mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLa Chambre des députés des Etats-Unis adopte l'Iran Freedom Support Act

La Chambre des députés des Etats-Unis adopte l’Iran Freedom Support Act

La Chambre des députés des Etats-Unis adopte l’Iran Freedom Support ActParJim Abrams

Associated Press, Washington – La Chambre des Représentants a voté jeudi en faveur de sanctions obligatoires contre les entités qui fournissent des biens ou des services participant à l’avancement du programme d’armes de l’Iran. Ce vote a lieu tandis que les diplomates américains continuent de faire pression pour que le Conseil de Sécurité de l’ONU pénalise Téhéran s’il refuse de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium.

 

Les partisans de l’Iran Freedom Support Act (loi de soutien à la liberté en Iran) au sein de la Chambre ont déclaré espérer que le Sénat agisse rapidement et que le président Bush reçoive le projet cette semaine pour signature.

Ce projet de loi, adopté par vote par acclamation, sanctionne toute entité contribuant à l’acquisition par l’Iran d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires. Le président a le pouvoir d’annuler ces sanctions, mais uniquement s’il arrive à démontrer que cette décision est cruciale pour l’intérêt national.

« Ce serait une erreur monumentale que de permettre à un régime ayant un comportement aussi violent et dangereux que l’Iran de se procurer des armes nucléaires », a déclaré la députée républicaine de Floride, Ileana Ros-Lehtinen, marraine de la mesure. « Assez de carottes, il est temps d’appliquer le bâton. »

Mais les opposants ont mis en doute la nécessité d’une action unilatérale lorsque les Etats-Unis insistaient pour une approche multinationale du programme nucléaire suspecté de l’Iran. « C’est comme, si vous voulez, si un missile de croisière était destiné à un effort diplomatique difficile juste au moment où ils touchent le point le plus sensible », a affirmé le représenant démocrate de l’Oregon, Earl Blumenauer. « Le moment ne peut pas être plus mal choisi pour cette loi. »

Cette mesure codifie les sanctions économiques existantes contre le gouvernement de Téhéran en vigueur depuis la prise de l’ambassade américaine en 1979 et prévoit que le président avertisse le Congrès 15 jours avant de mettre un terme à l’une de ces sanctions.

Elle approuve également l’assistance accordée aux organisations des droits humains, pro démocratiques et indépendantes et affirme que, selon le Congrès, les Etats-Unis ne doivent pas passer d’accords avec des gouvernements qui participent à l’avancement du programme nucléaire iranien ou qui transfèrent des armes ou des missiles vers l’Iran.

« Si nous manquons de nous servir des outils économiques et diplomatiques à notre disposition, le monde va plonger dans un cauchemar sans fin », a affirmé Tom Lantos, représentant démocrate de Californie.

Mais d’autres maintiennent que le texte du projet de loi en faveur d’un changement démocratique en Iran ne fera que contrarier les Iraniens qui pourraient y voir un parallèle avec le changement de régime voulu par les USA en Irak voisin. Le temps est venu, selon Dennis Kucinich, représentant démocrate de l’Ohio, « d’assurer à l’Iran que nous n’allons pas les attaquer ».

La Chambre avait adopté des sanctions similaires sur l’Iran en avril dernier, mais cette mesure a rencontré l’opposition de l’administration qui a jugé qu’elles réduisaient la flexibilité nécessaire pour aboutir à une solution diplomatique aux programmes d’enrichissement d’uranium iranien et de développement d’armes nucléaires. Le Sénat a rejeté cette proposition.

La section portant sur la suspension de l’aide aux pays, tels que la Russie, investissant dans des projets en Iran susceptibles d’avoir un lien avec la prolifération d’armes, est absente de la version révisée. Le texte modifie également l’Iran-Libya Sanctions Act (loi relative aux sanctions contre l’Iran et la Libye) adopté il y a 10 ans en retirant les sanctions sur la Libye, qui coopère désormais avec l’Occident en éliminant ses armes de destruction massive.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a rejeté jeudi une fois de plus les demandes de suspension des activités d’enrichissement d’uranium de Téhéran, répétant que l’Iran poursuivrait son programme d’énergie nucléaire à des fins pacifiques.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe