mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humains« 50.000 personnes par mois entrent en prison en Iran » (Haut...

« 50.000 personnes par mois entrent en prison en Iran » (Haut responsable du régime)

« 50.000 personnes par mois entrent en prison en Iran » (Haut responsable du régime)CNRI – Dans une interview fleuve publiée le 6 octobre dernier par l’agence de presse officielle ISNA, le directeur de l’organisation carcérale du régime des mollahs donne des informations effarantes sur l’état des prisons et la répression qui règne en Iran.

Cette interview d’Ali Akbar Yessaghi qui fait l’éloge d’un des systèmes les plus cruels au monde, révèle une surpopulation carcérale ayant depuis longtemps dépassé le seuil critique et qui constitue une crise ingérable : « dans les conditions actuelles des prisons et vu le nombre de détenus, je critique le fait de prononcer des multitudes de peines d’emprisonnement. Il faut en réduire le nombre », reconnaît-il impuissant.

Ses propos révèlent également que les prévenus sont une source de revenus importante pour le régime, puisqu’il suffit d’une caution, d’un dépôt de garantie ou d’une hypothèque sur les biens pour ne pas être emprisonné. Rappelons que les cautions sont astronomiques.

Enfin, ses déclarations sont une reconnaissance officielle de l’ampleur du fléau de la drogue en Iran.

La surpopulation carcérale :

– « Nous faisons partie des dix premiers pays au monde à posséder le plus de prisonniers par rapport à la population. »

-« Environ 50.000 personnes par mois entrent en prison  en Iran. Plus de 35.000 d’entre elles, le sont parce qu’elles n’ont pas payé de caution ou ne peuvent pas présenter de garant. »

– « A Abadan, il y a une prison construite pour 70 personnes et qui en contient 500. »

– « Quand dans l’année en Iran 600.000 personnes entrent en prison, cela veut dire que les proches de ces 600.000 sont des familles menacées. Si l’on prend comme moyenne 5 personnes par famille, cela fait 3 millions de personnes sans chef de famille. »

– « L’emprisonnement dans l’islam [du régime des mollahs] est prévu pour les personnes dont la présence est nuisible à la société, comme les voleurs à main armée et les récidivistes. Malheureusement dans les cas de Qessas [la loi du Talion, œil pour œil, dent pour dent], on emprisonne les individus alors qu’il faudrait appliquer le verdict rapidement. »

– « Il y a un ensemble de personnes qui sont en prison à cause de dette financière comme le prix du sang, les pensions alimentaires, des contrats ou des chèques impayés. »

– « Il existe en Iran, plus de 400 sortes de délits passibles d’emprisonnement ».

La drogue :

– « Plus de 80% des personnes arrêtées en relation avec la drogue sont emprisonnées parce qu’elles sont incapables de payer des amendes (…) Si vraiment elles sont incapables de payer une amende pourquoi les y condamner (…) A la place, il faut nous saisir de ce qu’elles trafiquent ».

– « Environ 50% des prisonniers sont des drogués. »

– « Envoyer des drogués en prison et les y fouetter n’arrange rien. »

Les prisons politiques :
 
« Une partie des prisons appartient aux forces de sécurité, en particulier les unités des renseignements qui ont besoin d’avoir à portée de la main les criminels dangereux pour compléter leur dossier, une partie des prisons ont besoin de quartiers pour détenir ceux qui ont agi contre la sécurité interne ou externe de la République islamique. »

« On ne peut pas dire que toutes les prisons spéciales possèdent les mêmes moyens que nous. Il existe des lieux de détention qui sont hors de notre compétence et de notre juridiction et qui ont leurs propres responsables. »
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe