lundi, février 6, 2023
AccueilActualitésActualités: SociétéLes cyber-attaques du régime iranien sur les médias sociaux

Les cyber-attaques du régime iranien sur les médias sociaux

Facebook Tweeter Iran

Selon une société de cyber-sécurité, Facebook, Twitter et Alphabet (la société mère de Google) ont supprimé mardi des centaines de comptes liés à des acteurs Iraniens qui faisaient la promotion du programme géopolitique du régime Iran.

La campagne iranienne visant à diffuser les visés du régime par le biais d’un réseau de faux sites Web d’informations et de personnages frauduleux sur Facebook, Instagram, Twitter, Google Plus et YouTube, a été découverte par la société de cyber-sécurité FireEye Inc, qui a découvert que la campagne visait des utilisateurs aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Amérique latine et au Moyen-Orient.

Cela a permis d’établir des comparaisons avec les campagnes d’influence en ligne de la Russie, mais FireEye est partie du postulat que les mêmes tactiques sont utilisées pour des raisons très différentes.

Cette annonce a été faite dans un contexte d’inquiétudes croissantes au sujet des tentatives étrangères pour perturber les élections de mi-mandat aux États-Unis en novembre, mais FireEye a déclaré que l’activité iranienne ne semblait pas « dédiée » à influencer les élections à venir, bien que de nombreuses publications aient critiqué Donald Trump et sa décision de se retirer de l’accord nucléaire.

Lee Foster, analyste des opérations d’information chez FireEye, a déclaré : « [Ceci] pourrait suggérer qu’une tentative plus active d’influencer le discours politique national américain [est une cours, mais] nous ne l’avons pas encore perçue. »

Selon FireEye, l’activité centrée sur les États-Unis a augmenté de façon spectaculaire après l’entrée en fonction de Trump, bien que les noms de domaine des faux sites Web « US Journal » et « Liberty Free Press » aient été enregistrés quelques années auparavant et soient restés inactifs.

Bien que la société FireEye n’ait pas été en mesure de lier les comptes à une organisation ou à des personnes spécifiques, elle a fait état d’une « confiance modérée » au sujet des origines iraniennes en fonction des informations dont elle dispose, notamment les numéros de téléphone des utilisateurs, les adresses électroniques, les inscriptions sur les sites Web et le moment d’activité du compte. Cependant, tout lien avec l’Iran doit être considéré comme les actions du régime iranien, car il ne s’agit pas d’actions entreprises par des pirates solitaires intéressés par des gains monétaires.

Facebook a indiqué qu’elle avait supprimé 254 pages et 392 comptes sur Facebook et Instagram, dont certains avaient des groupes et des événements qui leur étaient liés. L’entreprise a déclaré que des centaines de milliers de personnes ont suivi une ou plusieurs de ces pages et comptes.

Facebook a également déclaré que les comptes ont dépensé environ 12 000 dollars pour faire de la publicité sur Facebook et Instagram, dont l’entreprise a informé le Trésor américain et les départements d’État, car il pourrait s’agir d’une violation des sanctions.

Twitter a qualifié l’effort iranien de « manipulation coordonnée » et a supprimé 284 comptes.

Ni Alphabet ni la mission des mollahs auprès des Nations Unies n’ont répondu à une demande de commentaires.