Home Actualités Actualités: Terrorisme & intégrisme Iran : Rouhollah Hosseinian, le nouveau conseiller politique et à la sécurité de Mahmoud Ahmadinejad

Iran : Rouhollah Hosseinian, le nouveau conseiller politique et à la sécurité de Mahmoud Ahmadinejad

0

Par Reza Shafa

Le 25 avril, Hosseinian a été nommé nouveau conseiller politique et à la sécurité du président par Ahmadinejad lui-même. Qui est Rouhollah Hosseinian ?
 
• Il est né en 1955 à Chiraz, dans le sud du pays. Il a entamé des études théologiques à l’école Valiasr de théologie, puis il est entré à l’école théologique Hagani de Qom, établissement religieux très influent où la majorité des hauts responsables du régime iranien ont été formés.

Par Reza Shafa

Le 25 avril, Hosseinian a été nommé nouveau conseiller politique et à la sécurité du président par Ahmadinejad lui-même. Qui est Rouhollah Hosseinian ?
 
• Il est né en 1955 à Chiraz, dans le sud du pays. Il a entamé des études théologiques à l’école Valiasr de théologie, puis il est entré à l’école théologique Hagani de Qom, établissement religieux très influent où la majorité des hauts responsables du régime iranien ont été formés. L’infâme ex-ministre du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK), Ali Fallahian, fait partie des lauréats de cette école.  L’actuel ministre de l’Intérieur,
Mostafa Pour-Mohammadi, ainsi que l’actuel chef du VEVAK, Gholam Hossein Mohseni-Eje’i, sont tous deux d’anciens camarades de classe de Hosseinian.
 
• Hosseinan a été directeur des Archives de la Révolution islamique. Ce centre travaille de manière étroite avec le VEVAK pour falsifier des documents de la SAVAK  portant préjudice à l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).  Ce centre publie de nombreux livres basés sur des documents frauduleux accusant l’OMPI, comme « L’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran : du début à la fin » et « L’organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran en trois volumes ».
 
• Parallèlement, Hosseinian travaillait en tant que juge et homme de main du régime des mollahs. Il a été entre autres : juge révolutionnaire islamique dans la ville de Machad, dans le nord-est, en 1983, juge révolutionnaire islamique suppléant à Téhéran et juge révolutionnaire islamique dans la province de Sistan-Baloutchistan. A son retour de Sistan et de Baloutchistan, il a pris respectivement la fonction de juge du tribunal spécial pour ecclésiastiques et juge du tribunal spécial  pour ecclésiastiques de la quatrième circonscription. Il a ensuite accédé au poste de juge dans un tribunal de Téhéran et est finalement devenu représentant du tribunal révolutionnaire au VEVAK.
 
• En plus de sa fonction de juge, il a occupé à plusieurs reprises provisoire le poste de membre du jury dans un grand nombre de cours du régime. Il était membre du jury lors du procès de l’ancien maire de Téhéran, Gholamhossein Karbaschi, et de Abdullah Nouri, ministre de l’Intérieur sous le premier mandat de Mohammad Khatami.
 
• Rouhollah Hosseinian et Saïd Emami (ancien vice-ministre des Renseignements) Hosseinian était un fervent partisan de  Saïd Emami, vice-ministre des Renseignements et de la Sécurité à l’époque où Ali Fallahian était à la tête du VEVAK. Emami est l’homme qui a commandité la vague d’assassinats, baptisée ensuite « meurtres en série » de l’hiver 1999 en Iran. Pleurant ouvertement la mort d’Emami, Hosseinian l’a qualifié de martyr et a déclaré : « Hadj Saïd s’est sacrifié en toute innocence sur la voie de l’Islam ».
 
• Il a très clairement soutenu les meurtres en série d’intellectuels iraniens et a qualifié les victimes d’apostats lors d’une interview avec le quotidien officiel Kayhan, le 11 janvier 1999. « Je ne nie pas que Saïd Emami a joué un rôle dans ces meurtres. Car Saïd Emami croyait réellement que les ennemis de la République islamique devaient disparaître de la surface de la Terre.  Il avait beaucoup d’expérience en la matière », a déclaré Hosseinian dans une interview avec le quotidien d’État Sobh-e-Emrouz, le 12 septembre 1999.

• Lors de la récente crise des marins britanniques, Hosseinian sur son site personnel   comparait le traitement qu’Ahmadinejad a réservé aux marins britanniques à celui de  “Raïs Ali Delvari [un héros national iranien du 19e siècle ayant combattu le colonialisme britannique] et d’Omar Al-Mokhtar [héro national lybien ayant lui aussi combattu le colonialisme britannique] …”

• L’hiver dernier, dans une interview, Hosseinian a de nouveau défendu Ahmadinejad en disant que “Fidel Castro a clairement signifié à notre président que s’il ne craignait un changement d’équilibre des forces politiques, il aurait déclaré qu’il se convertissait à l’islam chi’ite.”
   
Faire de Rouhollah Hosseinian son nouveau conseiller politique et de sécurité  s’inscrit dnas le cadre des plans terroristes qu’Ahmadinejad a en tête.  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here