienne, le régime se trouve de moins en moins capable de maintenir son emprise sur le pouvoir et de réprimer la voix de la justice. »

Au cours de l’année écoulée, les enseignants, comme de nombreux travailleurs en Iran, ont organisé des dizaines de rassemblements pour revendiquer leurs droits. Ils ont également protesté contre les difficultés économiques, la corruption gouvernementale et le manque de liberté politique.

En mai, octobre et novembre, la grève des enseignants a duré plusieurs jours, et de nombreux enseignants et militants des droits humains ont été arrêtés en novembre.

En décembre, des enseignants et des étudiants ont organisé des manifestations non déclarées à Hamedan et à Kermanshah, qui ont attiré l’attention des médias et suscité d’autres manifestations à Yazd, Tabriz et Ispahan.

En dépit d’une lourde répression du régime, notamment des attaques des forces de sécurité contre les enseignants à coups de matraques et de gaz poivré, les enseignants d’Ispahan ont poursuivi leurs manifestations pendant plusieurs jours.

Les manifestations se sont également multipliées dans diverses villes en janvier et février.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe