mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL’eurodéputé Tunne Kelam : la situation des droits de l’Homme en Iran...

L’eurodéputé Tunne Kelam : la situation des droits de l’Homme en Iran a empiré sous Rohani – vidéo

CNRI – La semaine dernière, les membres du Parlement européen ont critiqué Frederica Mogherini, la responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, pour le manque de réactivité de l’UE à l’égard de la situation épouvantable des droits de l’Homme en Iran.

Lors d’un débat sur l’Iran, M. Tunne Kelam, député de l’Estonie au Parlement européen et un membre de longue date de l’intergroupe « Amis d’un Iran libre », a déclaré à Mme Mogherini que sous Hassan Rohani, plus de 2000 prisonniers ont été exécutés en Iran.

Vous trouverez ci-dessous le texte de l’allocution du 9 septembre 2015 de M. Tunne Kelam

Monsieur le Président,
Nous devons rendre hommage à la contribution et à l’engagement personnel de Madame Mogherini. Cependant, le résultat global de l’accord [nucléaire avec l’Iran] n’a été guère convaincant, parce que le programme nucléaire du régime iranien n’a pas été annulé et que par cet accord, les échéances ont été simplement reportées, de 15 ans dans le meilleur des cas.

La question est la suivante : laquelle des deux parties va utiliser ce temps de manière la plus efficace ? Il appartient à nous de répondre maintenant à cette question. La nature du régime iranien n’a pas changé. A la tête de ce régime antidémocratique, il y a toujours les mêmes dirigeants qui ont un bilan notoire en matière de non respect des engagements.

Puisqu’on ne peut pas faire confiance [à ce régime], comme Mme Mogherini l’a admis, l’enjeu est le suivant : les dirigeants du régime iranien vont-ils tirer profit de cette nouvelle situation ? C’est impossible de leur accorder davantage de concessions. Les sommes qui seront débloquées et mises à la disposition du régime iranien, seront utilisées par ce régime pour financer et soutenir les groupes [paramilitaires] au Moyen Orient qui travaillent pour le compte de l’Iran.

Dans les négociations qui ont précédé l’accord nucléaire, la question du programme balistique du régime iranien n’a pas été abordée. Par ailleurs, ce régime va conserver une partie de ses centrifugeuses avancées. Mais je pense que la question centrale est la suivante : nous devons affirmer clairement notre engagement en faveur des droits de l’Homme et des droits des minorités en Iran et évaluer s’il y a eu ou pas un progrès réel dans ces domaines. Ce qui m’inquiète le plus est que ces derniers temps, non seulement la situation des droits de l’Homme en Iran n’a pas été améliorée, mais aussi elle a empiré. Depuis l’arrivée à la présidence de Rohani, il y a eu 2000 exécutions dont beaucoup pour des motifs politiques.

La position du Parlement européen a été très claire : dans nos relations avec un interlocuteur non démocratique [comme le régime iranien], nous devons insister pour que la question des droits de l’Homme soit intégrée dans tout accord et discutée au même titre que les questions économiques et sécuritaires.

J’espère que ce principe sera respecté.

 

Lire aussi: 

Préoccupation majeure du Haut Commissaire des Nations Unies concernant les Droits de l’Homme en Iran

Iran: les prisonniers politiques protestent après la mort suspecte du syndicaliste Shahrokh Zamani

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe