jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes affaires ne justifient pas la politique européenne de l’autruche concernant les...

Les affaires ne justifient pas la politique européenne de l’autruche concernant les violations en Iran – députée belge

Les affaires ne justifient pas la politique européenne de l’autruche concernant les violations en Iran - députée belge

Le Comité belge des parlementaires et des maires pour un Iran démocratique a organisé une réunion au parlement belge, le 17 octobre, concernant la situation des droits de l’Homme en Iran. Plusieurs membres du parlement et sénateurs de différents partis politiques se sont exprimés lors de cette réunion qui était présidée par Mme Els Van Hoof, membre de la commission des Affaires étrangères au parlement belge pour le parti démocrate-chrétien.

Le grand défenseur des droits de l’homme, Els Van Hoof, a déclaré dans son intervention :

« La question de la peine de mort en Iran est quelque chose qui nous préoccupe fortement. Aujourd’hui l’Iran est l’État qui a le plus haut taux d’exécutions par habitant au monde.

Le président iranien, Hassan Rohani, a défendu publiquement les exécutions. Sous son gouvernement, plusieurs milliers de personnes ont été pendues en Iran. Il a également vanté les mérites des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran) qui est le principal organe de répression en Iran. Les Pasdaran sont désormais sur la liste noire des États-Unis pour terrorisme.

Le deuxième point que je souhaiterai soulever est qu’aucune femme ne fait partie du gouvernement Rohani.

Les femmes sont les plus réprimées en Iran. Des milliers de prisonnières politiques ont été exécutées par ce régime simplement parce qu’elles avaient refusé d’obéir à la loi despotique des mollahs. Aujourd’hui, de nombreuses femmes souffrent dans les prisons iraniennes, car elles se sont battues pour leurs droits.

Je peux citer le nom de Maryam Akbari Monfared qui a perdu plusieurs de ses frères et sœurs pendant les exécutions collectives en Iran dans les années 80. Elle a une fille adolescente qui n’a pas eu la chance de pouvoir être avec sa mère depuis 9 ans. Maryam Akbari a écrit une lettre de plainte formelle depuis la prison concernant le massacre de 1988 et l’exécution des membres de sa famille. Après avoir écrit cette lettre, les autorités l’ont mis sous une pression plus intense.

Nous connaissons également la campagne pour la justice concernant le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran, notamment grâce à la principale opposition, l’OMPI. Cette campagne internationale a été initiée par la présidente de l’opposition, Maryam Radjavi, elle s’est étendue dans tout l’Iran. J’étais heureuse de pouvoir rencontrer Mme Radjavi à plusieurs reprises, notamment en décembre dernier à Bruxelles. Et je pense qu’en tant que femme musulmane, son leadership et sa plateforme politiques sont très importants pour un Iran libre.

Par ailleurs, je souhaiterais exprimer ma profonde déception par rapport à l’attitude de l’Union européenne et notamment celle de Mme Frederica Mogherini. Elle ignore la répression contre les femmes en Iran et elle s’est même rendue en Iran pour participer à une cérémonie pour le début du second mandat d’Hassan Rohani. Une telle politique de l’autruche concernant les violations des droits de l’Homme et la répression des femmes en Iran ne peut pas se justifier par la volonté des Européens de faire des affaires avec l’Iran.

Pour conclure, je voudrais souligner que nous, en tant que politiques belges, nous devrions rappeler à notre gouvernement de faire des droits de l’Homme notre priorité et que le régime de Téhéran n’est pas un gouvernement démocratiquement élu. Donc nous devrions au moins insister sur le conditionnement de nos relations avec ce régime à la suspension des exécutions et des progrès clairs concernant les droits de l’Homme et la situation des femmes. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe