samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe vice-ministre des Affaires étrangères du régime iranien nie l’accord sur l’inspection...

Le vice-ministre des Affaires étrangères du régime iranien nie l’accord sur l’inspection des sites militaires

Abbas Araghtchi, le vice-ministre des Affaires étrangères du régime iranien – qui fait également partie de l’équipe des négociateurs dans les pourparlers nucléaires – a démenti dimanche que l’Iran ait accepté les inspections des sites militaires dans le cadre d’un accord sur le nucléaire avec les puissances mondiales.

« Dans son rapport, M. Araghtchi a déclaré que les inspections des sites militaires ont été acceptées, mais que ces inspections sont réglementées et seront gérées de façon sérieuse », avait affirmé Djavad Karimi-Ghoddoussi, un membre du parlement du régime iranien, lors d’une interview avec l’agence de presse Fars.

Sur sa page Instagram, Araghtchi a démenti les déclarations de ce député et a écrit à côté d’une photo d’un article publié par l’agence Fars, intitulé « Nous avons accepté l’inspection des sites militaires » : « Que pouvons-nous faire, à part mettre le sort de Karimi-Ghoddoussi et de l’agence Fars dans les mains de Dieu »,

Par la suite, lors d’un point de presse, Araghtchi a dit que lui et le ministre des Affaires étrangères, Mohammad-Djavad Zarif, ont réitéré leur « opposition contre des inspections et des visites des centres militaires ou des entretiens avec des scientifiques nucléaires en Iran ».

« Nous avons présenté les explications nécessaires concernant des mesures de sécurité que les pays ayant mis en œuvre le protocole prennent habituellement, pour protéger leur armé et leurs informations nucléaires et industrielles et pour prévenir l’espionnage », a-t-il dit dans un communiqué du ministère.

Les déclarations attribuées à Abbas Araghtchi par l’agence Fars sont en contradiction avec la position d’Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, qui a le dernier mot dans toutes les décisions politiques importantes au sein du régime.

Le mercredi 20 mai, Ali Khamenei a rejeté l’idée d’inspection des sites militaires et des entretiens avec des scientifiques nucléaires. Cela montre l’intention de Khamenei de poursuivre la politique du régime de dissimulation et de tricherie, dans le but de compléter et de faire progresser ses projets nucléaires.

Mme Maryam Radjavi, la présidente élue de la Résistance iranienne, a fait le commentaire suivant sur ce sujet : « Les déclarations de Khamenei et l’attitude de son régime lors des négociations nucléaires, confirment le fait que la force et la fermeté sont le seul langage le régime des mollahs comprend. Après trois décennies de dissimulations et de tromperies et après avoir ajouté six ou neuf mois de délais supplémentaires, le régime iranien ne veut toujours pas renoncer à son programme de fabrications d’armes nucléaires. Seule la mise en œuvre stricte des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU peut empêcher le régime d’accéder à la bombe nucléaire. Les négociations avec ce fascisme religieux ne pourront pas garantir le monde contre le danger de nucléarisation du régime des mollahs. Ces négociations interminables feront gagner du temps aux mollahs terroristes et aggraverons le danger que le régime iranien représente pour les peuples iranien, la région et le monde. »

Mme Radjavi a ajouté : « La bombe nucléaire garantit la survie du régime iranien et ce dernier l’utilisera pour étendre son hégémonie sur la région. C’est la raison pour laquelle le peuple iranien s’oppose vivement au programme nucléaire de ce régime et la Résistance iranienne appelle à un Iran démocratique non nucléaire ».

(Cliquer ici pour lire le texte intégral des déclarations de Mme Radjavi).

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe