vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : risques d'exécution de 20 prisonniers politiques

Iran : risques d’exécution de 20 prisonniers politiques

 CNRI – La dernière pendaison de cinq détenus a porté le nombre de prisonniers politiques exécutés depuis l'élection de l'an dernier en Iran, à au moins huit. Vingt autres sont en danger d’exécution imminente, dont 17 d'origine kurde. D'autres prisonniers politiques risquent aussi des peines similaires.

Les noms des prisonniers politiques kurdes sur le point d’être pendus sont les suivants :

1 – Mme Zainab Jalalian.
2 – Habibollah Latifi.
3 – Shirkou Moarefi.
4 – Rostam Arkya.
5 – Hussein Khezri.
6 – Anwar Rostami.
7 – Mohammad Amine Abdollahi.
8 – Qader Mohammad Zadeh.
9 – Mostafa Salimi.
10 – Hassan Tala’i.
11 – Iraj Mohammadi.
12 – Rashid Akhkandy.
13 – Mohammad Amine Agoshy.
14 – Pouladkhany Ahmad.
 15 – Seyed Sami Hosseini.
 16 – Seyed Jamal Mohamm adi.
 17 – Aziz Mohammad Zadeh.
  
Mohammad Amine Valian, un étudiant de 20 ans, est un autre prisonnier accusé d'avoir lancé des pierres sur une voiture de police le jour de l'Achoura, le 27 décembre, délit pour lequel il a été condamné à mort.
  
Hamed Rohynejad, 23 ans souffrant une dystrophie musculaire, (MS), emprisonné depuis mai 2009, est condamné à mort.
   
Le 9 mai 2010, sans informer les familles et avocats, cinq prisonniers politiques ont été exécutés à l'aube. Pour l'un d'eux, Farzad Kamangar, la condamnation à mort avait été annulée.

Arach Rahmanian et Mohammad Ali Zamani avaient été exécutés pendant l'hiver.

 Le 11 novembre 2009, Ehsan Fatahian a été exécuté dans la prison de Sanandaj.
  
Il est à craindre qu’avec l’application précipitée des peines, les exécutions se poursuivent.
  
Raja News, un site du régime, dans une nouvelle publiée le 9 mai 2010, après les exécutions, avait avancé que Shiva Nazar Ahari, était affiliée à l'OMPI.
  
Shiva Nazar Ahari, emprisonnée depuis décembre 2009, a participé à la fondation du comité des journalistes pour les droits de l'homme. Le site Raja News prétend qu’elle est depuis 2005 en communication directe avec les Moudjahidine du peuple d'Iran par le biais d’un serveur proxy.
  
Kouhyar Goudarzi, membre du Comité des journalistes pour les droits de l'homme est actuellement en prison face à des accusations similaires.

Mahdieh Golrou une étudiante de l'université Allameh qui a été interdite de cours av aussi été accusée de communiquer avec les Moudjahidine du peuple d'Iran. Elle était membre du Conseil de défense du droit à l'éducation. En avril 2010, dans un procès à huis clos, où son avocat n'a pas été autorisé, elle a été accusée de communication avec l'OMPI
  
Par ailleurs, le transfert d'autres prisonniers, y compris Issa Saharkhiz, Ahmad Zeidabadi, et Massoud Bastani à la prison de Gohardacht a soulevé l'inquiétude des militants des droits de l'homme. Il s’agit de journalistes et ils sont incarcérés avec des meurtriers dangereux et des criminels de droit commun.
  
Après l'exécution de Farhad Vakili, le 9 mai, les autres prisonniers de la section 350 de la prison d'Evine ont entamé une grève de la faim. Le chef de la section a transféré des détenus dans diverses sections de la prison d'Evine et d'autres à la prison de Gohardacht.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe