mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyJe salue l’immense courage des résistants en Syrie, à Achraf et à...

Je salue l’immense courage des résistants en Syrie, à Achraf et à Liberty – Anissa Boumediene

CNRI – « Comment, quand on prétend être bon musulman, admettre et tolérer que 2000 personnes au camp Liberty soient privées d’eau et d’électricité par 50° à l’ombre ? », s’est indignée Anissa Boumediene le 22 juillet.

L’ancienne première dame algérienne s’exprimait dans une cérémonie organisée à l’occasion du mois sacré du Ramadan et en solidarité avec le soulèvement courageux du peuple syrien, au siège du CNRI à Auvers-sur-Oise. Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, y accueillait également le député-maire de Cergy, M. Dominique Lefebvre, une délégation de la fédération musulmane de Cergy et de la mosquée de Pontoise, ainsi que plusieurs personnalités syriennes d’opposition.

Voici l’intervention de Mme Boumediene :

Ce mois en lequel vous nous avez réunis est un mois spécial et cher au cœur des musulmans, car comme le dit la sourate 2 au verset 185: « Le Coran a été révélé durant le mois du Ramadan, c’est une direction pour les hommes, une manifestation claire de la bonne direction et de la loi. »

Dans ce mois sacré, le musulman, le vrai musulman a encore plus particulièrement le devoir de faire preuve de compassion, de cette « rahma » qui est mentionnée tant de fois dans le Coran, de faire preuve d’humanité à l’égard d’autrui et de comprendre ses souffrances afin de les lui épargner dans la mesure du possible, et ce, dans le but de se rapprocher de Dieu et de donner à ce mois de jeûne et de pénitence son véritable sens.

Comment, quand on prétend être bon musulman, admettre et tolérer que 2000 personnes vivant au camp Liberty soient privées d’eau et d’électricité sous une chaleur qui atteint facilement les 50° à l’ombre ? Comment peut-on s’abstenir de répondre à ces besoins les plus élémentaires ? Est-ce que de telles requêtes mettent en péril la souveraineté de l’Irak ? Non, évidemment.

Nous ne pouvons que nous poser de multiples questions devant la passivité de la communauté internationale et devant le non-respect des accords du 13 juillet en présence des observateurs de l’ONU et des recommandations du représentant du gouvernement américain ainsi que du représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU. De tels accords ne sont valables que par leur application pleine et entière. Et le silence de la communauté internationale devant la non-observance de ces accords équivaudrait à donner un blanc-seing aux abus du gouvernement Maliki.

Face au silence de la communauté internationale devant tout ce qui se passe, devant tous les drames que vit le peuple syrien aussi, nous nous posons beaucoup de questions. Faut-il toujours, comme nous le voyons au cours de l’Histoire, qu’il y ait des milliers de morts innocents pour qu’enfin apparaisse la lumière de la paix ? Est-on seulement conscient des drames vécus par ces hommes et ces femmes, sans armes et sans défense, qui se trouvent exposés à tous les dangers ? Faut-il encore une fois de plus rappeler que toutes ces victimes ont le droit à la sollicitude des peuples à travers le monde ? Et aussi, j’ai une pensée pour ces Achrafiens qui sont des personnes protégées par la Quatrième Convention de Genève et selon le HCR des demandeurs d’asile et des personnes sous protection internationale.

En ce mois de Ramadan, je tiens particulièrement à adresser un message chaleureux aussi bien à nos frères et sœurs syriens qui subissent toutes ces horreurs qu’aux résidents d’Achraf et de Liberty. Je tiens à saluer leur immense courage devant tous les maux qui les frappent. Je tiens à vous dire, à leur dire que nous ne les oublions pas et qu’ils seront tous présents dans nos cœurs et qu’ils nous trouveront toujours à leurs côtés. Je vous remercie de votre attention.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe