vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« Aucun fait nécessitant l'inscription de l’OMPI sur la liste terroriste »...

« Aucun fait nécessitant l’inscription de l’OMPI sur la liste terroriste » – Lee Hamilton

CNRI – « Je ne comprends pas pourquoi les États-Unis ont maintenu l’OMPI sur la liste du terrorisme durant toutes ces années. J’ai eu accès à des informations confidentielles. Je sais que certaines choses ont pu se produire dans le passé mais je ne comprends simplement pas pourquoi », a déclaré  Lee Hamilton à Washington le 19 février.

Celui qui fut 34 ans membre de la Chambre des Représentants, président de la commission des Affaires étrangères et qui a siégé dans plusieurs conseils sur le renseignement et la sécurité à la Maison Blanche, puis à la tête du centre de recherches Woodrow Wilson à Washington, participait à une conférence aux côtés d’un panel de premier plan. En effet, de hauts généraux et d’anciens dignitaires américains débattaient sur la « transition au Moyen-Orient et les perspectives pour l’Iran ». Ils ont appelé au changement en Iran, à la protection d’Achraf et à la sortie de liste de l’OMPI. Y figuraient  le général Peter Pace (Chef d’état-major des armées de 2005 à 2007),  Le général Hugh Shelton, (Chef d’état-major des armées d’octobre 1997 à septembre 2001),  Michael Mukasey (ancien ministre de la justice),  Bill Richardson (ancien secrétaire à l’Energie, ambassadeur à l’ONU (2005-2006)),  Le général Michael Hayden (directeur de la CIA (2006-2009)), Robert Torricelli (Ancien sénateur), L’ambassadeur Dell Dailey (Ancien coordinateur du Contre-terrorisme au département d’Etat) et Walter Slocombe (Sous-Secrétaire à la Défense pour les affaires politiques de 1994 à 2001).

Voici les moments forts de l’intervention de Lee Hamilton :

Je ne connais aucun pays qui nous ait causé plus de brûlures d’estomac et plus d’angoisse sur une période aussi longue que l’Iran. J’ignore si j’en connais les raisons, mais vous m’impressionnez. Ça a été vraiment très difficile pour les États-Unis de comprendre et de traiter avec ce pays.

Il y a des raisons pour cela. L’Iran est un pays d’une grande complexité et d’une grande inconstance politiques. Il a un système politique très complexe.

Il connait, bien-sûr, de nombreux troubles internes sur lesquels vous en savez bien plus que moi. Cela a, durant un certain temps, créé d’énormes tensions au sein de la communauté internationale. Bien-sûr, le monde entier aujourd’hui se focalise beaucoup sur ce qu’il projette de faire sur le plan nucléaire.

Durant une longue période, ça a été un défi très complexe pour les décideurs de la politique étrangère américaine. L’Iran est un pays puissant. C’est un grand acteur. Il est riche en toutes sortes de ressources, particulièrement en ressources énergétiques. Nous continuons dans ce pays à nous concentrer, autant que le monde, sur ce qu’il a l’intention de faire quant à l’énergie nucléaire.

J’ai lu des rapports de Renseignement du gouvernement américain indiquant que l’Iran est déterminé à monter un programme nucléaire et qu’il a commencé à prendre des mesures pour la conception de têtes nucléaires.

Cela a une énorme importance pour nous et pour le monde et, bien-sûr, pour cette région. Je sais que la grande partie des informations que nous avons dans ce pays sur le programme nucléaire iranien vient de vous et de personnes que vous connaissez bien.

Nous avons donc du mal à comprendre l’Iran. Qu’est-ce qu’il manigance ? Qu’est-ce qui motive réellement ce pays aujourd’hui ? Nous devons insister, bien-sûr, pour que le gouvernement irakien respecte son engagement à protéger les personnes vivant à Achraf. J’ai discuté avec plusieurs d’entre vous ces derniers jours sur à cette situation. Vous m’avez plutôt bien informé sur ce qui s’est déroulé là-bas mais la sûreté et la sécurité de ces personnes doivent être assurées et les États-Unis doivent insister là-dessus.

Deuxièmement, et je pense que vous allez tous en convenir, nous devons confirmer et renforcer les sanctions. Nous avons des sanctions contre l’Iran depuis 1979 et la communauté mondiale en a également depuis longtemps.

De mon point de vue, je pense qu’il très important que nous renforcions particulièrement ces sanctions concernant les flux financiers et les institutions financières. Nous devons renforcer nos efforts deux fois, trois fois plus pour renforcer les sanctions.

Ces sanctions couplées à des actions secrètes, je pense que le monde et les États-Unis en conviendront, ont eu un impact en retardant le programme nucléaire iranien et c’est une chose très positive car cela nous donne davantage de temps pour tenter de résoudre ce problème.

La chose que nous devons faire à présent c’est de soutenir l’opposition en Iran.

J’ai été terriblement ému, comme vous l’avez été, lorsque j’ai vu les mouvements de protestation s’étendre au Moyen-Orient et je suis extrêmement conscient du fait qu’en Iran, les deux ou trois prochains jours pourraient être vraiment décisifs pour l’avenir du pays.

Les États-Unis doivent y voir une occasion de défendre leurs valeurs fondamentales dans ce pays et nous devons soutenir ceux qui en Iran recherchent la liberté, la démocratie et le respect des droits de l’homme.

Je crois que la meilleure chance pour les États-Unis de faire avancer leurs relations avec l’Iran est de soutenir l’opposition en Iran et je veux dire la soutenir par des moyens très précis. J’ignore si je connais tous ces moyens. L’argent est une chose qui pourrait être utile. Supprimer les obstacles pour que l’opposition puisse acquérir les dernières technologies, faire passer l’information dans l’ensemble du pays pourrait être un autre [moyen] et nous ne devrions jamais relâcher notre soutien aux droits de l’homme.

Je pense que les États-Unis comprennent que les ingrédients sont aujourd’hui réunis en Iran pour soutenir le changement. Dans ce pays, il y a un groupe de personnes frustrées, jeunes, instruites, sans emploi, calées techniquement et agitées. Le changement viendra en Iran. Ce n’est qu’une question de temps.

Je me suis demandé, en quoi est-ce important la manière dont les États-Unis se trouvent en chacun de nous ? D’après moi notre position n’est pas décisive, l’avenir de l’Iran doit être décidé par le peuple iranien, c’est ainsi que cela doit se passer, pas par moi, pas par ce comité distingué, mais par le peuple iranien.

Permettez-moi de parler de cette question du retrait de l’OMPI de la liste terroriste.

Je dois vous dire que je suis l’une de ces personnes qui n’ont pas accordé suffisamment d’attention à cette question.

Je pense pouvoir vous donner beaucoup de raisons pour lesquelles je ne l’ai pas fait mais je suis certain que vous n’accepteriez aucune d’elles. Je vais donc simplement vous dire que d’où je me trouve à présent je suis réellement perplexe.

Je ne comprends pas pourquoi les États-Unis ont maintenu l’OMPI sur la liste du terrorisme durant toutes ces années. J’ai eu accès à des informations confidentielles. Je sais que certaines choses ont pu se produire dans le passé mais je ne comprends simplement pas pourquoi.

Ce n’est pas de la physique nucléaire. C’est une question de faits concernant la conduite de l’OMPI et je ne comprends tout simplement pas la raison pour laquelle les États-Unis n’ont pas résolu cela et parlé franchement à ce sujet, mais je ne connais aucun fait nécessitant l’inscription de l’OMPI sur la liste terroriste.

Pour conclure, je voudrais juste dire un mot au sujet de ce plan en dix points. Si je comprends bien, c’est la troisième voie. Je l’ai lu. Je l’apprécie. Je pense qu’il est très bien fait.

Soutenir les urnes, soutenir un système pluraliste, la séparation de la religion et de l’État, l’égalité totale des sexes, un système juridique moderne, soutenir la Déclaration universelle des droits de l’Homme, soutenir la propriété privée, soutenir la coexistence pacifique, soutenir une nation iranienne libre.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe