lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLa population proteste contre le manque de secours aux victimes d'inondations en...

La population proteste contre le manque de secours aux victimes d’inondations en Iran

La population proteste contre le manque de secours aux victimes d'inondations en Iran

Par Shahriar Kia

Les Iraniens ont organisé des manifestations de mécontentement contre la réaction inadéquate du régime aux pires inondations que le pays ait connues depuis des décennies, citant le manque d’abris adéquats pour les sans-abris et la décision de libérer l’eau des barrages majeurs pour préserver les puits de pétrole du régime, causant des dommages importants aux habitations et aux commerces.

Des vidéos diffusées sur les médias sociaux montrent des manifestations dans les provinces du Lorestan et du Khouzistan, qui ont toutes deux été sévèrement touchées par les inondations, avec des évacuations massives et des dommages considérables aux habitations et aux infrastructures. Malgré les preuves vidéo, le chef des relations publiques des pasdaran, Ramezan Sharif, a démenti les manifestations, qualifiant ces informations de « propagande ».

Dans une vidéo mise en ligne le 4 avril, une foule excédée scandait des slogans devant l’ancien commandant en chef des pasdaran, Mohsen Rezai.

Dans un autre communiqué publié le même jour, des manifestants ont encerclé le véhicule du commandant de l’armée iranienne, Ahmad Khadem Sayyid al-Shohada, dans la province du Khouzistan, mais il a qualifié les manifestants d’« émotifs » avant de reconnaître que le régime nuisait aux terres agricoles.

Il a déclaré : « Dans certaines régions, nous devons supprimer les barrières afin de permettre aux eaux de crue de couler en aval, bien que cette mesure puisse causer des dommages aux terres agricoles. »

Le régime avait précédemment insisté sur le fait qu’ils paieraient pour les dégâts causés par les inondations, mais le président du parlement a déclaré qu’ils n’avaient pas suffisamment de ressources financières. En fait, de nombreux Iraniens ont rapidement signalé qu’ils n’avaient pas reçu d’indemnisations pour les catastrophes précédentes et que de nombreux habitants de l’ouest de l’Iran vivent toujours dans des tentes plus d’un an après le séisme.

Lorsque le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) a répondu aux manifestations à Dasht-e-Azadegan, dans la province du Khouzistan, ils ont ouvert le feu, tuant le manifestant Aboud Jalizi et blessant plusieurs autres.

Alors que de nombreux Iraniens se plaignent du caractère insuffisant des secours, les différentes factions du régime ont commencé à se battre entre elles. Les pasdaran ont accusé l’administration Rohani d’avoir mal géré les secours.

Le commandant des pasdaran, Mohammad Pakpour, a déclaré le 3 avril qu’il n’y avait eu « aucune gestion » des opérations de sauvetage ou d’aide dans la province du Lorestan et que les responsables gouvernementaux « n’osaient pas » se rendre dans la région, car « la population est excédée ». Il a déclaré que les citoyens évacués de la région « sont dans un triste état et que les conditions sont mauvaises ».

Les inondations ont commencé le 19 mars. Ils ont touché des centaines de villes et de villages dans 26 des 31 provinces iraniennes. Selon des informations locales, au moins 200 personnes seraient mortes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe