samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran Protestations« Trois Iraniens sur quatre penchent vers la rébellion », conclut une...

« Trois Iraniens sur quatre penchent vers la rébellion », conclut une étude par le régime

« Trois Iraniens sur quatre penchent vers la rébellion », conclut une étude par le régime

Près de trois ans après le soulèvement historique de novembre 2019 en Iran, des manifestations ont lieu dans tout le pays, impliquant des personnes de tous horizons. Il arrive que les propres organes du régime et les médias d’État reconnaissent publiquement l’état explosif de la société iranienne.

« Trois Iraniens sur quatre participent à des manifestations », a averti l’Université suprême de la défense nationale du régime dans une récente étude sur la sécurité nationale. « Les troubles, le chaos et d’autres comportements collectifs de protestation» sont des formes de défi social actuellement en cours en Iran.

Le USDN opère dans le cadre de l’état-major général des armées et se consacre aux travaux de niveau doctoral sur la doctrine militaire, les sciences appliquées de la défense et la gestion. Toutes les personnes participant à ce travail doivent avoir au moins 50 ans et « s’engager et prouver leur loyauté envers le guide suprême ». Ces exigences limitent les candidatures aux responsables militaires qui ont été engagés dans les crimes systématiques des quatre dernières décennies.

L’étude a examiné les soulèvements nationaux de janvier 2018 et de novembre 2019 ainsi que les manifestations ultérieures, dont certaines sont toujours en cours et pourraient ouvrir la voie à d’autres soulèvements. L’étude conclut : « Avec la poursuite de la crise économique et la forte augmentation du sentiment d’injustice et d’inégalité dans la société si des soulèvements se forment à nouveau, près de 75% des gens participeront aux manifestations ».

Cette recherche, menée à Téhéran, indique que près de 67,2 % des Iraniens ont connu un « état relatif de privation » à des « niveaux élevés ». Il a également révélé que 82,2 % des Iraniens interrogés « insistent sur le fait qu’ils n’ont pas encore satisfait leurs besoins », tandis que « 59,4 % des personnes considèrent la situation du pays comme anormale ».

En termes de volonté de participer aux manifestations, seulement 25,1 % des personnes sont passives face aux griefs et n’ont aucun désir de participer à une « désobéissance civile ou non civile ». D’autre part, cette recherche souligne que 41,7% des personnes ont une faible tendance, 22,5% ont une tendance modérée et 7,07% ont une forte tendance à participer à des manifestations.

La soi-disant désobéissance civile en question consiste à écrire des lettres, à faire des grèves et à organiser des manifestations. Les manifestations incluent la tendance croissante des jeunes rebelles à attaquer les bases du régime. Ces mesures se poursuivent malgré le fait que le gouvernement a accéléré son rythme d’exécutions sous Ebrahim Raïssi, dans le but de terroriser le public.

Bien qu’élaborées, les statistiques citées dans l’étude du USDN indiquent que la société iranienne est au bord d’une révolution. Alors que le nombre d’arrestations et d’exécutions arbitraires augmente en Iran, il n’est pas nécessaire de scruter les ténèbres pour comprendre que l’expression anti-régime est criminalisée sous la théocratie au pouvoir en Iran.

L’étude souligne également que les inégalités économiques jouent le rôle le plus crucial dans l’augmentation du «sentiment de privation relative» ainsi que du «blocage social». Les auteurs ont ajouté que « le sentiment de privation peut aussi se manifester sous la forme d’insatisfaction civile et sociale ».

Cette étude a été présentée comme un avertissement aux responsables du régime, les encourageant à entamer une « réforme de la gouvernance politique » et de la « justice sociale » pour réduire le mécontentement et empêcher la propagation des protestations. Le rapport exhorte également les responsables du régime à respecter les droits des minorités ethniques et religieuses et à répartir équitablement les richesses entre tous les Iraniens.

Le rapport suggère également que les responsables devraient éviter et combattre le « népotisme » et devraient « déléguer les emplois en fonction des compétences, de l’expérience et de l’expertise acquises ».

Alors que cette recherche met à nu la vulnérabilité du régime et l’état explosif de la société iranienne, une autre étude menée par la même institution remet en question la soi-disant « stabilité » dont les responsables du régime continuent de se vanter.

L’étude intitulée « L’Iran après [l’année perse] 1400 » souligne que les deux manifestations généralisées de janvier 2018 et novembre 2019, ainsi que les sanctions, la mauvaise gestion des impulsions économiques par le régime et ses politiques au cours des trois dernières décennies « promettent une profonde changement social dans un avenir proche.

Se référant aux développements dans les sphères sociales, politiques et économiques de la société iranienne depuis 2011, l’étude met en évidence l’intensification des « vagues [de protestation] apparemment dispersées mais unidirectionnelles » qui peuvent affecter l’avenir de la société iranienne.

L’étude s’est spécifiquement concentrée sur l’expansion des protestations syndicales en Iran, l’influence croissante des réseaux sociaux parmi les gens, l’impact sans précédent de l’effondrement de la bourse et la valeur fluctuante du dollar sur la vie économique et sociale des Iraniens.

Evoquant l’émergence de « sphères d’activisme innovantes » en Iran, le document ajoute qu’ « avec les développements sociaux et politiques de la dernière décennie, toutes sortes d’activismes ont été créés et sont devenus de nouveaux centres de communication et d’échanges sociaux et culturels des Iraniens et la création d’un pouvoir politique ».

« Tous ces facteurs ont complètement changé la face de la société iranienne, et avec les deux vagues de protestation de janvier 2018 et novembre 2019, le soupçon que la société iranienne est au seuil de l’effondrement politique s’est renforcé. »

Cette recherche conclut en avertissant les responsables du régime qu’ils ne doivent jamais ignorer le « danger d’une rébellion de masse, non organisée, imprévisible, violente et sans chef » de la société iranienne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe