jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe Procureur fédéral allemand inculpe deux agents du VEVAK pour avoir espionné...

Le Procureur fédéral allemand inculpe deux agents du VEVAK pour avoir espionné la Résistance iranienne

Le Procureur fédéral allemand inculpe deux agents du VEVAK pour avoir espionné la Résistance iranienne

Le 8 avril, 2016, le procureur fédéral de l’Allemagne a annoncé dans un communiqué qu’il a déposé des accusations contre deux employés des renseignements du régime iranien pour espionnage contre l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) et le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) sur la base § 99 par. 1 no. 1 du code pénal allemand.

La déclaration stipule qu’il existe suffisamment de soupçons pour établir que Maysam Panahi, depuis janvier 2013 et Saeid Rahmani, depuis août 2014, ont travaillé pour les services secrets iraniens. Leur mission consistait à obtenir des informations sur l’OMPI et le CNRI. Ils ont notamment transmis des informations sur les membres de l’OMPI en Allemagne ou d’autres pays de l’UE à leurs interlocuteurs au sein de ce service de renseignements. Selon la déclaration du procureur, Panahi est en détention depuis le 28 octobre 2015. Dans la déclaration du 28 octobre du procureur, il est indiqué que Panahi a reçu de l’argent des renseignements iraniens (VEVAK) en échange de ses activités d’espionnage.

1. La Résistance iranienne a annoncé dans un communiqué du 28 octobre : « Panahi et ses complices » ont été expulsés du camp Liberty depuis avril 2012. Ils se sont par la suite rendus à l’hôtel Mohajer de Bagdad qui se trouve sous le contrôle du ministère du renseignement et de la sécurité et de la Force terroriste Qods.

À l’hôtel Mohajer, un agent vétéran du VEVAK et membre de la Force Qods du nom de Kianmehr et pseudonyme Sajjad a organisé et les a informés de leur mission. Auparavant, le Commission de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme du CNRI avait publié une déclaration le 26 février 2014 qui révélait le rôle de Sajjad et la fonction de l’hôtel Mohajer comme centre du VEVAK et QG de renseignement de la Force Qods et du régime iranien à Bagdad.

2. D’une part les agents recrutés recevaient en Allemagne leurs ordres d’espionnage de Sajjad et d’autre part, ils étaient en contact avec des éléments du VEVAK en Allemagne et dans d’autres pays européens. Le Chef sbire Sajjad, qui est, par ailleurs, entré en contact avec des mercenaires du Vevak, par des facebook avec les pesuedos d’Ali Shomali et d’Ali Saheli, a récemment tenté d’établir un contact avec plusieurs autres transfuges en Allemagne à des fins de recrutement en utilisant les noms d’Ali Chenarehi et Ali Rastgou.

3. Sajjad travaille dans les appareils de renseignement du régime depuis 30 ans et a été impliqué dans des opérations terroristes de la région du Moyen-Orient. Depuis de nombreuses années, il conspire contre l’OMPI à l’ambassade du régime à Bagdad, avec d’autres agents du VEVAK et de la Force Qods. Ils sont à l’ambassade sous les ordres du général brigadier de la Force Qods Nasseri. Sajjad recrute ceux qui se rendent à l’hôtel Mohajer par la menace ou l’appât. Par la suite, le VEVAK les expédie en Europe avec de faux passeports et visas, soit directement de Bagdad ou après leur transfert en Iran.

4. Le barbouze Sajjad a également recruté Massoud Dalili Dakhel qui après son départ d’Achraf s’est rendu à l’hôtel Mohajer pour devenir le guide de la force qui a assailli Achraf le 1 septembre 2013, où 52 membres de l’OMPI ont été massacrés parfois les mains attachées dans le dos. Pour dissimuler leurs traces après ce crime horrible, la force d’assaut a également tué Dalali et brûlé son visage avec de l’acide afin qu’il ne soit pas reconnu.

Sajjad contrôle et gère ces agents également en Europe et est en contact permanent avec les responsables des antennes du VEVAK en Allemagne (Abbas Jafari) et en France (Ahmad Zarif sous le pseudonyme Hamid Ebadi).

5. Après la divulgation des espions du VEVAK en octobre dernier, ce service a contraint ses mercenaires d’écrire de nombreux articles et lettres à des fins de propagande et d’imposer la pression sur la justice allemande pour tenter de déjouer le renvoi des dossiers des agents au tribunal et d’éviter des arrestations ultérieures d’autres agents du VEVAK. Les sites Internet affiliés au VEVAK et ses mercenaires ont grotesquement publié que l’arrestation de Panahi est due à la tentation de « certaines factions et courants au sein de l’appareil de sécurité et judiciaire allemand » et qu’il s’agit du « nouveau stratagème de l’OMPI » d’ »effrayer les autres membres de l’OMPI ».

Ils ont écrit au procureur fédéral allemand que « l’allégation fictive d’espionnage et de transmission des informations au régime et de menace de sécurité» imputée à Panahi est « fabriquée par l’OMPI » et qu’ « il est l’une des milliers de victimes de l’OMPI… qui qualifie quiconque, même légèrement opposés à cette organisation, d’être un agant du
VEVAK ». Cette rhétorique absurde révèle la crainte du régime vis-à-vis de la divulgation de son réseau d’espionnage et de mercenaires et de ses complots contre la Résistance iranienne.

En même temps, le régime iranien a commencé, par l’intermédiaire de ses agents en Allemangne et en France, de lancer une collecte d’argent afin d’engager un avocat pour démontrer que les espions découverts n’ont aucun lien financier avec le VEVAK.

6. Les services de renseignement allemands, en particulier l’Office fédérale pour la protection de la Constitution, ont souligné à de nombreuses reprises dans le passé que les activités du VEVAK en Allemagne se concentrent sur l’OMPI et le CNRI. Ils ont déclaré que le VEVAK a un mandat systématique pour recueillir des informations sur les activités de cette organisation et pour infiltrer l’OMPI et le CNRI.

Le VEVAK essaie de discréditer l’OMPI et le CNRI à travers des activités de propagande. Recueillir des informations sur les membres de l’OMPI, en particulier les membres qui ont quitté l’Irak pour l’Europe, est un point focal des activités d’espionnage et de surveillance du régime iranien, précise ce service

La Résistance iranienne se félicite du fait que le procureur allemand ait mené l’affaire d’espionnage visant l’OMPI et le CNRI en justice et demande aux responsables gouvernementaux eallemands concernés de divulguer et de rendre publics les détails de l’affaire d’espionnage et des activités illégales du régime iranien et de ses agents en Allemagne. Il s’agit d’une étape indispensable pour empêcher ces activités criminelles.

La Résistance iranienne avertit vivement des dangers de la présence d’agents du VEVAK dans les pays européens et aux États-Unis pour la sécurité des réfugiés iraniens. Elle exhorte notamment l’Allemagne et les autres Etats membres de l’UE à mettre en œuvre la décision du Conseil de l’UE d’avril 1997 de punir et d’expulser les agents de renseignement et les employés du fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 9 avril 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe