mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran : Selon des opposants, Téhéran élabore un missile nucléaire

Iran : Selon des opposants, Téhéran élabore un missile nucléaire

Par Jean-Pierre Stroobants, correspondant à Bruxelles

Le Monde – L’Organisation des moudjahidins du peuple iranien (OMPI), groupe d’opposition en exil au régime de Téhéran, a affirmé, mercredi 20 février, que la République islamique oeuvrait à la mise au point d’un missile à tête nucléaire.

Par Jean-Pierre Stroobants, correspondant à Bruxelles

Le Monde – L’Organisation des moudjahidins du peuple iranien (OMPI), groupe d’opposition en exil au régime de Téhéran, a affirmé, mercredi 20 février, que la République islamique oeuvrait à la mise au point d’un missile à tête nucléaire.

L’OMPI affirme disposer de nombreuses sources dans les différents organes de l’Etat. Elles lui auraient indiqué qu’en avril 2007, le régime aurait créé un centre de commandement opérationnel pour les activités nucléaires. Ce site dit Mojdeh, à Lavizan, serait dirigé par Mohsen Fakhrizadeh Mahabadi, un ingénieur nucléaire placé sous l’autorité directe du ministre de la défense, Mostafa Mohammad Najar.

Le centre Mojdeh coordonnerait l’activité d’autres installations, dont celle de Khojir, un quartier de quelque 120 km2 au sud-est de Téhéran, dans une zone militaire. Une partie des activités nucléaires serait d’autre part abritée dans l’université Malek Ashtar des Gardiens de la révolution, reliée directement à Mojdeh. Une douzaine d’unités différentes travailleraient à élaborer l’arme nucléaire.

L’OMPI a diffusé à des journalistes des images satellites (d’origine commerciale), des noms de code de programmes et le nom de scientifiques spécialisés dans la robotique, les nanotechnologies, l’enrichissement de l’uranium, les radiations, l’informatique, qui oeuvreraient au programme nucléaire. Des techniciens nord-coréens seraient également impliqués dans le projet. Ils seraient logés dans une " guest house " de Khojir, indiquée sur des images satellites.

Ces accusations, invérifiables à ce stade, ont été rendues publiques alors que le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, doit prochainement rendre un rapport sur le degré de coopération de l’Iran avec les inspecteurs internationaux. Elles interviennent après qu’un rapport du Renseignement américain a affirmé, en décembre 2007, que les travaux iraniens sur la fabrication d’ogives nucléaires avaient cessé en 2003.

" Nous défions M. ElBaradei d’envoyer des inspecteurs sur place ", a commenté mercredi un porte-parole de l’OMPI. Placée sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne, l’OMPI avait révélé, en 2002, lors d’une conférence de presse à Washington, l’existence de sites nucléaires iraniens secrets, à Natanz et Arak.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe