jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe Comité français pour un Iran démocratique appelle Obama à intervenir en...

Le Comité français pour un Iran démocratique appelle Obama à intervenir en faveur d’Achraf

Des résidentes de la Cité d'AChraf manifestant aux portes de la Cité contre l'incursion de la police irakienneCNRI – A la suite de la brusque incursion de la police irakienne le 28 mai dans la Cité d’Achraf en Irak qui abrite les membres de la principale opposition démocratique au régime des mollahs, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), personnalités politiques et comités de soutien ont actionné la sonnette d’alarme face à cet acte répondant à une demande directe de Téhéran. Condamnation d’une mesure qui prépare le terrain à une catastrophe humanitaire et appel au respect des conventions internationales. C’est dans ce cadre que le 29 mai Comité français pour un Iran démocratique (CFID) a écrit au président Obama, pour rappeler aux Etats-Unis leur engagement vis-à-vis de la Cité d’Achraf :

Des résidentes de la Cité d'AChraf manifestant aux portes de la Cité contre l'incursion de la police irakienneCNRI – A la suite de la brusque incursion de la police irakienne le 28 mai dans la Cité d’Achraf en Irak qui abrite les membres de la principale opposition démocratique au régime des mollahs, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), personnalités politiques et comités de soutien ont actionné la sonnette d’alarme face à cet acte répondant à une demande directe de Téhéran. Condamnation d’une mesure qui prépare le terrain à une catastrophe humanitaire et appel au respect des conventions internationales. C’est dans ce cadre que le 29 mai Comité français pour un Iran démocratique (CFID) a écrit au président Obama, pour rappeler aux Etats-Unis leur engagement vis-à-vis de la Cité d’Achraf :

« Monsieur le Président,

« Nous vous écrivons au nom du Comité français pour un Iran démocratique qui regroupe de nombreuses personnalités politiques françaises, anciens ministres, parlementaires, juristes, défenseurs des droits de l’Homme.  Notre Comité est particulièrement préoccupé par les récents événements à la Cité d’Ashraf en Irak où résident près de 3500 membres de l’opposition principale iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

« Selon les informations qui nous sont parvenues, le matin du jeudi 28 mai, les forces de police irakiennes ont soudain tenté de pénétrer à l’intérieur du camp d’Ashraf. Cette mesure répressive intervient à la suite de nouveaux appels des dirigeants iraniens à « mettre en œuvre l’accord bilatéral » pour clôturer définitivement ce camp et expulser ses résidents. Elle survient également alors que les forces de l’armée irakienne assurent actuellement la protection du camp d’Ashraf et que l’entrée de la police irakienne n’est absolument pas nécessaire.

« Février dernier, le Guide suprême iranien, Ali Khamenei, avait demandé sur un ton de dictat au président de la République irakienne, Jalal Talebani la fermeture d’Ashraf. Ces derniers jours, Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien, et Saïd Jalili, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, ont ouvertement exercé des pressions sur le gouvernement irakien pour réprimer le mouvement d’opposition iranien.

« Il s’agit d’une mesure extrêmement dangereuse pouvant préparer le terrain à une catastrophe humanitaire à Ashraf, ce que Téhéran a planifié depuis longtemps. L’entrée soudaine de la police à Ashraf viole précisément l’engagement donné par le gouvernement irakien aux Etats-Unis de respecter les droits des résidents d’Ashraf.

« Le 24 avril dernier, le Parlement européen a adopté une résolution sur « la situation humanitaire des résidents du camp d’Ashraf », invitant « instamment le Premier ministre irakien à garantir que les autorités de son pays ne prendront aucune initiative qui aurait pour effet de violer les droits de l’homme des résidents du camp d’Ashraf et à clarifier les intentions du gouvernement à l’égard de ces personnes; demande aux autorités irakiennes de protéger les vies des résidents de ce camp, ainsi que leur intégrité physique et morale, et de les traiter comme le prévoient les obligations contenues dans les conventions de Genève (…) »

« De même la résolution européenne « demande au gouvernement irakien de mettre fin à son blocus du camp d’Ashraf et de respecter le statut juridique de «personnes protégées », au sens des conventions de Genève, dont bénéficient les résidents de ce camp ».

« Compte tenu de la gravité de la situation, le CFID vous prie de bien vouloir intervenir afin de rappeler aux autorités irakiennes leur engagement vis-à-vis des conventions internationales, formulé notamment dans le texte de la dite résolution.

« Pour le CFID, si le gouvernement irakien ne met pas en œuvre la résolution du Parlement européen et continue de violer les droits des résidents d’Ashraf, la seule solution sera de se tourner vers l’ONU pour établir des garanties internationales et pour que la protection d’Ashraf soit directement assumée par les forces américaines ou une force mandatée par les Nations Unies.

« Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l’expression de notre haute considération.

« Pour le CFID,

François Colcombet, Ancien député, ancien juge à la Cour de cassation

Alain Vivien, Ancien secrétaire d’Etat aux affaires étrangères

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe