jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe meilleur espoir mondial pour vaincre l'extrémisme en Iran repose sur le...

Le meilleur espoir mondial pour vaincre l’extrémisme en Iran repose sur le CNRI – Patrick Kennedy

Le meilleur espoir mondial pour vaincre l'extrémisme en Iran repose sur le CNRI - Patrick Kennedy

L’un des meilleurs espoirs du monde pour vaincre l’extrémisme en Iran repose sur la coalition de la résistance iranienne du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré Patrick J. Kennedy, un ancien membre démocrate de la Chambre des représentants des Etats-Unis, jeudi dans le Providence Journal.

Voici le texte intégral de l’article du du membre du Congrès Kennedy

Providence Journal

Patrick J. Kennedy: Notre combat contre l’extrémisme islamique

Par Patrick J. Kennedy

Le 14 avril 2016

A la suite des attentats de Bruxelles, il est facile de concentrer nos peurs et nos armes sur le groupe auquel les auteurs s’identifient. Mais la lutte contre l’extrémisme islamique et le terrorisme mondial n’a pas commencé avec l’État islamique. Et il ne prendra pas fin lorsque ses bastions sont détruits.

Il n’y a aucun doute que Daech est notre ennemi immédiat. Toutes les forces de l’ordre, ressources diplomatiques et militaires disponibles doivent veiller à ce que Daech soit détruit. Mais plonger de l’avant avec une vision étroite ne nous mettra pas en sécurité.

Afin de mettre efficacement en déroute la menace du terrorisme, nous devons lutter contre l’extrémisme et le fondamentalisme religieux dans ses nombreuses manifestations et localités. Cela nécessitera une grande perspective et une stratégie nuancée pour mettre fin à ce genre de souffrance que les Américains ont enduré le 11 septembre, que les Belges ont connu la semaine dernière, et que les gens ordinaires et non radicalisés au Moyen-Orient ont vécu pendant de nombreuses années. Et lors de l’élaboration de cette stratégie, il ne faudra pas oublier qu’il existe des groupes extrémistes et une myriade d’États terroristes qui sont responsables de la propagation de l’intégrisme islamique en tant qu’idéologie.

Une clé de voûte de ce cycle de la terreur est l’Iran, le premier Etat au monde en termes de financement de l’extrémiste fondamentalisme.

La Belgique, la France, le Royaume-Uni, et l’Espagne – ces pays occidentaux qui ont connu des attaques terroristes perpétrés par des extrémistes islamiques – sont nos partenaires naturels et incontestés dans ce combat. Mais nous avons besoin de plus d’alliés. En fait, nous avons besoin de tous les alliés que nous pouvons obtenir. Il y a beaucoup d’autres acteurs étatiques et non étatiques qui souhaitent nous aider, parce qu’ils ont été victimes de la même sorte d’extrémisme, et nous ne devons pas rater des occasions de construire de telles relations.

Un de nos meilleurs espoirs pour vaincre l’extrémisme à Téhéran repose sur le groupe de résistance iranien en exil, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), qui préconise depuis des décennies une version tolérante, démocratique et fondamentalement anti-fondamentaliste de l’islam.

Le CNRI a été soumis aux mêmes menaces que nos propres militaires, hommes et femmes, en Irak, alors que des milliers de ses membres résident dans un établissement pénitentiaire appelé camp Liberty. En fait, les forces américaines ont travaillé en étroite collaboration avec le groupe sur le terrain. Mais quand le temps est venu pour les troupes américaines de se retirer d’Irak en 2009, les expatriés ont été livrés à eux-mêmes. Ils ont continué à subir des attaques régulières, comme cela a été évoqué lors d’une audience du Comité des services armés du Sénat, présidé par les sénateurs John McCain, R-Ariz. et Jack Reed, D-R.I., L’an dernier.

Le fait que la mission américaine dans la région ait changé au fil du temps, est compréhensible. Mais notre soutien aux organisations démocratiques et anti- extrémistes tels que le CNRI ne devrait pas faiblir. Et cela n’aurait pas été le cas si Washington s’était concentré sur la lutte contre toutes les formes de l’extrémisme islamique à leur racine plutôt que de viser ses ramifications disparates.

En changeant la mission pour répondre aux exigences des menaces immédiates, nous avons perdu de vue la portée de cette menace existentielle. Nous ne serons pas à l’abri de l’extrémisme jusqu’à ce que le cœur de l’intégrisme cesse de battre en Iran.

Au lieu de soutenir le peuple iranien qui pourrait vaincre la théocratie, les États-Unis ont choisi de dialoguer avec le régime. Des alternatives bien organisées comme le CNRI, qui bénéficie d’un soutien impressionnant parmi les Iraniens en Iran et à l’étranger, ont de nouveau été délaissés.

Ces choix ne rendra que plus difficile le fait de parvenir à la victoire finale contre l’extrémisme islamique. Notre politique actuelle donne aux alliés potentiels l’impression que les États-Unis ne se soucient pas des musulmans modérés ou de soutenir les personnes qui sont réellement engagées à faire du monde un endroit plus sûr et plus pacifique.

La bonne politique serait axée sur l’extrémisme islamique sous toutes ses formes, pas seulement une de ses manifestations. Cette approche globale nous mettrait dans la meilleure position pour empêcher un autre Bruxelles ou Paris, ainsi que les attaques de moindre envergure et de répression qu’ont subies les peuples d’Iran, d’Irak, de Syrie et d’autres, depuis des générations.

Patrick J. Kennedy est un ancien représentant américain démocrate à Rhode Island.

 

Source: Providence Journal

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe