lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL’Assemblée générale de l’ONU condamne les violations systématiques des droits humains en...

L’Assemblée générale de l’ONU condamne les violations systématiques des droits humains en Iran

Maryam Radjavi : Au bout de 60 condamnations, les paroles ne suffisent plus, il faut envoyer le dossier des crimes des mollahs au Conseil de sécurité de l’ONU et à la CPI

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, s’est félicitée de l’adoption de la 60e résolution de l’ONU condamnant les violations systématiques et sauvages des droits humains en Iran. Evoquant le point souligné par la résolution, notamment la montée des exécutions, des tortures et des châtiments inhumains, spécialement les pendaisons d’adolescents et les pendaisons collectives clandestines, elle a déclaré : « Après le mépris affiché par le régime du guide suprême vis-à-vis des 60 résolutions de l’ONU  le condamnant pour ses violations des droits humains, il ne suffit plus de lancer des condamnations verbales, il faut envoyer le dossiers de ses crimes au Conseil de sécurité et à la Cour pénale internationale. Les gouvernements occidentaux et l’ONU doivent soutenir l’appel du peuple iranien à la libération des prisonniers politiques et subordonner leurs relations économiques à l’arrêt des exécutions. C’est le minimum qu’attend le peuple iranien dont les enfants à travers le pays, du Kurdistan au Sistan-Balouchistan et du Khouzistan à Téhéran, et à Achraf et Liberty en Irak, sont victimes d’exécutions de masse. »

Étant donné que l’augmentation des atrocités de ce régime a pris de nouvelles dimensions à la suite de la farce électorale, notamment avec l’exécution de plus de 400 prisonniers, tout accueil favorable ou complaisance en direction du mollah Rohani et reconnaissance de cette fausse élection du régime illégitime du guide suprême, ne fait qu’alimenter la machine à tuer et à réprimer des mollahs.  

Les yeux fermés de l’Occident sur les exactions en Iran et son silence devant la vague d’exécutions et de répression sont totalement inacceptables. Le massacre des habitants d’Achraf est un crime contre l’humanité. Le massacre de 30.000 prisonniers politiques en 1988 est également un crime contre l’humanité qui s’est lui aussi heurté au silence de la communauté internationale. Il doit être examiné par le Conseil de sécurité de l’ONU. D’autant plus que les dirigeants d’aujourd’hui à Téhéran, sont les commanditaires et les auteurs de ce massacre et qu’ils continuent d’en prendre la défense. Il est regrettable qu’en se rendant à Téhéran, les dirigeants occidentaux serrent la main de ces assassins.

Maryam Radjavi a prévenu les gouvernements des 5+1, de ne pas occulter les violations des droits humains en Iran, le terrorisme et le bellicisme de ce régime dans la région en particulier en Syrie et en Irak, en raison des négociations nucléaires. Elle a souligné que cette politique de complaisance apporte une assistance à la tuerie et à la répression en Iran, et met en danger la paix et la tranquillité dans la région. Il faut bannir ce régime de la communauté internationale.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 19 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe