jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa plus grande menace pour la paix aujourd’hui, c’est le régime en...

La plus grande menace pour la paix aujourd’hui, c’est le régime en Iran (juriste norvégien)

CNRI – Le 25 octobre, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, prenait la parole lors d’une conférence internationale de juristes à Bruxelles en défense des droits des Moudjahidine du peuple en Irak. Vidar Hoagland, un juriste norvégien y a fait l’intervention suivante :

Je vous remercie pour m’avoir invité. C’est un honneur d’être ici, Madame Radjavi. L’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) est le principal groupe de l’opposition, la colonne vertébrale de la résistance. Je vais tenter d’aborder quelques aspects.

Tout d’abord, à propos de la liste du terrorisme : l’UE doit retirer le nom de l’OMPI de la liste du terrorisme. Cette désignation manque de bases légales et entre dans le cadre d’une conciliation politique avec le régime clérical.

La lutte contre la dictature religieuse ne doit pas être taxée de terrorisme. Il ne s’agit pas seulement de mon opinion politique, mais aussi de mon opinion légale. Il ne fait aucun doute que la plus grande menace, la plus dangereuse des menaces pour la paix et la tranquillité dans la région aujourd’hui, c’est le régime des mollahs.

La Cité d’Achraf : j’ai eu la chance de visiter la Cité d’Achraf en 2004. J’ai été très impressionné par tous les gens d’Achraf et par leur lutte et tous ceux parlaient scandinave à Achraf.

Les résidents d’Achraf sont – et c’est mon opinion légale – protégés  à la fois par la Quatrième Convention de Genève, la loi internationale et la loi irakienne.  

Quand je me suis rendu à la Cité d’Achraf, j’ai rencontré plusieurs juristes et juges irakiens, et tous m’ont dit la même chose, tous étaient d’accord pour dire que tout le monde à Achraf était protégé par la IVe Convention de Genève, la loi internationale et la loi irakienne. 

Les habitants de la Cité d’ Achraf sont des réfugiés politiques et tout déplacement forcé serait un crime de guerre, à mes yeux.

La Cité d’Achraf est la propriété des gens qui y résident. Ils ont construit cette base, c’est leur bien. 

Il est important que le gouvernement irakien respecte pleinement les conventions et les lois internationales concernant l’OMPI et son droit de rester en Irak.

Je voudrais profiter de l’occasion pour passer en revue d’importants droits et protections prévus par la loi internationale. Les résidents de la Cité d’Achraf ont le droit d’être protégés du danger, de la violence, des persécutions, et de l’intimidation et de bénéficier d’une protection spéciale pour la dignité et les droits des femmes. Ils ont le droit d’être aidés à contacter leur famille hors de la Cité d’Achraf et leurs familles ont le droit d’aider à les protéger. Ils ont le droit de demander l’aide du Comité international de la Croix-Rouge, du haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU et des organisations internationales.

Ils sont le droit à la liberté de pensée, de religion, d’expression, d’associations intercommunautaires et d’opinion politique. Ils ont aussi le droit de ne pas être persécutés et de ne pas être forcés et d’avoir un travail rémunéré. Ils ont le droit de s’alimenter, le droit à la santé et à une qualité de vie égale à celles des habitants de là où ils se trouvent. Ils ont le droit à un traitement équitable devant la loi selon les lois irakiennes et les normes internationales. 

Ils ont le droit de rechercher un emploi et la possibilité de mener des activités rapportant des bénéfices conformes aux lois locales et qui peuvent être entreprises sans compromettre leur droit à la sécurité. Ils ont le droit de parler avec les représentants de la Coalition, les puissances protectrices, en privé et en toute confiance de leur situation. Et ils ont le droit de refuser de retourner dans leur pays de nationalité quelque soit leur statut légal dans le pays où ils sont protégés. Ils ont le droit de partir du territoire du conflit à tout moment pour leur pays ou pour tout autre pays pour lequel ils possèdent des documents de voyage valides.

Tous ces droits sont essentiels pour la protection des résidents de la Cité d’Achraf en vertu de la Quatrième Convention de Genève. 

Il ne s’agit pas seulement de mon opinion légale. C’est aussi l’opinion de William H. Brandenburg – un général de l’armée américaine du QG de la force multinationale. Cela date du 7 octobre 2005, et je dis et je pense que c’est toujours valable. 

Je suis du même avis que Mme Radjavi, il n’y a pas de solution militaire au problème iranien. La seule solution viable est un changement démocratique en Iran par les Iraniens et leur résistance légitime.  J’espère que toutes les opinions légales que nous avons entendues auront un impact sur la situation politique. J’espère vous voir tous bientôt dans les rues de Téhéran libérée. 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe