vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes attaques du Hezbollah servent de diversion à l'Iran

Les attaques du Hezbollah servent de diversion à l’Iran

Les attaques du Hezbollah servent de diversion à l’Iran par Rowan Scarborough

The Washington Times – (Extraits) L’attaque du Hezbollah le 12 juillet contre Israël est considérée par l’administration Bush comme une tentative de briser l’unité avec laquelle l’occident porte toute son attention sur l’Iran pour qu’il cesse d’enrichir de l’uranium à usage militaire.

Le Hezbollah, qui est financé et entraîné par les gardiens de la révolution iraniens, a frappé le jour même où les six puissances – les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’Onu, plus l’Allemagne – se rencontraient à Paris pour discuter des mesures à prendre après que l’Iran ait refusé de suspendre son programme d’enrichissement.

 

C’est survenu plusieurs jours avant le sommet du G8 en Russie, au cours duquel le président Bush a insisté pour une attitude plus dure contre le régime militant de l’Iran qui a menacé de détruire Israël.

« C’était pour détourner l’attention du programme nucléaire de l’Iran”, a répondu un haut responsable gouvernemental, à la question de savoir pourquoi les forces du Hezbollah basée au Liban avaient choisi cette date pour lancer une attaque en Israël tuant trois soldats israéliens et en kidnappant deux autres. Interrogé pour savoir comment les Etats-Unis le savaient, le responsable a décliné tout commentaire.

Un second responsable a également dit que l’attaque semblait être une tentative de briser l’alliance européenne avec les USA de bloquer l’Iran. L’autorité a ajouté qu’il n’y avait pas de preuve concrète que l’Iran ait spécifiquement déclenché l’attaque.

Une autorité américaine des renseignements, qui a demandé à conserver l’anonymat,  a dit qu’on ne savait pas exactement pourquoi le Hezbollah avait choisi ce moment pour cet acte provocateur. Selon ce responsable, il pourrait s’agir d’une tentative pour échanger des combattants du Hezbollah détenus par Israël en échange des deux soldats israéliens. Le responsable a refusé de discuter sur l’Iran.

Le négociateur nucléaire en chef de l’Iran, Ali Laridjani, un ancien commandant ultra des gardiens de la révolution, est désormais le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale.

M. Larijani a rencontré le 11 juillet en Europe Javier Solana, le représentant de la politique étrangère de l’Union européenne. M. Larijani a rejeté l’offre européenne d’incitation à cesser l’enrichissement.

Le jour suivant, M. Larijani apparaissait à Damas à la télévision syrienne dans une rencontre avec le président Bashar Assad, un autre soutien du Hezbollah. Son régime permet la traversée de cargaisons d’armes et de missiles iraniens de son territoire vers le sud Liban.

La stratégie Iran-Syrie-Hezbollah ne semble pas fonctionner, affirme les autorités gouvernementales.

D’abord, le Conseil de Sécurité de l’ONU a exprimé lundi dernier dans son vote sa “grave préoccupation » en disant que l’Iran avait jusqu’au 31 août pour cesser l’enrichissement ou il devrait affronter des sanctions.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe