vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe CNRI se félicite de l'adoption par la Chambre des représentants des...

Le CNRI se félicite de l’adoption par la Chambre des représentants des États-Unis d’une résolution en appui aux manifestants iraniens

Le CNRI se félicite de l'adoption par la Chambre des représentants des États-Unis d’une résolution en appui aux manifestants iraniens

Par Mohammad Sadat Khansari

La Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis a adopté mercredi à l’unanimité la résolution 752 de la Chambre des communes à l’appui des récentes manifestations à l’échelle nationale en Iran.

Mme Soona Samsami, la représentante du Conseil national de la Résistance iranienne aux Etats-Unis (CNRI-US), a salué l’adoption à l’unanimité de la Res.752 intitulé «Soutenir les droits du peuple iranien à la liberté d’expression, condamner le régime iranien pour sa répression des protestations légitimes. »

« Cette résolution bipartite opportune envoie un message sans équivoque et puissant au peuple iranien que le peuple américain soutient pleinement son soulèvement national pour un Iran libre et condamne fermement le massacre perpétré par le régime iranien en novembre », a déclaré Mme Samsami.

La résolution bipartite de la commission des affaires étrangères de la Chambre a été modifiée et adoptée peu de temps après le début du soulèvement de novembre, qui s’est étendu à 191 villes dans les 31 provinces iraniennes. À la suite de l’ordre de tirer pour tuer de la part du guide suprême du régime, Ali Khamenei, les forces de sécurité ont massacré plus de 1 500 manifestants – dont 547 ont été identifiés jusqu’à présent par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) (MEK). Néanmoins, ce soulèvement, «la plus importante manifestation anti-gouvernementale en Iran depuis juin 2009», a ébranlé la dictature religieuse et a marqué une étape majeure vers sa chute inéluctable. « Les gains du soulèvement sont irréversibles quelle que soit l’ampleur de la répression par l’État », a déclaré la représentant du CNRI.

La résolution bipartite note que les forces de sécurité du régime « ont utilisé une force meurtrière » et « tué des centaines de personnes » dans ce qu’elle a décrit comme « les manifestations populaires contre le régime iranien ». La résolution note que  » les autorités du gouvernement iranien ont, dans de nombreux cas, refusé de restituer les corps des victimes à leurs familles et que les forces de sécurité ont retiré les corps des morgues et les ont transférés vers des lieux inconnus. »

La résolution note également qu ‘« en 1988, le régime iranien a procédé à des exécutions de masse de milliers de prisonniers politiques par pendaison pour avoir refusé de renoncer à leurs convictions politiques et pour possession de littérature politique, y compris des prisonniers d’opinion, des adolescents et des femmes enceintes. » Quelque 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart affiliés aux Moudjahidin-e Khalq (MEK), ont été exécutés lors du massacre de 1988, décrit comme « un cas manifeste de crimes contre l’humanité » par Amnesty International.

Le monde doit reconnaître le droit du peuple iranien à changer le régime

Mme Samsami a ajouté: «La présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, a souligné à plusieurs reprises que le massacre de manifestants en novembre était un cas manifeste de crime contre l’humanité et, par conséquent, le Conseil de sécurité des Nations Unies doit prendre des mesures urgentes pour mettre un terme aux massacres et à la répression et garantir la libération des personnes arrêtées.

« La Résistance iranienne » approuve la résolution qui « exhorte l’administration américaine à travailler pour convoquer une session urgente du Conseil de sécurité des Nations unies et du Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour condamner les violations des droits de l’homme perpétrées par le régime iranien et établir un mécanisme par lequel le Conseil de sécurité peut surveiller ces violations », a souligné Mme Samsami.

Elle a ajouté que Khamenei et Hassan Rohani doivent être tenus responsables de crimes contre l’humanité et qu’une mission d’enquête devait être envoyée en Iran pour évaluer la portée des crimes et examiner les cas des personnes tuées, blessées ou détenues.

La résolution souligne le fait que la mise en œuvre « d’un arrêt quasi total des services Internet et des moyens de communication visait à empêcher le partage d’images et de vidéos concernant les violences meurtrières des forces de sécurité ». La résolution encourage l’administration à fournir une assistance au peuple iranien pour avoir un accès gratuit et ininterrompu à Internet.

La résolution souligne que «le régime iranien a été impliqué dans un complot en mars 2018 en Albanie et un complot en juin 2018 en France contre des militants de l’opposition iranienne ». Mme Samsami a ajouté qu’un diplomate du régime est emprisonné en Belgique pour avoir orchestré le complot contre le rassemblement annuel de 100 000 personnes de la Résistance iranienne. Deux autres agents du renseignement du régime aux États-Unis sont également emprisonnés pour avoir espionné et comploté contre les responsables du CNRI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe