mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe Juge suprême de palestine condamne l'attaque contre la Cité d'Achraf

Le Juge suprême de palestine condamne l’attaque contre la Cité d’Achraf

Tayssir Al-TamimiCNRI – "L’invasion de la cité d’Achraf par l’armée irakienne entrainant la mort d’un nombre de réfugiés iraniens sans armes constitue une violation des valeurs religieuses, humaines et légales", a écrit le Dr Tayssir al Tamimi dans un communiqué officiel le 31 juillet :

Son Excellence le Dr Tayssir al Tamimi, juge suprême de Palestine :

L’invasion de la cité d’Achraf par l’armée irakienne entrainant la mort d’un nombre de réfugiés iraniens sans armes constitue une violation des valeurs religieuses, humaines et légales

Son Excellence le Dr Tayssir al-Tamimi, juge suprême de Palestine, Président du Haut Conseil de la loi islamique considère l’invasion de la cité d’Achraf, où résident des réfugiés iraniens, par les forces de l’armée irakienne qui a entrainé un nombre de tués et des centaines de blessés parmi les hommes et les femmes, comme contraire aux instructions de l'islam et aux valeurs humaines et légales. 
 
Le Dr al-Tamimi a affirmé que les résidents d’Achraf sont des réfugiés iraniens sans armes qu’il faut protéger en respectant les principes islamiques, la loi et les conventions internationales qui ne permettent aucune agression à leur encontre et qui imposent leur protection.

Son Excellence a appelé le gouvernement irakien, au nom de l’Islam et des valeurs humaines, à protéger leurs vies et leur bien-être. Il a rappelé à l'administration américaine son engagement à les protéger et à empêcher toute agression contre eux.  
 
Le juge suprême de la Palestine a affirmé que les Etats hôtes des réfugiés partout dans le monde devaient respecter la loi et les principes des droits humains en les protégeant et en les aidant jusqu’à ce qu’ils regagnent leur pays d’origine en toute sécurité, sans que leurs droits ne soient dénigrés.  
Bureau des relations publiques et de la presse

Cour suprême/Haut Conseil de la loi islamique
Al Quds- la Palestine, le 31 juillet 2009