samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'Observatoire des droits de l'homme en Iran rapporte la poursuite des violations...

L’Observatoire des droits de l’homme en Iran rapporte la poursuite des violations des droits de l’homme dans le pays

L'Observatoire des droits de l'homme en Iran rapporte la poursuite des violations des droits de l'homme dans le pays

L’Observatoire des droits de l’homme en Iran, une ONG basée en Europe, a établi un rapport détaillé sur situation des droits de l’homme dans le pays au cours du mois de septembre. Il a souligné qu’il y a eu une poursuite des violations systématiques des droits de l’homme, notamment les exécutions, les amputations et les tortures.

Le groupe a indiqué qu’il y a eu 42 exécutions le mois dernier – dont 22 ont été signalées dans les médias officiels. On s’attend à ce que le nombre réel soit encore plus élevé. Plusieurs d’entre elles ont été menées en public dans les prisons à travers le pays. Au moins une femme a été pendue dans la prison centrale de Zanjan.

Dans la prison d’Ardebil, deux hommes ont été exécutés le 19 septembre. L’un d’eux était âgé de 23 ans et purgeait une peine de trois ans. Cependant, les accusations portées contre lui ont été forgées de toutes pièces et sa peine a été commuée en exécution.

Dans certains cas, les prisonniers étaient contraints à assister aux exécutions, dans le seul but de les torturer avant leurs propres exécutions.

L’observatoire des droits de l’homme en Iran a également souligné que 14 exécutions ont eu lieu dans la seule journée du 20 septembre, le même jour où Hassan Rohani intervenait à l’Assemblée générale des Nations Unies pour rejeter les allégations de violations en Iran.

Au cours du mois de septembre, il y a eu au moins sept « porteurs de marchandises » assassinés par les gardes-frontières et à d’Abadan, où un jeune de 18 ans a été abattu. Un jeune Baloutchi a également été tué par une balle dans la région de Khash.

Dans la prison centrale de Zahedan, un prisonnier de 22 ans a été placé en isolement solitaire où il a été torturé par des gardiens. Il s’est ensuite suicidé pour mettre fin aux souffrances dont il faisait l’objet.

Téhéran recourt encore à des châtiments cruels contre son peuple. Par exemple, deux prisonniers ont été flagellés avant leur exécution dans la prison centrale de Tabriz. Le rapport indique: « Un prisonnier du couloir de la mort a été convoqué par le chef de section, le 3 septembre, et conduit au préau de la prison. On lui a dit que sa sentence de mort devait être exécutée et qu’il devait se préparer. Il a ensuite été soumis à une simulation d’exécution et renvoyé plus tard dans sa cellule. »

Des amputations de mains et de doigts ont également été effectuées ou décrétées contre des personnes accusées de vol.

Les minorités religieuses et ethniques continuent d’être opprimées en Iran et il a été signalé que des dizaines de personnes, malgré les examens d’entrée à l’université, se sont vues refuser des places sur le lieu d’étude pour ces raisons. Les membres de la communauté Baha’i sont les plus concernés.

Le rapport a également souligné le cas de plusieurs prisonniers politiques de la section 10 de la prison de Gohardacht qui ont pris part à une grève de la faim de plus d’un mois. Pour empirer la situation, 11 des prisonniers se sont vus ajouter deux ans et demi à leurs peines de prison.

La santé des prisonniers se détériore rapidement et beaucoup souffrent de tension artérielle basse, de perte d’équilibre, etc. Le régime des mollahs refuse d’écouter les prisonniers et continue de les maintenir dans les mêmes conditions.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe