samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa Cour européenne se prononce en faveur de l’OMPI

La Cour européenne se prononce en faveur de l’OMPI

Les Amis d’Un Iran Libre (FOFI), Parlement européen, 4 décembre – A la suite du jugement de ce matin du tribunal de première instance européen ordonnant le retrait des Moudjahidine du peuple d'Iran de la liste terroriste de l'UE, l’intergroupe des Amis d'un Iran libre au Parlement européen (FOFI), composé d’un grand nombre de députés de divers groupes politiques, appelle le Conseil à faire une déclaration officielle reconnaissant le retrait de l’OMPI de cette liste, et acceptant de réparer tous les préjudices et les dommages infligés à la résistance iranienne et à sa direction.

En plaçant l’OMPI sur la liste noire, l’Occident a effectivement fermé la porte à toute perspective de
changement démocratique en Iran et privé le monde des moyens les plus importants pour créer ce
changement.

Struan Stevenson, co-président de FOFI, a déclaré à une salle comble en séance plénière aujourd’hui : "Je tiens à informer mes distingués collègues à la Chambre que, ce matin, le Tribunal de première instance à Luxembourg, a ordonné le retrait des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI / MEK) de la liste du terrorisme de l’UE. C'est la troisième fois que les tribunaux de l’UE ordonnent la radiation de l’OMPI de la liste du terrorisme et cela devrait servir d’avertissement honteux au Conseil et à la Commission comme quoi leurs tentatives visant à satisfaire les mollahs et le régime oppressif à Téhéran en plaçant l’OMPI sur la Liste du terrorisme, sont un délit contre la liberté ».

La Cour a démontré que ni le Conseil de l'UE ni le gouvernement français n’avaient de document ni de preuves contre les Moudjahidine et ils n'ont pas été en mesure de produire même un minimum de défense de leurs actions illégales devant la cour. Les juges ont été particulièrement critiques sur le fait que le gouvernement français et le Conseil aient refusé de fournir au tribunal un résumé de leur prétendue preuve qui avait été distribué aux gouvernements de l'ensemble des 27 États membres de l'UE. Cela reste la preuve la plus claire de tentatives de la présidence française et du Conseil de se placer au-dessus de l’état de droit dans leurs efforts pour satisfaire Téhéran.

«Nous sommes tout à fait d'accord avec Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, qui a déclaré : « La décision a porté un coup majeur au gouvernement français pour son usage honteux d'un dossier vide. Pour plaire au fascisme religieux au pouvoir en Iran, la France a piétiné tous les principes judiciaires et éthiques en demandant à maintenir l’OMPI dans la liste. »

Le communiqué de presse de la cour souligne que le verdict a été publié un jour seulement après l'audience, soit le processus le plus rapide du genre. Nous demandons au Conseil de ne pas agir au-dessus de l’état de droit. L'UE et les États-Unis doivent immédiatement retirer l’OMPI de leurs listes noires.

Alejo Vidal-Quadras, vice-président du Parlement européen

Struan Stevenson, Vice-Président du PPE-DE, Co-président des Amis d'un Iran libre

Paulo Casaca, Co-président des Amis d'un Iran libre

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe