mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceJuristes internationaux et parlementaires appellent l'Irak à libérer les 36 otages iraniens

Juristes internationaux et parlementaires appellent l’Irak à libérer les 36 otages iraniens

Bruxelles, 6 octobre 2009Le Comité belge de parlementaires pour un Iran démocratique déclare : «Le gouvernement américain est responsable de la sécurité du camp d'Achraf »
 
CBPID, 6 octobre – Le Comité belge de parlementaires pour un Iran démocratique a tenu aujourd’hui une conférence de presse au centre international du Press Club à Bruxelles. La conférence était dirigée par le président du Comité, le sénateur Dirk Claes, du parti démocrate-chrétien flamand (CD & V) au pouvoir et traitait de la situation des opposants iraniens au camp d'Achraf en Irak, qui ont été victimes d'une attaque mortelle cet été.

Bruxelles, 6 octobre 2009, Eric Davi (g) Dirk Claes, Jean-Pierre Spitzer, Tunne KelamLe Comité belge de parlementaires pour un Iran démocratique déclare : «Le gouvernement américain est responsable de la sécurité du camp d'Achraf »
 
CBPID, 6 octobre – Le Comité belge de parlementaires pour un Iran démocratique a tenu aujourd’hui une conférence de presse au centre international du Press Club à Bruxelles. La conférence était dirigée par le président du Comité, le sénateur Dirk Claes, du parti démocrate-chrétien flamand (CD & V) au pouvoir et traitait de la situation des opposants iraniens au camp d'Achraf en Irak, qui ont été victimes d'une attaque mortelle cet été. 

Le sénateur Claes a ouvert la conférence en exprimant les préoccupations profondes des parlementaires sur les événements tragiques de la fin juillet au camp d'Achraf. «Nous sommes très préoccupés par la situation du camp d'Achraf en Irak. 11 personnes ont été tuées et plus de 500 blessées lorsque les forces irakiennes ont brutalement attaqué le camp qui abrite 3400 membres de l'opposition démocratique iranienne, l'OMPI, à la fin du mois de juillet », a-t-il dit.

Il a souligné l’inquiétude du Comité sur le sort des 36 résidents «pris en otage» par les forces irakiennes durant le raid et qui « ont été brutalement attaqués, battus et emmenés maintenant à la prison spéciale des services du Premier ministre irakien, alors qu’ils en sont à leur 70e jour de grève de la faim ».

Il a rappelé que l'attaque contre les prisonniers avait eu lieu en dépit de plusieurs jugements des tribunaux irakiens avec le verdict définitif du 27 septembre, ordonnant leur libération inconditionnelle. « C’est pour cette raison que nous avons appelé le gouvernement belge et l'Union européenne à condamner fermement cette attaque et que nous appelons à la libération immédiate de ces 36 otages », a souligné le sénateur.

Dirk Claes a également lu une déclaration commune signée par 400 parlementaires de différents pays européens qui demande la libération immédiate de 36 résidents d'Achraf détenus en otage par les forces irakiennes. La déclaration exhorte les forces américaines à garantir la protection des résidents d'Achraf et demande le déploiement d’une équipe d’observateurs des Nations Unies à Achraf pour empêcher le déplacement forcé des habitants à l’intérieur de l'Irak.

Le professeur Eric David, président du Centre de droit international de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), a expliqué l'aspect juridique de la situation. Il a déclaré que les résidents d'Achraf sont tous des civils et bénéficiaient d’un statut de réfugié politique sous le régime précédent en Irak. « Selon le "principe de la continuité de l’Etat", le gouvernement actuel de l'Irak doit respecter les engagements du gouvernement précédent en ce qui concerne le statut de réfugié politique des résidents d'Achraf ». « Les déplacer sur le territoire irakien serait une violation des lois internationales », a-t-il souligné.

M. Jean-Pierre Spitzer, avocat au Barreau de Paris et le directeur scientifique de l'Union des Avocats Européens, a déclaré : « Ce que font les Irakiens à Achraf est contraire aux lois internationales et c’est de la responsabilité des Américains d’empêcher les violations les droits des résidents d'Achraf. Même dans l'ex-Union soviétique, ils ne défiaient pas leurs propres tribunaux, mais en Irak qu'ils le font. L'UE et le gouvernement américain doivent protéger les droits de ces opposants iraniens en Irak. »

M. Tunne Kelam, eurodéputé, membre de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l'Irak, qui a visité le camp d'Achraf l'an dernier, a déclaré : « Les membres de l'OMPI au Camp d’Achraf entretiennent d'excellentes relations avec les Irakiens locaux. Il s’agit de «personnes protégées» en vertu de la 4e Convention de Genève et il est de la responsabilité des Etats-Unis d’assurer leur sécurité tant que les Etats-Unis seront en Irak ». Il a également souligné que la Résolution du Parlement européen du 24 avril 2009 sur Achraf n'avait pas été respectée par l'Irak et il a mis en garde contre ses conséquences. « La situation actuelle à Achraf et de ces 36 otages est un grand test pour le gouvernement irakien. Si le gouvernement et le Premier ministre ne veulent pas respecter leurs propres tribunaux, cela aura de graves conséquences sur nos relations avec l'Irak », a-t-il souligné.

Comité belge des parlementaires pour un Iran démocratique
Le 6 octobre 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe