vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : un prisonnier politique écrit contre la condamnation à mort d’un...

Iran : un prisonnier politique écrit contre la condamnation à mort d’un codétenu

Lettre d’Ali Moezi sur la condamnation à mort de son compagnon de cellule Gholam Reza Khosravi
Ali Moezi, 63 ans a été arrêté le 16 août 2011, alors qu’il sortait tout juste d’une opération chirurgicale et qu’il était dans un état critique. Il était accusé d’avoir assisté aux funérailles de Mohsen Dogmetchi , un prisonnier politique privé de soins et qui était mort d’un cancer dans de terribles souffrances. Il avait déjà été arrêté en novembre 2008 pour avoir rendu visite à ses enfants au camp d’Achraf en Irak. Il souffre d’un cancer, d’insuffisance rénale et d’arthrose cervicale virulente. Actuellement, les autorités pénitencières le privent de soins médicaux. Dans la lettre qui suit, il condamne la peine de mort qui frappe Gholam-Reza Khosravi Savadjani :

Pour l’amour de Dieu,
Une fois de plus, la machine à répression au pouvoir dans notre pays a prononcé un verdict inhumain qui touche le prisonnier politique Gholam-Reza Khosravi, âgé de 47 ans, marié et père de famille.

Gholam-reza Khosravi a été arrêté en 2007 et condamné dans la ville de Rafsandjan à trois ans de prison pour relations et aide financière à la chaine télévisée Sima-ye-Azadi. Puis dans une révision du procès dans la ville de Kerman il a été condamné à 6 ans.

Mais sous l’influence du ministère du Renseignement, son dossier a été envoyé à Téhéran où a été prononcée la peine capitale. Dernièrement cette sentence a été confirmée par la cour suprême et envoyée au pouvoir judiciaire et il est possible qu’elle soit appliquée à tout moment.

Cette sentence s’inscrit dans le cadre du climat de terreur dirigé contre la population opprimée et excédée et reflète parfaitement les violations des droits humains par la dictature au pouvoir en Iran.

A présent, en m’appuyant sur la foi et la moralité élevée de M. Gholam Reza Khosravi, j’attends des associations, des personnalités, de toutes les consciences éveillées et des cœurs nobles en Iran comme à l’étranger de répondre à leurs devoirs de conscience en protestant contre ce genre de verdict.

L’humanité commande face aux crimes et à l’assassinat de la population et des enfants courageux et épris de liberté de cette terre, quelles que soient leurs fonctions ou leurs convictions, de ne pas rester indifférent ni silencieux.
Vive ceux qui ouvrent la voie vers la liberté du peuple iranien !

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe