samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceJoseph Lieberman exhorte l'administration Biden à soutenir pleinement la résistance en Iran

Joseph Lieberman exhorte l’administration Biden à soutenir pleinement la résistance en Iran

Joseph Lieberman exhorte l'administration Biden à soutenir pleinement la résistance en Iran

« Ce qui est vrai, c’est que les flambeaux que le CNRI a tenus pendant des années, et qui allument maintenant les bougies dans tout le pays, n’ont pas du tout diminué », a déclaré l’ancien sénateur démocrate du Connecticut, Joseph Lieberman, dans ses remarques lors d’un briefing bi-partisan au Sénat américain jeudi, louant la lutte menée par le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), sa présidente élue, Mme Maryam Radjavi, et son principal groupe constitutif, les Moudjahidine du peuple (MEK / OMPI).

Dans son allocution de jeudi, le sénateur Lieberman a présenté 13 points et recommandations politiques au gouvernement américain pour soutenir le soulèvement national actuel du peuple iranien. Vous trouverez ci-dessous la transcription de son discours révisée pour plus de clarté

Discours complet :
Merci beaucoup. C’est formidable d’être de retour avec vous et de voir mon cher ami, collègue, Kelly Ayotte, et le sénateur Bozeman pour avoir organisé cette réunion dans cette grande salle. Et juste pour dire merci. Pour l’organisation des communautés irano-américaines pour nous avoir réunis une fois de plus à un moment vraiment critique dans la lutte pour la liberté en Iran.

Permettez-moi de commencer de cette façon. Quand s’écrira l’histoire du monde en cette année 2022, je crois que deux dates marqueront des tournants dans les relations internationales. Le premier est le 24 février 2022, jour où la Russie a envahi l’Ukraine. La seconde est le 16 septembre 2022. Le jour où une nouvelle vague de manifestations anti-régime menées par des femmes a commencé en Iran après la mort de Mahsa Amini, et ces manifestations se poursuivent aujourd’hui, le 84e jour. Sept semaines plus tard et au cours de la dernière décennie, nous sommes venus souvent dans cette salle historique et à beaucoup d’autres sur la colline du Capitole pour protester contre le gouvernement iranien et se tenir aux côtés du peuple iranien.

Le soulèvement iranien soutenu par un groupe de sénateurs américains bipartisans

Mais cette réunion d’aujourd’hui est différente car ces manifestations qui ont commencé le 26 septembre se poursuivent. Non seulement intact, mais plus large, plus profond et plus constant que jamais. Ce qui se passe actuellement en Iran est inspirant, mais c’est aussi sans précédent depuis que le régime islamique a pris le pouvoir il y a plus de quatre décennies.

C’est devenu un véritable soulèvement et je pense qu’il est temps de commencer à l’appeler une révolution pour libérer le peuple iranien du gouvernement totalitaire qui l’a asservi pendant trop d’années.

Ainsi, cet événement historique remarquable offre à chacun de nous, et aujourd’hui se concentre sur nos représentants au Congrès, des opportunités sans précédent dont nous n’avions peut-être pas rêvé qu’elles se produiraient si tôt. Mais cela nous donne aussi la responsabilité de soutenir les héros de la révolution en Iran et de faire tout notre possible pour les aider à atteindre leur objectif, qui est et doit être rien de moins que le renversement du régime terroriste totalitaire de Téhéran.

Et permettez-moi de dire tout d’abord que nous avons la responsabilité, historique et morale, de regarder en arrière et de rendre hommage à tous ceux qui ont soutenu cet espoir d’un Iran libre depuis des décennies maintenant, de courageux patriotes iraniens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Je dirai à cet égard qu’aucune organisation n’a fait, pour allumer des bougies d’espoir et de liberté à travers les jours les plus sombres de la répression et des meurtres de masse en Iran que le Conseil national de la Résistance en Iran dirigé par Mme Maryam Radjavi, et l’histoire réelle doit noter cela, mais nous le pouvons en le notant et en exprimant notre appréciation elle-même. Quelqu’un m’a dit il y a longtemps, en comparant le feu et l’eau, que si vous versez de l’eau d’un pot, il y a moins d’eau dans le pot. Si vous allumez une bougie avec une autre bougie, la première bougie brûle, aussi brillamment que jamais.

