jeudi, janvier 26, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesLa carte blanche de Khamenei pour la répression des femmes - vidéo

La carte blanche de Khamenei pour la répression des femmes – vidéo

La carte blanche de Khamenei pour la répression des femmes - vidéo

CNRI – La directive du Guide suprême iranien, Ali Khamenei, encourageant les Bassidjis et les milices répressives à passer à l’action à leurs guises pour réprimer les femmes, commence à se concrétiser, alors qu’un climat de peur s’installe dans le pays. Khamenei déclaré que ses agents « ont carte blanche » pour appliquer les lois islamiques.

A titre d’exemple, le « Conseil de coordination du Hezbollah » principalement composé d’éléments extrémistes, a annoncé que « permettre aux femmes d’entrer dans des stades est contraire la loi islamique ». Selon l’agence de presse officielle ILNA, Hossein Allahkaram, le président du conseil, a publié une déclaration sur Instagram dédiée aux « étudiants de la prière du vendredi du Hezbollah. »

La déclaration fait savoir : « Un groupe d’étudiants de la prière du vendredi du Hezbollah a été créé, à l’instar des premiers jours après la révolution, pour appliquer la carte blanche du Guide Khamenei tout comme la clause « M » du testament de l’imam Khomeiny. Le groupe se compose d’étudiants qui prennent part à la prière du vendredi de Téhéran. »

Publiant des photos de leur rassemblement pour recueillir des signatures, le groupe demande à l’appareil judiciaire du régime de se pencher sur le cas des femmes dans les stades pour assister à des matches de volley. Sans quoi, ils devront agir en fonction de la clause « M » du testament de Khomeiny et selon les ordres de Khamenei.

La clause « M » du testament de Khomeiny encourage les forces du régime à passer directement à l’action et à prendre les mesures nécessaires au cas où les entités étatiques échouaient à traiter correctement ce qui est considéré comme les intérêts du régime.

Par ailleurs, l’Imam de la prière du vendredi à Machhad et le représentant de Khamenei dans la ville, Ahmad Alamolhoda, a déclaré vendredi 16 juin que « cette carte blanche signifiait qu’il ne faut pas attendre d’ordres. Cet ordre définit clairement les responsabilités de toutes les entités, dont celle du pouvoir exécutif et judiciaire. »

Assadollah, l’Imam de la prière du vendredi à Chiraz, a également mentionné cette directive fascisante, affirmant qu’il n’affaiblissait ni les entités étatiques ni le gouvernement, mais qu’il s’implique dans des questions que les autres évitent. »

Les femmes en Iran: ma présence dans le stade de foot est mon droit

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe