vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran – Un commandant des gardiens de la Révolution : « nous...

Iran – Un commandant des gardiens de la Révolution : « nous verserons du plomb fondu dans la gorge des inspecteurs nucléaires »

Les inspecteurs nucléaires de l’ONU auraient tort d’oser vouloir examiner les sites nucléaires en Iran ; s’ils le font, ils seront arrêtés et nous verserons du plomb fondu dans la gorge, a déclaré un commandant de haut-rang des gardiens de la Révolution (pasdaran).

Le général Gholamhossein Gheybparvar, commandant des pasdaran dans la province de Fars, a déclaré le samedi 30 mai : « Vous auriez tort d’oser vouloir inspecter nos centres militaires et celui qui viendrait voir les centres des pasdaran, nous allons remplir sa gorge avec du plomb fondu. »

Parlant devant des officiels du régime iranien, des membres du Bassidj (les paramilitaires du régime) et des mollahs de haut-rang à Eghlid (ville située dans la province de Fars, au sud de l’Iran), il a dit : « Nous n’allons pas donner facilement nos connaissances nucléaires à l’Occident et aux Européens. Nous avons beaucoup souffert de nos meilleurs scientifiques ont durement travaillé pour en arriver là sur ce chemin.»

La question de l’accès des inspecteurs internationaux à tous les sites en Iran est devenue l’un des principaux points de friction entre Téhéran et les six puissances mondiales qui essaient de surmonter les obstacles et parvenir à un accord définitive sur le nucléaire avant la date limite du 30 juin 2015.

Les Etats-Unis et la France ont menacé de bloquer tout accord qui ne permettrait pas l’accès à tous les sites en Iran, mais le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a explicitement exclu l’inspection des sites militaires ou les entretiens avec des scientifiques nucléaires impliqués dans les projets secrètes de fabrication d’armes nucléaires.

Les officiels occidentaux disent que l’inspection des sites militaires par les experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et l’accès aux scientifiques travaillant sur le programme nucléaire du régime iranien sont essentiels pour vérifier si le régime poursuit un programme clandestin d’armement nucléaire.

Selon les informations révélées jeudi dernier par le mouvement d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), le régime iranien et le régime nord-coréen ont largement échangé des informations et des délégations d’experts dans les domaines d’armement nucléaire et de conception d’ogives nucléaires, notamment à la fin d’avril 2015.

Une délégation de la Corée du Nord, comprenant des experts en ogive nucléaire et en différents éléments balistiques ont été présents en Iran durant une semaine à la fin d’avril dernier.

La prochaine délégation d’experts nord-coréens, composé de neuf personnes, est attendue en Iran en juin prochain.

Dans une conférence en ligne qui a eu lieu le jeudi 28 mai, Shahin Ghobadi, un porte-parole de l’OMPI, a déclaré : « Des inspections inopinées à tout moment et en tout lieu, sur tous les sites militaires et non-militaires, l’accès inconditionnel à des spécialistes nucléaires du régime et aux informations sur les réseaux de contrebande que le régime utilise pour se procurer des matériels nucléaire doit faire partie de tout accord nucléaire avec ce régime. Sinon, il est complètement illusoire de penser que l’on peut empêcher le régime de Téhéran de se doter d’armes nucléaires. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe