mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien a pendu deux hommes en public pour avoir tué...

Le régime iranien a pendu deux hommes en public pour avoir tué des agents des forces répressives

Le régime iranien a pendu deux hommes en public pour avoir tué des agents des forces répressives

CNRI – Le régime des mollahs a pendu deux hommes en public jeudi les accusant d’avoir tué trois agents des forces répressives (police) plus tôt cette année et l’autre d’avoir tué un chef de la magistrature locale l’année dernière.

La première victime, qui a été identifiée seulement comme Abbas T., a été pendue à l’aube le 11 août sur une place publique dans la ville iranienne du sud de Kazerun, selon l’agence de presse Mehr, affiliée au Ministère du régime des Renseignements et de la sécurité (VEVAK). Il a été accusé de tuer et de blesser les forces de sécurité du régime.

Jeudi également, le régime a pendu Hossein Abdollahi en public à Ravansar, dans la province iranienne occidentale de Kermanshah. Le procureur du régime local de Kermanshah, Mojtaba Maleki, et le chef provincial de la justice, Mohammad-Reza Edalatkhah, étaient présents lors de l’exécution publique, selon l’agence de presse affiliée à l’État Mashreq News. Abdollahi a été accusé d’avoir tué Salim Qanbari, le chef du pouvoir judiciaire à Ravansar le 10 février 2015.

Il y a également des rapports qui indiquent que deux autres prisonniers ont été pendus le mercredi 10 août, à la prison de Gohardacht (Rajai-Shahr) à Karaj, au nord-ouest de Téhéran.

La semaine dernière, Mme Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, décrit l’exécution collective de prisonniers politiques sunnites dans la prison de Gohardacht, effectuée à la date anniversaire du massacre de 1988 prisonniers politiques en Iran, comme un crime effroyable contre l’humanité. Le régime tente en vain de contenir l’atmosphère sociale volatile et les manifestations populaires en terrorisant le public, a-t-elle déclaré.

Le temps est venu pour le Conseil des droits de l’homme et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre fin à leur silence et de faire le compte rendu des crimes du régime iranien devant la Cour pénale internationale. Ali Khamenei et les autres dirigeants du régime, ainsi que les auteurs directs de ces crimes doivent être traduits en justice, Maryam Radjavi a réitéré.

Exécution publique à Kazerun, Iran – 11 août 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe