lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-USA: Des parlementaires américains soulignent la nécessité d’un changement démocratique en Iran

Iran-USA: Des parlementaires américains soulignent la nécessité d’un changement démocratique en Iran


Maryam Radjavi : Il faut qu’il y ait une politique de fermeté sur l’Iran qui comprenne le transfert du dossier nucléaire et terroriste du régime au Conseil de Sécurité de l’ONU, arrêter l’ingérence des mollahs en Irak et retirer l’OMPI de la liste du terrorisme.

NCRI, Washington, 23 octobre – Une réunion à Capitol Hill  organisée à l’initiative  d’un groupe de parlementaire démocrates et républicains le 20 octobre et intitulée « la menace stratégique croissante de l’Iran ; le soutien à un changement démocratique », les intervenants ont appelé le gouvernement Bush à soutenir un changement démocratique en Iran en soutenant l’opposition iranienne et à retirer la marque de terrorisme des Moudjahidine du peuple (OMPI), le principal groupe de l’opposition iranienne.

Dans une déclaration commune, les  parlementaires estiment que « les efforts continus de l’Iran pour acquérir une puissance nucléaire est un défi unique et fâcheux pour le monde civilisé ». Il s’agit des représentants républicains John Boozman de l’Arkansas, Mario Diaz-Balart de Floride et Tom Tancredo du Colorad ; et des Représentant démocrates William Lacy Clay du Missouri, Bob Filner de Californie et Ed Towns de New York.

La réunion était présidée par Lacy Clay et on trouvait parmi les intervenants des membres du Congrès, des experts sur l’Iran et des militantes des droits des femmes. Ils ont condamné les violations des droits de l’homme en Iran et le soutien des mollahs au terrorisme.

« En Iran aujourd’hui, il y a un régime qui menace les Etats-Unis et les intérêts de la paix et de la liberté dans le monde de plusieurs manières », a déclaré le sénateur républicain Jim Talent du Missouri à la tribune.

« C’est un régime qui soutient le terrorisme dans tout le Moyen-Orient. C’est un régime qui recherche activement l’arme nucléaire et c’est un régime qui opprime sa propre population » a ajouté Talent qui a indiqué que les Etats-Unis avaient une obligation de soutenir le peuple iranien qui aspire à la liberté et à la démocratie.

Le représentant John Boozman, républicain de l’Arkansas, membre de la commission des affaires étrangères de la Chambre des Représentants, a noté qu’avec 323 de ses collègues il avait co-sponsorisé la loi de soutien à la liberté en Iran.

« Je suis préoccupé par le fait que sous le nouveau président, le programme nucléaire du pays sois sous le contrôle du corps des gardiens de la révolution, a dit Boozman. L’Iran possède un terrible bilan des droits de l’homme. Un rapport récent affirme que c’est même pire qu’avant, ce qui est dur à imaginer. »

La présidente élue du conseil national de la résistance iranienne, Maryam Radjavi, est intervenue durant la réunion par voie satellite depuis Auvers-sur-Oise dans le nord de Paris. « Toute politique de fermeté contre le régime des mollahs doit avoir trois composantes », a-t-elle dit. Il s’agit de la saisie du Conseil de Sécurité, mettre fin à l’ingérence iranienne en Irak et le retrait de l’OMPI de la liste du terrorisme.

Le Représentant Lacy Clay, a déclaré que le soutien de l’Iran au terrorisme islamiste posait un défi sérieux à la communauté internationale, d’autant plus qu’il vise l’Irak. «Nous avons atteint le point où le destin de l’Irak est inextricablement lié à l’avenir de l’Iran et de la démocratie dans ce pays », a-t-il dit.

Tout en rendant hommage au rôle de Maryam Radjavi, la Représentante Sheila Jackson Lee du Texas a affirmé : « Au Congrès américain, nous avons des opinions très différentes et parfois contradictoires sur beaucoup de choses, mais nous sommes tous d’accord sur la nécessité de soutenir la résistance iranienne », a-t-elle affirmé.

Raymond Tanter, ancien membre du Conseil de sécurité national qui co-préside le groupe d’expert du « Comité de politique iranienne » (CPI) dans la capitale américaine, a noté qu’une étude du CPI montrait que les medias officiels iraniens consacrait bien plus d’attention à l’OMPI qu’à tout autre groupe. Il a dit qu’il était nécessaire de retirer l’OMPI de la liste des groupes terroristes, si les USA voulaient adopter une politique de fermeté et de marche en avant pour l’Iran.

Le Pr. Donna Hughes, autorité en matière d’études sur les femmes, a affirmé que la politique misogyne du régime iranien s’était répandue à d’autres pays de la région. Une autre universitaire, Carol Fontaine, a rendu hommage au rôle des femmes dans le mouvement d’opposition à la théocratie iranienne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe