vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran: Vingt-un journaux fermés durant l'année écoulée

Iran: Vingt-un journaux fermés durant l’année écoulée

 CNRI – Avec la Journée de la Presse qui approche le 10 août, les nouvelles arrivant d’Iran ne sont pas du tout encourageantes. « Vingt-un journaux ont été fermés par le gouvernement d’Ahmadinejad l’an dernier», a signalé le journal gouvernemental Etemaad le 7 août.

 

« Etant donné que la plupart des journaux sont fortement tributaires des subventions publiques, en particulier pour le papier et la publicité – qui sont coupées de temps en temps en fonction de la politique du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique – le gouvernement n’a pas besoin de fermer officiellement un journal. S’il tombe en discrédit, il suffit de couper les subventions, cela signifie qu’il est automatiquement fermé sans plus d’efforts de la part du ministère », a ajouté Etemaad.

Il existe des « lignes rouges » que les journaux ne doivent pas franchir. L’an dernier, dans un entretien avec un média étranger un jeune journaliste disait : «Les fameuses lignes rouges que les journalistes ne doivent pas franchir en Iran sont les critiques de la politique officielle économique et nucléaire. Des sujets sociaux comme les demandes des jeunes pour plus de liberté ou la lutte contre la discrimination des femmes font également partie des lignes rouges que les journalistes ne sont pas autorisés à franchir. « 

En plus de ce que l’on appelle les « lignes rouges », il y a des mots qui ne sont absolument pas pardonnés, si publiés, par le régime clérical. C’est la publication d’un seul mot sur la Résistance iranienne et sa dirigeante Maryam Radjavi.

Un cas célèbre est celui de Iraj Djamchidi, rédacteur en chef du quotidien économique « Asia », qui avait été arrêté avec son épouse, directeur de la rédaction Saghi Baghernia, le 6 juillet 2003 pour « propagande contre le régime », après la publication d’une photographie de Maryam Radjavi la veille. Baghernia a été libéré sous caution le lendemain, mais Iraj Jamshidi a été incarcéré à Téhéran à la prison d’Evine et ensuite transféré vers une destination inconnue.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe