mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePourquoi Téhéran s'est-il emporté contre une conférence à Washington ?

Pourquoi Téhéran s’est-il emporté contre une conférence à Washington ?

Pourquoi Téhéran s'est-il emporté contre une conférence à Washington ?

Samedi, une conférence bipartisane s’est tenue à Washington, D.C., en solidarité avec la révolution démocratique du peuple iranien et son mouvement de Résistance organisée. Quelques heures après l’événement, Téhéran a déclenché une série de réactions hystériques.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, était l’oratrice principale de la conférence de samedi. Des hommes politiques américains de renom des deux côtés de l’allée, dont l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo, l’ancien secrétaire au commerce américain Gary Locke, l’ancienne directrice du Bureau de liaison publique Linda Chavez, l’ancien ambassadeur américain pour la liberté religieuse internationale Sam Brownback et l’ancien général du corps aéroporté américain Jack Keane.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abodollahian, a été le premier officiel à réagir. En réponse à la question d’un journaliste concernant la conférence de Washington et l’espoir de négociations avec les États-Unis pour relancer l’accord nucléaire de 2015, M. Amir-Abdollahian a qualifié avec colère le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), et le secrétaire d’État Pompeo de « politiciens périmés » et a rapidement quitté la conférence.

Quelques heures plus tard, les chaînes de télévision officielles iraniennes ont commencé à diffuser les propos plutôt pathétiques d’Esmail Ghaani, le commandant de la force Qods des Gardiens de la révolution (pasdaran). Dans ses déclarations, un Ghaani tremblant et terrifié ne cessait de hurler à l’agonie, insultant Mme Radjavi et l’opposition iranienne et en accusant tous les pays européens d’avoir collectivement conspiré contre le régime.

Pourquoi Téhéran s'est-il emporté contre une conférence à Washington ?« Gary Locke, ancien ministre américain du Commerce, s’est dit honoré de suivre les projets de Maryam Radjavi, qui ont été ratifiés par plus de 250 membres du Congrès des deux partis. Linda Chavez, ancienne responsable des relations publiques de la Maison Blanche, a déclaré que Radjavi dirige ce mouvement depuis longtemps ». La télévision officielle Jam-e Jam TV a montré un soi-disant reportage spécial de la conférence de samedi le 18 décembre.

« Les anciens secrétaires d’Etat et du Commerce des Etats-Unis, sans mentionner les crimes de l’OMPI, ont affirmé qu’en ayant Maryam Radjavi comme présidente, une société libre et démocratique se formera en Iran », a rapporté dimanche la chaîne de télévision officielle 2 iranienne.

La chaîne 6 de la télévision officielle a interviewé un sinistre tortionnaire, Javad Hacheminejad, l’interrogeant sur le message que la conférence du 17 décembre a transmis.

« Ils ont montré qu’ils avaient deux poids deux mesures en matière de liberté. Leurs revendications de liberté vont de pair avec le terrorisme et le chaos. Dans la vidéo [de la conférence] que vous avez montrée, ils ont dit à juste titre que l’OMPI jouit d’un vaste soutien à la Chambre des représentants des États-Unis, comme en Europe », a-t-il répondu.

Ces propos et programmes indiquent également que le régime craint le rôle de son opposition organisée dans le soulèvement actuel. Ils reflètent le désespoir total et l’impasse dans laquelle se trouve le Guide Suprême du régime des mollahs, Ali Khamenei.

Khamenei n’a pas pu se retenir longtemps et s’est précipité sur les lieux mardi pour mettre en garde ses forces contre l’ennemi juré du régime, l’OMPI.

« Les jeunes connaissent mal l’OMPI. Nous n’avons pas été assez actifs à cet égard. Nous aurions dû mieux refléter la réalité, car beaucoup de nos jeunes ne connaissent pas l’OMPI », a-t-il déclaré, selon la télévision officielle le 20 décembre.

Khamenei parle de l’échec et des lacunes de son régime dans la diffusion de la propagande contre l’OMPI, alors qu’au cours des quatre dernières décennies, le régime a utilisé tout son potentiel pour ternir l’image de l’OMPI, en essayant de dépeindre l’alternative viable comme un « groupe marginal », sans « aucun soutien populaire ».

Quelques semaines après les grandes manifestations iraniennes de novembre 2019, la théocratie au pouvoir en Iran a produit dix soi-disant documentaires et séries télévisées contre l’OMPI. L’un de ces documentaires, « Sar Cheshmeh » (qui signifie « origine » ou « source principale » en persan), comportait 20 chapitres de 50 minutes.

Khamenei a utilisé toutes les opportunités et les moyens qu’il possède, y compris la télévision officielle, la soi-disant « Organisation de développement islamique », le ministère du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK), tout en dilapidant des milliards de dollars de la richesse nationale pour produire au moins 500 livres, des centaines de films et de séries télévisées, des documentaires, et des dizaines de milliers de pièces à conviction pour salir l’image de l’OMPI.

En outre, la théocratie au pouvoir en Iran a lancé une répression brutale, tuant, emprisonnant et torturant des dizaines de milliers de membres et de partisans de l’OMPI. Au cours du seul été 1988, 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres de l’OMPI, ont été pendus en quelques mois. Selon le système judiciaire du régime, le moindre lien avec l’OMPI est passible de la peine de mort. Depuis le début du soulèvement actuel en septembre, Khamenei a ordonné à plusieurs reprises à ses voyous de « ne pas faire preuve de pitié » envers les personnes arrêtées et ayant des liens avec l’OMPI.

Pourtant, les efforts de Khamenei ont échoué, car selon les responsables du régime, de plus en plus de jeunes rejoignent le réseau des Unités de Résistance de l’OMPI. En outre, la stratégie de la Résistance iranienne visant à renverser ce régime et à établir un pays démocratique a été largement saluée par les Iraniens de tous horizons, car leur approche consistant à cibler tout ce que le régime représente est devenue courante.

« Dans la situation actuelle, l’objectif de l’ennemi est d’attaquer le système sacré de la République islamique d’Iran, de porter atteinte à l’ordre et à la sécurité du peuple, et de perturber l’opinion publique dans tous les domaines, notamment ceux économique, politique, culturel, etc. La récente sédition était entièrement dirigée et organisée pour renverser l’État. La récente sédition était entièrement dirigée et organisée pour renverser l’État. En essayant d’exploiter de fausses séditions, les ennemis cherchaient à provoquer des émeutes de rue et des attaques contre les biens publics et gouvernementaux », a déclaré l’agence de presse officielle Tasnim en citant Hossein Ashtari, commandant en chef de la police, le 17 décembre.

Khamenei est, en effet, terrifié, et il voit son échec désastreux dans le contrôle de la société iranienne rétive et de la révolution en marche, bien qu’il ait tué au moins 600 Iraniens lors du soulèvement et exécuté deux manifestants arrêtés ces derniers jours.

Les récentes réactions hystériques des responsables du régime face à l’avancée de l’opposition iranienne à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran mettent à nu le vrai visage d’un système vulnérable et moribond, qui a perdu son équilibre en raison du soulèvement national et du rôle prépondérant de la Résistance iranienne malgré les tentatives de Téhéran d’étouffer les manifestations.

Le monde doit respecter et embrasser le changement qui se profile à l’horizon en Iran en soutenant les aspirations du peuple iranien à la liberté et à la démocratie et en reconnaissant son droit à l’autodéfense et à l’autodétermination de son avenir.

Comme l’a souligné Mme Radjavi dans son message à la conférence de samedi, « le peuple iranien s’est levé pour vaincre le monstre de la répression et du terrorisme. Il a choisi de payer le prix de la liberté avec son sang. Que le monde se lève en solidarité ».