vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyLa population du Camp Liberty courent un grand danger, selon une conférence...

La population du Camp Liberty courent un grand danger, selon une conférence au Congrès américain

CNRI – Les Etats-Unis doivent tenir leur promesse de protéger les résidents du camp Liberty – menacés de nouvelles attaques à la roquette en raison de l’action du représentant de l’ONU en Irak Martin Kobler, a déclaré le colonel américain Wesley Martin lors d’une réunion au Congrès américain.

Le plan de Kobler pour déplacer les dissidents iraniens d’Achraf au camp Liberty a fait que que plus de personnes ont quitté le camp dans des sacs mortuaires que dans des avions, a-t-il dit dans cette réunion la semaine dernière.

Le colonel Martin – ancien chef de la protection des forces de coalition en Irak et commandant en charge de la protection du camp d’Achraf – a dénoncé le fait que les habitants vulnérables vivaient dans des structures qui était « moins forte qu’une boite de conserve ».

« En raison du comportement de Martin Kobler, a-t-il assené, le risque d’une autre attaque est très élevé. Cela laisse les habitants avec une question : si le camp est trop dangereux pour que le personnel des Nations Unies et du Département d’Etat américain y entre, alors pourquoi sommes-nous forcés de rester à l’intérieur du camp Liberty ? »

« Le désir général des résidents de Liberty est maintenant de retourner à Achraf. Malgré tous les dangers, il est prouvé qu’Achraf est raisonnablement plus sécurisé contre les attaques à la roquette. Entre 1986 et 2009, Achraf a subi 21 attaques à la roquette ».

« Au cours de ces 23 années, un seul résident est mort des conséquence de ces attaques ».

Les principales cibles à Liberty étaient les résidents et l’infrastructure de soutien de la vie quotidienne comme les générateurs, les réservoirs d’eau usées et d’autres systèmes – et les ennemis potentiels étaient l’armée irakienne, les forces Qods contrôlées par le Hezbollah », a renchéri le colonel Martin.

« Les baraquements du camp Liberty ont été construits au Koweït et en Jordanie. Ces structures ont moins de force qu’une boîte de conserve de soupe. Comme nous l’avons démontré, les roquettes traverseront les structures et les éclats d’obus les déchireront».

Le colonel irakien Sadeq a également supprimé 17.500 murs de protection en T, ce que Martin a qualifié de préméditation pour une autre attaque.

« La dernière action de Sadeq consistant à enlever les murs en T installés par les Américains assurera que les futures attaques à la roquette provoqueront des morts et des blessés avec les éclats d’obus, mais aussi à cause des ondes de choc des explosions.

« Sadeq a refusé aux résidents des sacs de sable, ce qui augmente encore leurs risques. Les barrières de ciment n’absorbent pas l’énergie des explosions, elles les font seulement dévier. Les murs en T, les sacs de sable, les casques, tout doit être amenés à Achraf et ce camp doit être sécurisé.

« Il faut traiter chimiquement le terrain où tout ce qui égout s’est répandu. Malheureusement, Sadeq a rendu les conditions de vie impossibles aux résidents.

« Les Etats-Unis doivent respecter toutes les promesses non tenues faites aux résidents, à commencer en honorant le statut de personnes protégées en vertu de la 4ème Convention de Genève. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe