mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran Résistance : La France et l’UE ont violé l’état de droit

Iran Résistance : La France et l’UE ont violé l’état de droit

ImageRadio RGB, 24 décembre – L’organisation les Moudjahidine du peuple d'Iran basé à Auvers-sur-Oise a manifesté le 24 décembre devant le Quai d'Orsay à Paris. Trois heures de sit-in devant le Quai d'Orsay où ils étaient environ un millier pour protester contre les récents propos de Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères. Des propos qui vont à l'encontre d'une décision de la Cour européenne de justice. L’OMPI a en effet été inscrite sur la liste des organisations terroristes puis retiré de la liste noire, comme nous l'explique Afchine Alavi, de la Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne:

Afchine Alavi : L'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran, l'OMPI, est une des composantes principales du Conseil national de la Résistance iranienne qui est la coalition d'opposition démocratique au régime des mollahs en Iran. A la suite de pressions et pour faire plaisir au régime des mollahs, les Moudjahidine du peuple ont été placé en 2002 sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne. Depuis, il y a eu quatre décisions de justice par le tribunal européen de Luxembourg et trois décisions de justice en Angleterre qui ont annulé l'inscription des Moudjahidine sur cette liste. Dernièrement, le 4 décembre 2008, ainsi que le 17 décembre 2008, il y a eu deux verdicts qui ont annoncé au niveau européen que les Moudjahidine du peuple ne sont pas terroristes et que leur inscription a été faite en violation du droit et en violation des principes européens. Et de ce fait, la décision qui avait inscrit cette organisation sur la liste du terrorisme a été annulée par le tribunal. Donc, de facto, l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran n'est plus aujourd'hui considérée comme une organisation terroriste par la justice.

RGB: concrètement, aujourd'hui ces verdicts ont-ils été appliqués ?

AA: Tout le problème est là, et c'est la raison pour laquelle nous avons manifesté aujourd'hui devant le Quai d'Orsay pour réclamer l'application immédiate de ces décisions de justice. Parce que les déclarations, notamment ceux du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, vont dans un sens assez étonnant, en affirmant que la France est favorable au maintien des Moudjahidine du peuple sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne. Or à l'heure actuelle de telles déclarations, du point de vue du droit et de la justice, n’ont plus lieu d’être. Et donc c'est en violation de l’état de droit. De telles positions reflètent une politique arbitraire qui viole l'état de droit. C'est pour ça que nous avons manifesté pour réclamer que cette décision de justice soit reconnue et appliquée aujourd’hui et que l' Etat français ainsi que l'Union européenne déclarent officiellement que les Moudjahidine ne sont plus sur la liste des organisations terroristes.

RGB: comment avez-vous été reçu aujourd'hui par le Quai d'Orsay?

AA: Une délégation s’est rendue au Quai d'Orsay pour remettre la déclaration des manifestants. Je crois que si l'on veut respecter l'état de droit, la France et l'union européenne n'ont d'autre choix que d'annoncer qu'ils obtempèrent et qu’ils appliquent les décisions de justice. Je ne vois pas d'autres solutions. Ce qui est très important c'est qu'il y ait eu une démarche malhonnête de la part de l'Union européenne et de la France qui ont voulu retarder l'application de la décision de justice en posant une clause, une question au tribunal, une sorte d'interprétation qui retarde l'application en attendant un recours. Ce que le tribunal a catégoriquement rejeté le 17 décembre. Donc il leur a bien signifié que la décision doit être appliquée tout de suite.

RGB: quelle suite peut-on envisager ?

AA: Cette inscription injuste a entravé les activités de la Résistance iranienne depuis maintenant plus de six ans. C'est comme si vous disiez au peuple iranien : « face à la dictature religieuse qui sévit, vous n'avez pas le droit de résister ! Si vous résistez vous êtes considérés comme des terroristes, donc vous devez vous soumettre à cette dictature. » C'est-à-dire qu’un droit reconnu à l'ensemble des nations, est aujourd'hui, bloqué par le biais de cette ingérence négative sur le destin de la nation iranienne, qui bloque à son tour l'évolution de la situation en Iran. Bien entendu, si nous arrivons à faire valoir le droit de cette résistance, cela permettra à la résistance de consacrer son énergie à son objectif principal qui est l'instauration de la démocratie et de la liberté en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe