jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Les propos menaçants du commandant en chef des pasdaran

Iran : Les propos menaçants du commandant en chef des pasdaran

Iran : Les propos menaçants du commandant en chef des pasdaran

Selon une dépêche de l’agence de presse officielle Isna datée du mardi 5 avril, Mohammad-Ali Jafari, le commandant en chef des pasdaran, a déclaré : « L’accord nucléaire n’est pas un accord glorieux et le peule l’a accepté sous la contrainte. »

Il a ajouté : « Ceux qui préconisent de signer des accords dans d’autres domaines, de la même manière que nous avons signé l’accord nucléaire, répètent le discours de nos ennemis et veulent humilier le peuple. Dans les prochaines années, nous ne penserons jamais à signer d’autres accords. Nous penserons à vaincre l’ennemi, faire face aux menaces et défendre nos principes et nos valeurs révolutionnaires. »

Alors que l’accord nucléaire a officiellement été accepté et signé par les dirigeants du régime iranien, le guide suprême de ce régime et son entourage continuent de critiquer cet accord.

Le commandant en chef des pasdaran a réagi aux déclarations des autorités américaines concernant les testes balistiques récemment effectués en Iran : « Avant de nous préparer pour des options politiques et diplomatiques, nous nous préparons pour l’option militaire. Depuis plusieurs années, nous avons augmenté nos capacités militaires pour nous préparer à la prochaine guerre tout azimut contre les Etats-Unis et ses alliés. Nous avons développé nos potentiels et nos capacités pour pouvoir faire face à de tels ennemis. Nous ne souhaitons pas la guerre, mais s’il y a une guerre, nous la considérerons comme une opportunité.»

Les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont affirmé que les testes balistiques effectués en Iran constitue une violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU et ont demandé que le Conseil de sécurité réagissent face à ces testes.

« Les populations des pays arabes vont bientôt brandir les sabres de la vengeance »

Le commandant en chef des pasdaran a dit dans la suite de son discours : « Les régimes au pouvoir en Arabie saoudite, à Bahreïn et dans d’autres pays de ce genre sont des incarnations de l’archaïsme politique dans les temps modernes. Le Corps des gardiens de la Révolution est prêt pour répondre à leur provocation et pour ce faire attend l’ordre du guide suprême. »

Après avoir évoqué l’attitude des pays arabes à l’égard de l’Israël et avoir évoqué l’intervention militaire de l’Arabie saoudite au Yémen, le général Jafari a affirmé : « Les populations des pays arabes vont bientôt brandir les sabres de la vengeance. »

Il a ajouté : « La République islamique d’Iran continue à soutenir le régime syrien et le Hezbollah libanais. Nous ne laisseront pas seuls les peuples de la Palestine et du Yémen. »

Le commandant en chef des pasdaran a dit que l’exportation de la Révolution islamique d’Iran vers les autres pays se passe « de façon satisfaisante ».

Les dirigeants de la Turquie, de l’Arabie saoudite et du Bahreïn accusent le régime iranien de vouloir dominer la région du Moyen-Orient et se mêler des affaires des autres pays, notamment au Yémen, au Bahreïn, en Irak et en Syrie.

« Critiquer les activités nucléaires des pasdarans sera considéré comme haute trahison »

Le chef de l’appareil judiciaire du régime iranien, l’ayatollah Sadegh Laridjani, a pour sa part déclaré le 4 avril : « Mettre en cause les accomplissements balistiques de l’Iran est une trahison contre le pays. Les procureurs vont sévèrement sanctionner tous ceux qui tiendraient des propos contre les accomplissements militaires, sécuritaires et balistiques de l’Iran. »

Sadegh Laridjani a ajouté : « Ceux qui critiquent les tests balistiques des pasdaran veulent propager cette idée qu’il y a une grande coupure entre le peuple et les responsables de la République islamiques d’Iran et que le peuple est mécontent du régime de la République islamiques. »

Le chef de l’appareil judiciaire a ainsi fait allusion aux récentes déclarations de Rafsandjani concernant les tests balistiques effectués par les pasdaran. Sans le nommer, il a sévèrement critiqué les déclarations de Rafsandjani et a dit que sa prise de position sur ce sujet constitue « une trahison contre le pays ».

A la suite des tests balistiques des pasdaran qui ont provoqué une nouvelle série de sanctions américaines contre le régime iranien, Rafsandjani avait écrit sur sa page Twitter : « Le monde d’aujourd’hui est un monde de dialogue et non pas un monde de missiles. » Cette déclaration de Rafsandjani a provoqué l’ire de Khamenei. Ce dernier a accusé de trahison tous ceux qui critiquent les tests nucléaires des pasdarans. Il a affirmé que les capacités balistiques de l’Iran ont obligé les Etats-Unis à signer un accord nucléaire avec l’Iran.

A la suite des réactions des commandants des pasdaran et du chef de l’appareil judiciaire, Rafsandjani a complètement nié ses déclarations initiales sur les tests balistiques des pasdaran. Il a dit : « La phrase qui m’a été attribuée est une contre vérité et je n’ai jamais tenu de tels propos. J’ai même été parmi les créateurs des industries balistiques en Iran. »

Le chef de l’appareil judiciaire des mollahs a dit : « Il ne faut pas permettre que certains individus affaiblissent ou détruisent par leurs propos les capacités sécuritaires et militaires du pays et les fondements du régime. »

Ali Motahhari a déclaré pour sa part que les récentes critiques du guide suprême du régime ne visaient pas Rafsandjani.

Massoud Djazayéri, général des pasdaran et adjoint du commandant en chef des forces armées du régime iranien a déclaré : « Les capacités balistiques des pasdaran constituent une ligne rouge et nous ne laisserons personne mettre en cause ces capacités. »

Le général Djazayéri a encore une fois appelé le gouvernement de Rohani à suivre les injonctions du guide suprême concernant « l’économie de résistance » et la mainmise des pasdaran. Il a ajouté : « La clé pour résoudre les problèmes économiques du pays n’est pas dans les mains des étrangers. Cette clé est dans les mains des forces armées de la République islamique qui ont une expérience réussie dans la reconstruction de l’économie du pays et qui sont prêtes à assumer leur rôle dans ce domaine. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe