mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsItalie : Parlementaires et défenseurs des droits de l'homme condamnent les exécutions...

Italie : Parlementaires et défenseurs des droits de l’homme condamnent les exécutions en Iran

CNRI – Lors d’une conférence à Rome le 24 octobre, des parlementaires et des organisations de défense des droits de l’homme ont appelé à la fin immédiate des exécutions en Iran.La conférence intitulée “Stop aux exécutions en Iran” était présidée par Mario Lana, président des Juristes italiens pour la défense des Droits de l’homme.

CNRI – Lors d’une conférence à Rome le 24 octobre, des parlementaires et des organisations de défense des droits de l’homme ont appelé à la fin immédiate des exécutions en Iran.La conférence intitulée “Stop aux exécutions en Iran” était présidée par Mario Lana, président des Juristes italiens pour la défense des Droits de l’homme.

Une délégation de la Résistance iranienne présidée par Mme Dowlat Nowrouzi,  représentante du CNRI au Royaume-Uni et Mme Taraneh Davaran, de la Commission des Affaires étrangères du CNRI, ont pris la parole lors de cette conférence.

"Aujourd’hui, je voudrais déclarer, a dit Mario Lana, que plus de 100 membres du Parlement italien de divers partis avec 60 syndicats, organisations des droits de l’homme et organisations de femmes ont adopté une résolution en soutien aux droits de l’homme appelant à la fin des exécutions en Iran. Cette résolution soutient aussi l’appel de Maryam Radjavi de traduire les dirigeants criminels du régime iranien devant un tribunal international."

"Comment peut-on dialoguer avec ce régime terroriste ? Savez-vous que ce régime torture et a forgé un climat de peur ? Ils frappent les femmes par milliers pour être mal-voilées. Qu’attend l’Europe pour arrêter son dialogue?", a ajouté le président de la conférence.

M. Sergio Delia, député italien, a condamné la politique de complaisance avec le régime des mollahs et rejeté toute possibilité de modération de cette dictature religieuse. "La danse ridicule qui montrait le visage souriant de Khatami devant le visage effrayant de Khamenei a pris fin avec un Ahmadinejad fou qui menace le monde … le simple fait que le régime iranien existe aujourd’hui est le  résultat de la politique de complaisance de mon pays et d’autres pays européens. Comment pourrions-nous tolérer le fait que notre pays entretienne des relations avec le détenteur mondial du record des exécutions ?", s’est indigné M. Delia.

"C’est à la demande de la dictature iranienne que l’Europe a inscrit les Moudjahidine du peuple (l’OMPI) sur la liste du terrorisme. C’est une catastrophe. J’ai suivi les événements de la résistance iranienne à de nombreuses occasions et je connais leurs membres depuis des années. En voyant des milliers d’entre eux, je suis sûr et je sais que l’Iran aura un avenir démocratique."

Mme Jole Santelli, députée de Forza Italia, qui est aussi signataire de la résolution des droits de l’homme des parlementaires italiens en soutien à Maryam Radjavi, a remercié la résistance iranienne pour ses révélations en matière nucléaires et terroristes.

 Elisabetta Zamparutti, journaliste de l’association Hands Off Cain, a dénoncé les exécutions en Iran. "Le régime iranien est plus dangereux pour son propre peuple propre que pour nous", a-t-elle estimé.

Dans son discours, Rita Bernardini, Secrétaire des Radicaux italiens, a condamné le châtiment inhumain de la lapidation et les crimes des mollahs contre des femmes. 

Mme Dolat Norouzi, représentante du CNRI au Royaume-Uni, a remercié la centaine de parlementaires italiens et la soixantaine de syndicats et d’organisations de droits de l’homme pour leur soutien à la présidente élue de la résistance et à son appel pour dénoncer les violations de droits de l’homme en Iran. Elle a donné des détails sur les crimes des mollahs et la répression rampante dans ce régime médiéval, et le rôle historique de l’OMPI pour s’opposer à ces crimes et dénoncer comment ce régime abuse de l’islam. Elle a souligné l’importance de respecter les droits des membres des Moudjahidine du peuple à la cité d’Achraf et la lutte contre les complots que les mollahs lancent contre eux.

Stefano Menicacci, juriste et l’ancien membre du Parlement italien, a dit : "l’Occident ne devrait pas ignorer les menaces posées par l’intégrisme. L’Europe doit comprendre que la dictature au pouvoir en Iran n’a pas de futur et que l’avenir appartient à la Résistance iranienne. L’Iran aura un avenir brillant avec cette force."

Dans son discours, Antonio Stango, le président du Comité Helsinki pour la Défense des Droits de l’homme en Italie, a déclaré : "l’Occident a ajouté sans honte l’OMPI aux listes américaine et européenne du terrorisme. Il est temps d’enlever cette organisation de la liste. L’opportunité politique explique pourquoi beaucoup de dirigeants européens serrent les mains des assassins du peuple iranien. Nous avons vu dans le film jusqu’où Jack Straw poussait la complaisance avec les leaders du régime des mollahs. Nous avons vu où s’est terminée la complaisance avec Hitler, dans un carnage de dizaines de millions de vies. En Iran, des millions de personnes sont privées de vivre leurs vies et n’ont pas le droit à des élections libres. Le régime iranien doit changer ou nous irons vers une guerre. Comment pourrions-nous changer le régime ? Le premier pas doit être d’arrêter de soutenir le régime et de commencer à soutenir la résistance iranienne et les étudiants iraniens."

Pietro Del Zana, le président du Comité de la Paix de Toscane, a estimé quant à lui qu’ "Il est très important de être la Résistance iranienne. C’est la première fois que le fascisme se propage et que le monde est silencieux. Dans ce silence nous voyons la coopération avec le fascisme. Nous devons clairement déclarer que l’intégrisme religieux c’est du fascisme. Le fait que nous ne comprenions pas que le fascisme est actuellement au pouvoir est très inquiétant. Avoir des relations avec le régime fasciste en Iran, c’est de la complaisance. Il est étonnant que certains disent que le dialogue avec ce régime ne soit pas de la complaisance. Nous devons aller dans la juste direction contre le régime iranien en retirant l’OMPI de la liste ridicule du terrorisme. Nous devons en finir avec la politique de complaisance et poursuivre l’embargo économique du régime. L’occident pratique la complaisance avec le régime d’une part et reconnaît les droits des Moudjahidine du peuple à Achraf d’autre part. Le régime iranien a exigé que le gouvernement irakien reprenne le contrôle d’Achraf. Nous devrions être très attentifs à cette question et exiger l’application du verdict de la Cour européenne de justice qui enlève l’étiquette de terroriste aux Moudjahidine du peuple. "

L’orateur suivant, Mme Taraneh Davaran, de la commission des Affaires étrangères du CNRI, a dit : "dans leurs manifestations, leurs protestations et leurs sit-ins, les Iraniens ont montré leur désir de changer le régime avec l’aide de la Résistance iranienne en diverses occasions. Il est temps de traduire les dirigeants du régime des mollahs devant une cour internationale pour leurs crimes contre l’humanité comme l’exécution de 120.000 prisonniers politiques aussi bien que d’autres actes terroristes."

"Les étudiants me demandent pourquoi Ahmadinejad se comporte comme un fou?" a dit Mme Beatrice Lorenzin,  présidente du “Salut à la Jeunesse d’Italie”." Il sent le danger, c’est pourquoi il aboie de cette manière. Notre organisation avec ses 100.000 membres doit annoncer sa solidarité avec les femmes et les étudiants en Iran."

Tobia Zevi de l’Association de Jeune italiens a aussi soutenu la lutte des étudiants iraniens contre le régime des mollahs.