mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa cour d'appel de Washington offre la possibilité de soutenir la démocratie...

La cour d’appel de Washington offre la possibilité de soutenir la démocratie en Iran

Active ImagePar David Amess*, député britannique

The Hill, 20 juillet – Quand la semaine dernière une cour d’appel fédérale (américaine) a ordonné au Département d’Etat de revoir l’inscription sur la liste terroriste du plus grand groupe d’opposition iranien, les analystes ont rapidement examiné les conséquences politiques de cette décision judiciaire. Le jugement d’un panel de trois juges laisse peu de doute que la décision de la précédente administration américaine de classer les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) comme organisation terroriste soit injustifiée. Attirant l’attention sur l’absence de procédure régulière offerte au groupe au cours du processus de prise de décision, le Tribunal a ordonné au Département d’Etat de revoir cette classification, tout en suggérant fortement que l’absence de preuves devrait conduire à l’annuler.

Avec un jugement clair dans sa détermination comme quoi le groupe a été injustement qualifiés de terroriste, le président Obama doit maintenant utiliser cette décision de justice comme un signe positif pour montrer au peuple d’Iran que l’administration actuelle soutient ses aspirations démocratiques. La rhétorique de l’administration américaine actuelle est bonne et bien, mais le peuple iranien montrant désormais sa volonté sans faille pour un changement démocratique, le soutien du monde démocratique au peuple courageux de l’Iran est plus que jamais nécessaire.

L’histoire derrière l’étiquette de terroriste contre l’OMPI est malheureusement celle de la complaisance politique, dans laquelle ce groupe a été visé par l’Occident pour complaire au régime iranien dans l’espoir de lui faire abandonner ses ambitions nucléaires. 13 ans après que le groupe ait été classé terroriste par l’administration Clinton, il ne fait guère de doute que le régime iranien plutôt que de reculer par rapport à ses ambitions nucléaires, se dirige à toute vapeur dans son désir de fabriquer des armes atomiques. Par conséquent, ces justifications politiques n’existent plus pour l’administration américaine actuelle.

Le président Obama et son équipe ne doivent pas chercher bien loin de l’autre côté de l’Atlantique pour voir les échecs de l’ancien gouvernement britannique et de l’Union européenne qui ne voulaient pas adopter des décisions judiciaires de retirer l’OMPI de leurs listes de terroristes. Traînés en se démenant et à grands cris devant les tribunaux, les politiciens britanniques et de l’UE se sont accrochés aux derniers fils d’une politique de complaisance qui a lamentablement échoué.

Le temps est venu pour les dirigeants occidentaux de se rassembler pour soutenir le mouvement d’opposition iranien et de travailler avec lui dans l’édification d’un Iran libre où la population prospère grâce à la démocratie et à l’égalité. Tels sont les objectifs démocratiques de l’OMPI, objectifs et ambitions que l’administration américaine doit embrasser plutôt qu’entraver.

Le Premier ministre britannique David Cameron est aux États-Unis cette semaine, le président Obama doit saisir l’occasion de créer un jour nouveau dans la politique occidentale vis-à-vis du régime iranien. Les échecs des administrations passées sont apparu et ont passé. Avec la forte rhétorique de Cameron et d’Obama vis-à-vis du régime iranien et les deux administrations semblant s’attaquer de front au programme nucléaire de l’Iran, le moment est venu de coupler les sanctions à un soutien au mouvement d’opposition iranien.

Ces dernières semaines, nous avons vu le mouvement d’opposition iranien prospérer à nouveau alors que le bazar de Téhéran s’est mis en grève pour dénoncer les actions de ses dirigeants dictatoriaux. Cela a été jumelé à la fin du mois dernier avec le plus grand rassemblement de l’opposition iranienne en exil, et 100.000 exilés iraniens se sont réunis à la périphérie de Paris pour montrer leur soutien aux aspirations démocratiques de l’OMPI et demander une politique internationale couplant les sanctions avec le soutien au peuple iranien.

L’administration américaine doit maintenant voir dans le jugement de la semaine dernière une occasion de redresser les torts du passé. Un groupe de parlementaires des deux partis parraine un projet de loi pour presser l’administration à lever l’interdiction de l’OMPI.

Le temps est venu de soutenir les aspirations démocratiques du peuple iranien et la première étape à franchir, passe donc par le respect du jugement de la semaine dernière et de retirer l’OMPI de la liste des organisations interdites. Ce n’est pas seulement l’obligation légale de l’administration actuelle, mais cela enverra aussi un message de soutien au peuple d’Iran dans sa lutte pour renverse ses dirigeants brutaux.

La rhétorique est bonne et bien, mais après avoir manqué des occasions précédentes de soutenir le peuple iranien, nous ne pouvons pas risquer de manquer celle-ci.

*M. David Amess, est député du Parti conservateur du Premier ministre David Cameron au Royaume-Uni et membre du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe