samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : Voyage à Londres pour faire pression sur la Grande-Bretagne

Iran : Voyage à Londres pour faire pression sur la Grande-Bretagne

manifestation de miliciens du bassij Par Reza Shafa

Le vice-ministre des Affaires étrangères des mollahs pour les affaires européennes, Mehdi Safari, est arrivé à Londres mercredi 10 septembre. Il devait y rencontrer des autorités britanniques, notamment David Miliband, le chef de la diplomatie.

 

En apparence, cela ressemblait à un simple voyage diplomatique, mais ça ne l'était pas. Selon l’agence de presse officielle Fars du 10 septembre, il a passé une bonne partie de son temps à convaincre les responsables britanniques qu’ils avaient fait une grosse erreur en retirant le principal groupe d'opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) de la liste terroriste du Royaume-Uni.

« Le retrait de l’organisation terroriste de l’OMPI de la liste des groupes terroristes du Royaume-Uni a eu des effets néfastes sur les relations Londres-Téhéran, a déclaré un haut responsable du ministère des Affaires étrangères iranien le 10 septembre », écrivait Fars en marge des déclarations de Safari.

Le retrait de l’OMPI de la liste noire, à la suite d'une longue et tortueuse bataille juridique de cinq ans, sur décision de la Cour d'appel le 7 mai a été une véritable surprise pour les mollahs.

Le 23 juin, après un débat historique, les deux Chambres du Parlement britannique ont à l'unanimité ordonné au gouvernement d’appliquer sans délai la décision du tribunal.

Ce fut un coup majeur porté aux mollahs. Leur ennemi de toujours était libéré et leur cauchemar venait juste de commencer.

À la fin de la journée, sous leurs yeux, Londres qui faisait office d’ « État membre » et d’ « autorité » garantissant le maintien de l’OMPI sur la liste noire de l’UE devait respecter la loi.

Prendre le monde civilisé pour la jungle sans foi ni loi du judiciaire des mollahs où les juges peuvent être achetés en espèces sonnantes ou par des menaces directes sur leur vie, a fait buter les mollahs sur la primauté de l'état de droit.

Cependant, les dirigeants autocratiques de Téhéran n’ont pas abandonné. Afin d’intimider les fonctionnaires britanniques à Téhéran, le régime iranien avait envoyé des dizaines de miliciens du Bassidj devant l'ambassade pour manifester contre la réhabilitation de l’OMPI.

Le plus bizarre c’est que, dans de nombreux incidents de ces pseudo-manifestations en juillet et août, le ministère du Renseignement (VEVAK) a ordonné à ses agents de se faire passer pour des parents de membres de l’OMPI consternés de voir leurs proches retirés de la liste.

Il semble que les mollahs ne pourront jamais apprendre que le monde ne tourne pas à leur demande.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe