jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe parlement canadien et la mémoire des martyrs du massacre de 1988...

Le parlement canadien et la mémoire des martyrs du massacre de 1988 en Iran

Le parlement canadien et la mémoire des martyrs du massacre de 1988 en Iran

Le mercredi 31 août, en l’honneur de la mémoire des martyrs du massacre de 1988 en Iran, la communauté irano-canadienne et les familles des victimes du régime iranien, partisans du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), ont organisé un rassemblement à Queen’s Park, à Toronto.

Établi par une motion parlementaire canadienne unanime en 2013, le 1er septembre a été nommé « Journée de solidarité avec les prisonniers politiques iraniens », et vise les crimes commis par le régime iranien contre l’humanité et le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran.

Une grande exposition a également eu lieu à Queen’s Park, montrant les violations flagrantes des droits de l’homme en Iran, en particulier le massacre de prisonniers politiques en 1988, et d’autres atrocités commises par l’élite dirigeante à Téhéran.

Se référant à la prochaine Assemblée générale des Nations Unies en septembre à New York, la communauté irano-canadienne a exigé que le président du régime iranien Ebrahim Raïssi ne soit pas autorisé à y assister et s’arroger une légitimité et une attention internationales.

S’adressant à la communauté irano-canadienne lors de l’événement, la députée canadienne de Thornhill Melissa Lantsman a déclaré : « Nous n’oublierons jamais ces âmes courageuses, ni les causes pour lesquelles elles ont donné leur vie. Et cet horrible massacre ne s’est pas seulement produit dans le passé, il continue de se produire aujourd’hui. Sous le régime actuel, 582 personnes ont été exécutées, dont des femmes et des enfants. Les histoires horribles de torture sont trop courantes, et elles continuent maintenant dans un pays où les libertés fondamentales sont menacées depuis plus de 40 ans. Nous continuons de voir une érosion supplémentaire de ces droits de la personne, de la justice, de la primauté du droit et de tout ce qui nous est cher ici au Canada. »

Faisant référence à l’abattage par l’IRGC de l’avion de ligne ukrainien PS752, le député canadien a ajouté : « 176 vies innocentes ont été prises dans un acte de terreur flagrant et nous ne devrions jamais l’oublier. Cinquante-cinq d’entre eux étaient des citoyens canadiens. Le CGRI n’a jamais coopéré aux enquêtes internationales. Ils n’ont jamais exprimé ne serait-ce qu’une once de remords pour cet acte horrible. Voilà à qui nous avons affaire. Les familles des victimes ici au Canada et dans le monde méritent justice et un gouvernement qui se tiens à leurs côtés dans leur quête de justice. Le PS752 n’est qu’un autre incident parmi une longue série d’abus impensables de la part du régime iranien. »

« Nous ne devrions jamais, jamais garder le silence sur ces atrocités. Et aujourd’hui, en cet anniversaire, nous pouvons non seulement nous souvenir et réfléchir, mais nous devons également nous réengager. Réengagez-vous à défendre la liberté et les droits de l’homme en Iran. Cela ne signifie pas que des mots. Cela signifie des sanctions plus sévères. Cela signifie un plus grand effort aux côtés de nos alliés. Et cela signifie finalement désigner le CGRI comme l’organisation terroriste qu’il est. Et je sais que le peuple iranien sera libre. Je sais qu’ils veulent être libres. Malgré la répression, nous avons vu des milliers de manifestations se poursuivre à travers le pays. La multiplication sans précédent des unités de résistance montre que les Iraniens sont critiques et courageux, et ils ne seront pas intimidés dans leur quête de liberté. »

Racontant son expérience lors de la visite d’Achraf 3 en Albanie, le député de Flamborough-Glanbroo Dan Muys a déclaré : « Le Canada défendra toujours les droits de la personne, la liberté et la démocratie. C’est notre héritage. C’est la raison d’être des Canadiens. Nous ne sommes donc pas restés les bras croisés face à des cas de violations des droits de l’homme en Iran et ailleurs dans le monde. Mais c’est particulièrement important maintenant que nous continuons à nous exprimer. »

« L’une des individu dirigeants des comités de la mort de 1988 est maintenant le président iranien Ebrahim Raïssi« , a ajouté M. Muys. « Je pense que cela en dit long sur le désespoir du régime que quelqu’un comme ça ait été mis en place à ce stade de l’histoire de son régime parce que son bilan en matière de violations des droits de l’homme est assez ahurissant. »

Le député Dan Muys a également mentionné dans son discours que malgré les difficultés économiques et l’intensification des violations des droits de l’homme en Iran, de plus en plus de manifestations et de soulèvements se produisent à l’intérieur du pays, et il a exprimé l’espoir que les responsables soient interrogés et jugés pour violation des droits de l’homme.

« Nous appelons le parlement canadien et le gouvernement canadien à tenir le président Raïssi et les autres membres de la commission de la mort responsables de ce meurtre de masse et de ce crime contre l’humanité. Il n’y a pas de délai de prescription pour de tels crimes contre l’humanité. Nous appelons à la traduction en justice de tous les responsables de l’acte de terreur criminel et de la destruction du vol 752 afin que justice soit rendue aux victimes et que les auteurs de crimes contre les droits de l’homme rendent des comptes », a conclu M. Irwin Cotler dans son discours.

Au cours de la réunion, des membres de la communauté irano-canadienne et des familles de victimes du régime iranien ont demandé au gouvernement canadien de parrainer une commission d’enquête internationale sur la responsabilité des représentants de l’État iranien et de les tenir responsables du génocide et des crimes contre l’humanité perpétrés en 1988 et pour abattu l’avion de ligne PS752.

M. Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice et procureur général du Canada, est également intervenu devant les participants à Toronto. Se référant au processus d’adoption du projet de loi par le Parlement du Canada et à la désignation du 1er septembre comme journée de solidarité avec les prisonniers politiques en Iran, M. Cotler a noté qu’il avait été adopté par une confluence multipartite en 2013.

M. Cotler a déclaré : « En adoptant cette résolution, le Canada est devenu le premier pays au monde et le Parlement canadien est devenu le premier parlement au monde à condamner ce meurtre de masse comme un crime contre l’humanité. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe