mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Un ancien gréviste de la faim écrit au Rapporteur spécial...

Iran : Un ancien gréviste de la faim écrit au Rapporteur spécial de l’ONU pour dénoncer la poursuite des abus

Iran : Un ancien gréviste de la faim écrit au Rapporteur spécial de l’ONU pour dénoncer la poursuite des abus

Reza Akbari Monfared faisait partie d’un groupe de prisonniers politiques qui a récemment fait une grève de la faim de 40 jours pour dénoncer les abus dont ils sont victimes dans les geôles iraniennes. Il a écrit à Asma Jahangir, Rapporteuse spéciale des Nations Unis sur les droits de l’homme en Iran, pour dénoncer la poursuite des violations de leurs droits élémentaires par les autorités islamistes à Téhéran.

Il a écrit : « Je suis Reza Akbari Monfared et j’ai récemment participé à une grève de la faim avec un groupe de prisonniers politiques iraniens (à la prison de Gohardacht) pour protester contre les conditions inhumaines de notre détention. Depuis notre initiative, nous sommes soumis à des représailles de la part des agents de l’Organisation pénitentiaire et de son directeur. Ces abus prennent la forme de pressions physiques et psychologique.

J’ai été privé des visites de ma famille et de mes amis depuis plus de deux mois. Je ne suis même pas autorisé à visiter ma sœur (Maryam Akbari Monfared) qui est elle aussi une prisonnière politique. Par ailleurs, il est interdit aux cadres médicaux d’aider les grévistes et même les gardiens de prison ne sont pas autorisés à nous apporter une quelconque assistance.

Bien que j’ai fait une grève de la faim de 40 jours, je suis privé d’accès aux denrées alimentaires, y compris de la viande, de produits laitiers, de fruits, de légumes, etc., et le magasin de la prison nous est formellement interdit. L’air conditionné a été réduit à seulement deux heures par jour et nous ne disposons ni de téléviseur ni de radio …

Agé de 64 ans, j’ai de sérieux problèmes de santé après avoir passé 40 jours sans manger, notamment digestif, respiratoire et articulaires, mais aucun soin ne m’ait prodigué.

Je fais appel à vous, en tant que Rapporteuse spéciale de l’Onu sur les droits de l’homme en Iran, ainsi qu’aux organisations de défense des droits de l’homme, pour donner suite au dossier des prisonniers politiques iraniens et faire pression sur les autorités pour cesser leurs abus. La poursuite des privations et abus par les autorités pénitentiaires, risque d’entraîner une autre tragédie dans les prisons iraniennes.

Reza Akbari Monfared »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe