vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe président iranien recrute un maître de la terreur

Le président iranien recrute un maître de la terreur

Imad MughniehComplot pour des attentats vengeurs contre l’Occident

Sarah Baxter à Washington et Uzi Mahnaimi à Tel Aviv

The Sunday Times – Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a assisté à un meeting en Syrie plus tôt cette année avec l’un des terroristes les plus recherchés du monde, selon des experts du renseignement et un ancien haut responsable de la sécurité nationale à Washington.

Les dirigeants américains et les sources du renseignement israélien pensent que Imad Mugniyeh, le commandant libanais des opérations à l’étranger du Hezbollah, est chargé de comploter les actes de représailles de l’Iran contre des cibles occidentales dans le cas où le président George W. Bush ordonnait de frapper les sites nucléaires iraniens.

Mugniyeh est l’un des « terroristes les plus recherchés » par le FBI pour son rôle dans une séries d’attentats importants contre l’Occident, dont le détournement du vol TWA en 1985 et le meurtre de l’un de ses passagers, un plongeur de la marine américaine.

Maintenant âgé de 45 ans environ, Mugniyeh aurait fait le voyage aux côtés d’Ahmadinejad en janvier de cette année de Téhéran à Damas, où le président iranien a rencontré les leaders du Hezbollah, du Djihad islamique et du Hamas.

Le meeting a été baptisé « sommet de la terreur » en raison de la présence de nombreux groupes responsables d’attentats contre Israël, qu’Ahmadinejad a menacé de rayer de la carte.

Jane’s Intelligence Review cite des « informations apparues ces dernières semaines » sur la présence de Mugniyeh aux côtés du président.

Michael Ledeen, expert sur le Moyen Orient et ancien responsable au Pentagone et au Conseil de la sécurité nationale qui avait écrit que Mugniyeh avait « probablement » été présent, a déclaré la semaine dernière que les hauts dirigeants américains avait confirmé ses dires.

« Il est difficile d’identifier Mugniyeh parce qu’on dit qu’il aurait transformé son visage et ses empreintes », selon Ledeen. « Mais les hauts responsables du gouvernement m’ont confirmé que j’avais raison. Il était présent. »

Peu après le sommet de Damas, Henry Crumpton, chef du contre-terrorisme au département d’Etat, a qualifié l’insaisissable Mugniyeh de menace. Les Iraniens, dit Crumpton, « ont le commandement et le contrôle total du Hezbollah. Imad Mugniyeh travaille pour Téhéran. On ne peut pas parler du Hezbollah sans penser à l’Iran. Ils font réellement partie intégrante du même problème ».

Mugniyeh vit en Iran et échappe à la capture depuis plus de 20 ans, malgré une récompense de 5 millions de dollars pour sa capture. Les services de renseignements occidentaux affirment qu’il a plusieurs liens avec des cellules terroristes en Europe, en Afrique, en Amérique Latine et aux Etats-Unis et on dit qu’il aurait rencontré Oussama Ben Laden.

« Lorsque et si les Iraniens décident de frapper l’Occident en son cœur, Imad est celui qui prendra les choses en main », a déclaré la semaine dernière une source des renseignements occidentaux.

Une source de la défense israélienne a affirmé que Mugniyeh était en contact régulier avec le nouveau ministre des renseignements iraniens, Gholamhossein Mohseni Ezhei. Le ministre est un confident de longue date d’Ahmadinejad et a été nommé par ce dernier.

« Nous savons que Mohseni Eje’i rencontre régulièrement Mugniyeh qui dirige actuellement les opérations à l’étranger de l’Iran », selon la source de la défense israélienne. « Depuis que nous savons à partir d’attentats terroristes iraniens précédents qu’il faut environ un an pour planifier un attentat important, nous ne devrions pas être surpris si des opérations contre l’Occident sont déjà bien avancées et Mugniyeh joue certainement un rôle important. »

Le jeune Mugniyeh a attiré l’attention de l’Occident la première fois lors de sa participation dans l’enlèvement, la torture et la mutilation de William Buckley, chef de la CIA à Beyrouth, en 1984. Il a détenu sa victime au camp Sheikh Abdullah dans la vallée de la Bekaa au Liban et serait la dernière personne que Buckley aurait vue avant de mourir.

« Imad avait de bonnes raison de se venger », selon une source bien informée. « Un attentat à la voiture piégée a tué son frère Jihad, qui avait pris la fonction d’Imad en tant que garde du corps du guide spirituel du Hezbollah. » Mugniyeh a accusé la CIA et Buckley a été choisi pour en payer le prix.

Ce kidnapping a débouché sur l’affaire Iran-Contra, un des épisodes les plus embarrassants de la présidence Reagan, où des armes ont été échangées contre des otages. Mais le temps que les Américains négocient avec les Iraniens, Buckley était déjà mort.

Mugniyeh a également des liens avec la démolition de l’ambassade américaine et de la caserne des marines à Beyrouth en 1983 et est recherché en Argentine pour son rôle dans le recrutement des plastiqueurs de l’ambassade israélienne et du centre juif de Buenos Aires au début des années 1990.

Mugniyeh a quitté le Liban pour l’Iran en 1994 avec sa femme et son fils après une tentative d’assassinat. Depuis, on pense qu’il joue un rôle actif dans la fomentation des troubles en Irak. Ledeen l’a décrit la semaine dernière comme étant « la colonne vertébrale de la guerre terroriste contre l’Amérique en Irak depuis son commencement ».

Selon Robert Baer, ancien agent de la CIA qui a poursuivi Mugniyeh dans les années 1980, « il est le terroriste le plus dangereux auquel nous ayons eu affaire. Mugniyeh est probablement l’agent le plus intelligent et le plus compétent que nous ayons rencontré, même parmi le KGB et d’autres ».

« Il entre par une porte et sort par une autre, change quotidiennement ses voitures, ne prend jamais de rendez-vous par téléphone ; il est toujours imprévisible. Il est le maître du terrorisme, le graal que nous recherchons depuis 1983. »

• Des officiers d’élite de l’armée iranienne qui sont arrivés dans le sud du Liban ce mois-ci ont pris le contrôle de milliers de missiles visant les villes israéliennes. Ils auraient reçu le contrôle des missiles de la part du Hezbollah afin d’empêcher d’éventuelles attaques israéliennes contre les sites nucléaires iraniens.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe