lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien veut exécuter un jeune-homme pour un crime qu’il aurait...

Le régime iranien veut exécuter un jeune-homme pour un crime qu’il aurait commis à l’époque où il avait 15 ans

Le régime iranien veut exécuter dans les prochains jours un Iranien accusé d’avoir commis un crime à l’époque où il avait 15 ans, a déclaré Amnesty International. « Salar Shadizadi risque une exécution imminente pour une assassinat qu’il aurait commis à l’époque où il était âgé de 15 ans. Son exécution est planifiée pour le samedi 1er août. Salar Shadizadi a été arrêté en février 2007 et il a été accusé d’avoir tué un ami.

En décembre 2007, il a été condamné à mort, en vertu de la loi de qisas (loi de talion), par la Cour d’ Appel de la province de Guilân (située au nord de l’Iran). Sa peine de mort a été confirmée trois mois plus tard par la Cour suprême », a déclaré lundi Amnesty International dans un appel à une action urgente.

« Salar Shadizadi a été arrêté en février 2007 après que le cadavre de son ami a été trouvé dans un jardin appartenant à sa famille. Salar Shadizadi a ensuite été arrêté et accusé d’avoir tué la victime par un coup de poignard dans le cou. Les circonstances du crime ne sont pas claires pour Amnesty International », a déclaré ce groupe de défense des droits de l’Homme dans son communiqué.

« Après avoir passé plusieurs années dans le couloir de la mort, Salar Shadizadi a été placé en isolement le 7 juillet 2013 pour être ensuite exécuté. Cependant, les autorités ont stoppé cette exécution à la dernière minute et ont permis Salar Shadizadi de soumettre une demande de révision judiciaire en vertu de l’article 91 du Code pénal iranien qui donne aux juges le pouvoir discrétionnaire de ne pas imposer la peine de mort si celle-ci concerne un mineur, non conscient aux moments des faits de la nature du crime ou de ses conséquences ou si il y a des doutes sur la maturité mentale de l’accusé au moment des faits ».

« Au moins 72 délinquants mineurs ont été exécutées en Iran entre 2005 et 2014 et au moins 160 autres délinquants mineurs se trouvent actuellement dans le couloir de la mort », a ajouté Amnesty International.

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Mme Federica Mogherini, a effectué sa première visite officielle en Iran le mardi 28 juillet. Depuis sa prise de fonction, elle n’a pas condamné les violations flagrantes des droits de l’Homme en Iran.

Neuf prisonniers ont été collectivement exécutés le lundi 27 juillet dans un centre de détention situé près de la ville de Karaj, à l’ouest de Téhéran.

Le même jour, deux autres prisonniers (Saeid Ganji et Firouz Nouri-Majd) ont été pendus dans la prison de Ghezel-Hessar, située près de Karaj.

Au cours des sept derniers jours, au moins 27 prisonniers ont été exécutés en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe