mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa force motrice des intégristes islamistes

La force motrice des intégristes islamistes

ImageExtraits du discours de la présidente de la République élue du Conseil national de Résistance iranienne diffusé en direct via satellite aux Congrès des Etats-Unis, le 20 octobre 2005

Je voudrais commencer cette réunion en vous envoyant d’ici  mes salutations. Je trouve aussi nécessaire de remercier, de la part de la Résistance iranienne, les membres honorables de la Chambre des Représentants et du Sénat américain, qui ont soutenu le peuple iranien et leur Résistance pour la liberté durant la période la plus sombre de leur histoire.

Le peuple iranien souffre du régime intégriste et répressif qui a imposé une ère  de précarité et d’amertume à mon pays. En exportant l’intégrisme islamiste et le terrorisme, et en poursuivant sa quête des armes atomiques, ce régime a plongé le monde dans des jours sombres et une période sinistre de chaos notre pays voisin, l’Irak.

Aujourd’hui, le monde commence à comprendre la menace globale que pose les intégristes islamistes. Il y a deux semaines de cela, le président des Etats-Unis a dit que le intégristes islamistes cherchaient « à instaurer un empire islamiste radical qui s’étendraient de l’Espagne à l’Indonésie ».

Notre mouvement de résistance a toujours mis en garde contre les menaces de l’intégrisme et du terrorisme islamistes pendant plus de deux décennies. Je voudrais vous entretenir ici de trois sujets : la force motrices de l’intégrisme islamiste, la politique occidentale de ces vingt dernières années, et la bonne politique pour traiter de ce phénomène.

S’ils ne contrôlaient pas tous les pouvoirs d’un Etat, les intégristes islamistes manqueraient de moyens pour répandre leur message de haine et de terreur. Ils ne poseraient pas de menace aussi dangereuse et grave comme ils le font aujourd’hui. Depuis longtemps déjà, il existe des factions fanatiques et violentes de l’islam. Mais le l’intégrisme islamiste n’est devenu une menace pour la paix et la tranquillité qu’après l’arrivée des mollahs radicaux au pouvoir en Iran, il y a un quart de siècle.

Le besoin vital des intégristes islamistes pour un appareil gouvernemental se reflète dans le fait qu’ils ont un désir commun d’instituer un régime islamiste mondial. Ce dénominateur commun cache leurs différences. Khomeiny prétendait être un chi’ite, mais il se lamentait souvent sur la chute de l’empire ottoman sunnite. Les intégristes islamistes se tournent vers Téhéran non seulement comme vers un pays qui les parrainent, mais aussi vers un modèle d’Etat.

En ce qui concerne les mollahs en Iran, ils cherchent à exporter le intégrisme islamiste comme le seul moyen de survivre, car ils sont haïs par 95% de la population iranienne.

Les mollahs utilisent le terrorisme comme un levier de pouvoir depuis le premier jour.
Ceci comprend, par exemple, l’occupation de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran, l’attentat au camion piégé d’une garnison de Marines à Beyrouth, le massacre des pèlerins de La Mecque, l’assassinat d’opposants iraniens à l’étranger, et les attentats à Buenos Aires et à Al-Khobar, une séries de prises d’otages et de détournements d’avions, la mise en place et  le soutien d’agents terroristes et la poursuite de la guerre de huit ans avec l’Irak.

Dans un discours, il y a trois jours, le guide suprême Ali Khamenei a dévoilé les ambitions expansionnistes  du régime, disant que « un être humain, un parti, ou un groupe ne peut pas afronter les défis du monde d’aujourd’hui. La seule entité capable de rivaliser avec ce monde hideux est une entité internationale commune, qui est en train de se former avec la République islamiste d’Iran en son centre…..Nous avons de la profondeur stratégique dans d’autres Etats musulmans. Nous sommes capables de rivaliser avec le pouvoir économique condensé que les entités du mal se sont créées. Ils faut les défier. Qui peut le faire ? Une entité internationale collective. »

En un mot, le régime iranien est la principale force, il est le cœur de l’extrémisme islamiste et du terrorisme et prétend diriger 1,5 milliard de musulmans.

Voyons à présent comment l’Occident peut s’occuper de l’intégrisme islamiste. Dans son discours du 6 octobre, le Président Bush a dit à ce propos que  « aucune concession, aucun dessous-de-table,  ni actes de complaisance ne changeraient ni ne limiteraient leurs plans pour tuer. »

Certes. Mais durant deux décennies, les gouvernements occidentaux n’ont pas clairement compris la véritable nature des intégristes islamistes et de leur moteur, l’Iran. Aussi, pour beaucoup de ces gouvernements, leur commerce avec l’Iran était plus important que les considérations stratégiques. Ceci a fait des mollahs le défi le plus important pour la communauté internationale.

La politique de complaisance de l’Union européenne a donné à Téhéran la meilleure occasion de compléter ses projets nucléaires. Les responsables du régime iranien se sont vantés que les deux années de négociations avec l’UE leur avaient donné une sécurité économique et des concessions politiques.

J’ai déclaré devant un rassemblement d’Iraniens à Londres en décembre 2003 que le danger d’ingérence des mollahs et du terrorisme en Irak était une centaine de fois plus élevés que leur menace nucléairs.

Deux ans plus tard, en l’absence d’une politique ferme,  le régime iranien est en train de jouer un jeu plus dangereux en Irak. Les agents iraniens ont infiltré les ministères irakiens, les bureaux, l’armée, la police, et les forces de sécurité. Ils contrôlent maintenant une grande partie du sud de l’Irak. Ils ont utilisé les ressources économiques, politiques, religieuses et diplomatiques pour changer la dynamique politique en leur faveur.

Durant vingt ans en Occident, certains ont dit qu’un engagement renforcerait les soi-disant modérés du régime des mollahs. Mais cette politique s’est retournée contre eux. Le nouveau président des mollahs Mahmoud Ahmadinejad a dit récemment que« la vague d’une nouvelle révolution islamiste atteindrait bientôt le monde. »

L’Irak est la première cible de cette vague. La montée de l’ingérence iranienne en Irak n’a pas alarmé seulement les Etats-Unis et la Grande Bretagne, mais aussi l’Arabie Saoudite, la Jordanie et d’autres pays de la région.

Aujourd’hui l’Irak est le principal  champ de bataille pour les mollahs qui cherchent à établir un empire islamiste. Ils ne laisseront jamais la démocratie fleurir en Irak ou ailleurs dans le monde. Ils utilisent des procédés démocratiques pour répandre l’intégrisme et le terrorisme.

Chers amis,
Membres distingués du Congrès,

Ceci m’amène à mon troisième sujet : quelle est la solution à ce problème ?

La politique de complaisance a mené au pouvoir les factions les plus radicales, a mené à une politique nucléaire plus sévère et l’export du terrorisme et de intégrisme.

La seule option réalisable est un changement démocratique par le biais du peuple iranien et de sa résistance. Le peuple iranien a pour l’instant offert 120 000 martyrs dans sa lutte contre ce régime abominable. Il est prêt s à payer un prix encore plus élevé.

La Résistance Iranienne a de racines profondes dans la société et la culture iranienne. Elle dispose d’un réseau important à travers le pays. Elle a une alternative politique sous la forme du Conseil national de Résistance iranienne. Elle a démontré son accès aux secrets farouchement gardé par les mollahs. Pour résumer, la Résistance iranienne a les moyens d’apporter un changement démocratique en Iran.

Le peuple iranien en a assez de l’oppression des mollahs et de leurs supercheries, l’Iran est prêt pour le changement. Durant les six premiers mois de cette année seulement, Téhéran et d’autres cités iraniennes ont été la scène de 1300 démonstrations anti-gouvernementales, de grèves, et de manifestations dan les différents secteurs de la société. En boycottant la mascarade électorale, le peuple iranien a exprimé son désir du changement.

Mais il y a un grand obstacle sur le chemin du changement. C’est la marque de terrorisme contre la principale composante de l’opposition iranienne, l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). Il y a huit ans, des hauts responsables américains ont  reconnu que cette marque était « un geste de bonne volonté » vis-à-vis des mollahs en Iran dans le contexte « d’ouverture »  du régime iranien.

L’UE a aussi mis l’OMPI sur la liste noire à la demande des mollahs. L’étiquette de terroriste, qui n’a pas de fondement ou de légitimité légal, est la plus grande concession de l’Occident aux mollahs et représente le
 plus grand obstacle à la détermination et au désir de liberté du peuple iranien.

L’OMPI prône une vision démocratique de l’islam. Elle combat l’intégrisme islamiste depuis 26 ans. C’est l’anti-thèse du régime intégrisme. Mais ce label de terroriste a gelé une grande partie des pouvoirs du mouvement et de son potentiel. Ce potentiel aurait du être utilisé pour combattre l’intégrisme et le terrorisme.

Le gouvernement des Etats-Unis et d’autres Etats-membres de la coalition ont déclaré qu’après 16 mois d’enquête sur tous les membres de l’OMPI dans la cité d’Achraf, en Irak, il n’y avait aucune preuve tangible pour les poursuivre. Ils ont été reconnus comme des personnes protégées par le Quatrième Convention de Genève. Ainsi, ce label de terreur n’est plus justifié.

Quelques 2,8 millions d’Irakiens ont signé une pétition en avril dernier et ont demandé le maintien en Irak de la présence de l’OMPI. Ils ont demandé le retrait de la marque du terrorisme de l’OMPI. Le peuple iranien fait la  même demande depuis des années.

Le Conseil national de Résistance iranienne reconnaît la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
Nous voulons créer une démocratie pluraliste. Nous voulons la séparation de la religion et de l’Etat,  l’égalité des sexes et mettre fin à toutes les formes de discriminations ethniques et religieuses.

Chers amis, membres distingués,

Avec chaque jour qui passe, le monde perd une autre occasion de s’opposer à la menace intégriste islamiste. Les mollahs ont besoin d’un temps précieux pour obtenir des armes nucléaires et dominer l’Irak.
L’absence de politique de fermeté vis-à-vis du pouvoir théocratique en Iran donne aux mollahs le temps dont ils ont besoin, rendant la guerre inévitable. L’histoire nous dit que c’est exactement ce qui s’est passé quand l’Europe a voulu plaire à  l’Allemagne nazie.

Le Président Bush a dit que l’Amérique soutient « les dissidents et les exilés contre les régimes oppressifs. » Il a donné l’espoir au peuple iranien que le gouvernement  américain adopterait une politique de fermeté envers le régime des mollahs.

Une telle politique doit avoir trois composantes :

Déférer le dossier du programme nucléaire et du terrorisme iranien au Conseil de Sécurité de l’ONU, arrêter son ingérence en Irak et retirer l’OMPI de la liste des groupes terroristes. Retirer l’OMPI de cette liste enverrait un signal fort au peuple iranien. Il leur dirait que les Etats-Unis se tiennent à ses cotés dans sa lutte pour la liberté.

Les intégristes au pouvoir en Iran sont sur leur fin. La nation iranienne est déterminée à faire tomber ces dirigeants honnis et non élus et à instaurer la liberté et la souveraineté populaire. 

Comme le grand homme d’Etat américain Thomas Jefferson l’a dit plus il y a de deux siècles, la résistance est devenue une moralité dans ma patrie, où l’arbre de la liberté a été arrosé du sang des compatriotes iraniens ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, en Iran, retentit le cri de la liberté. Au nom de la justice, de la paix et de l’humanité, je vous demande d’aider le peuple iranien et sa Résistance.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe