mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe tribunal iranien confirme la peine de cinq ans d'emprisonnement pour un...

Le tribunal iranien confirme la peine de cinq ans d’emprisonnement pour un chrétien converti

Le tribunal iranien confirme la peine de cinq ans d'emprisonnement pour un chrétien converti

CNRI – La peine d’emprisonnement de cinq ans prononcée par le tribunal de première instance pour le chrétien iranien converti, Ebrahim Firouzi, a été confirmée par le tribunal d’appel. La soi-disant Tribunal révolutionnaire a condamné Firoozi pour avoir « formé un groupe pour perturber la sécurité nationale », alors que les défenseurs des droits de l’homme affirment que Firoozi est en prison uniquement à cause de ses croyances.

La branche 28 du soi-disant Tribunal révolutionnaire de Téhéran, présidée par Mohammad Moghiseh, a condamné Ebrahim Firouzi en mars 2015 à cinq ans de prison pour avoir « formé un groupe pour perturber la sécurité nationale. »

Selon les rapports, Ebrahim Firouzi a nié à toutes les étapes du processus judiciaire avoir formé un groupe ou tenté de perturber la sécurité nationale. Néanmoins, certaines parties de la preuve présentée à la cour d’appel étaient les mêmes précédemment présentées contre lui, selon lesquelles il a été condamné par le passé.

M. Firoozi a été détenu dans la prison de Rajaeeshahr à Karaj depuis sa condamnation l’an dernier. Mansour Borji, porte-parole de la Commission de l’article 18 du Conseil des Eglises iraniennes de Londres (Hamgaam), déclare à Radiofarda que la condamnation de M. Firoozi a été confirmée et que le chrétien converti doit passer les années à venir en prison.

Selon le quotidien iranien chrétien « Mohabatnews », le verdict final de la cour d’appel a été rendu le 14 janvier 2017.

Selon les rapports, Ebrahim Firouzi a également été arrêté et jugé une fois auparavant. En 2013, le tribunal révolutionnaire de Robât Karim, à Téhéran, a condamné Firoozi à un an de prison et à deux ans d’exil dans la ville de Sarbaz, dans la province du Sistan-et-Baloutchistan, pour « propagande contre la République islamique », « formation et direction d’un groupe chrétien évangélique perverti », et « avoir des liens avec des individus et des réseaux antirévolutionnaires étrangers », selon les informations de Mohabatnews.

Il y a eu plusieurs rapports au cours des dernières années au sujet de l’arrestation et des procès des chrétiens convertis en Iran. Un certain nombre d’organisations de défense des droits de l’homme ont publié une déclaration conjointe en décembre 2016, demandant à la communauté internationale d’essayer d’arrêter la persécution des chrétiens converti en Iran.

 

Lire aussi: 

Le Rapporteur de l’ONU : Nous sommes préoccupés par la question de la liberté d’expression en Iran