Les lumières que le CNRI, le MEK (OMPI -Moudjahidine du peuple d’Iran) et les organisations des communautés irano-américaines allument depuis des décennies sont maintenant portées haut. Ils ont été propagés par des millions d’Iraniens.

Ce qui est vrai, c’est que les flambeaux que le CNRI a tenus pendant des années, et qui allument maintenant les bougies dans tout le pays, n’ont pas diminué du tout.

Le flambeau de la CNRI et de l’OMPI brille davantage à mon avis, chaque jour qui passe. L’organisation nous donne confiance que le régime actuel sera renversé et, plus important encore, que lorsqu’il sera là, il y aura des dirigeants prêts à guider l’Iran en douceur vers son avenir libre et démocratique.

C’est l’organisation dont vous faites partie. Maintenant, alors que nous regardons vers l’avenir, je pense que nous devons nous demander, que pouvons-nous demander à nos dirigeants au Congrès au nom des combattants de la liberté en Iran ?

Maintenant, je fais mettre la table. J’ai une série de suggestions. Ce que je veux dire en termes de ce que nous pouvons demander :

Premièrement, l’administration et le Congrès doivent faire face à la réalité. Il est impossible de conclure des accords dignes de confiance avec le régime de Téhéran avec leurs paroles et leurs actes. Ils ont montré si clairement qu’ils sont des ennemis implacables des États-Unis et qu’ils sont totalement trompeurs et donc totalement peu fiables.

J’étais désolé de voir la semaine dernière que le secrétaire d’État Blinken, que je respecte et que j’apprécie, a déclaré à propos du désir des États-Unis de mettre fin au dangereux programme de développement d’armes nucléaires de l’Iran que les États-Unis préfèrent toujours la diplomatie. Nous préférons tous toujours la diplomatie, mais pas avec un pays comme la République islamique d’Iran qui nous a à plusieurs reprises claqué la porte de la diplomatie au nez. Il est temps que les États-Unis cessent de s’attirer les faveurs du régime iranien. Il est temps que les États-Unis cessent d’essayer d’apaiser le régime, même en attaquant les pires ennemis du régime, y compris le CNRI.

Il est temps pour les États-Unis de s’éloigner fièrement et avec défi des négociations dégradantes avec l’Iran pour un nouveau JCPOA, ce jeu est terminé.

Deuxièmement, le président Biden devrait vraiment prononcer et adresser un discours public sur l’Iran s’adressant au peuple iranien, s’adressant à la diaspora iranienne, s’adressant à notre peuple et s’adressant au monde entier en soutenant sans réserve les combattants de la liberté dans les rues de l’Iran et, contre le régime de l’Iran d’aujourd’hui, qui est clairement un ennemi des États-Unis.

Troisièmement, le gouvernement américain devrait demander à nos alliés de l’E3 en Europe d’invoquer des sanctions en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui mettraient officiellement fin au JCPOA et rétabliraient l’embargo international sur les armes contre l’Iran.

Quatrièmement, les États-Unis devraient continuer à travailler avec Starlink et d’autres sociétés ayant des capacités similaires pour fournir un Internet gratuit et sécurisé au peuple iranien.

Cinquièmement, les États-Unis devraient créer un canal spécial exempt de sanctions américaines pour distribuer des fonds iraniens gelés sur des comptes bancaires étrangers aux travailleurs en grève en Iran. La transformation des revendications ouvrières vers la contestation politique représente une menace vraiment importante pour la République islamique.

Sixièmement, le président et les hauts responsables de l’administration devraient tenir des réunions privées et/ou publiques avec des membres de la diaspora iranienne, des dissidents iraniens et des groupes d’opposition, y compris ce groupe. Étant donné le lien de votre adhésion avec les Iraniens, luttant pour leur vie sur le terrain, l’établissement d’une telle communication serait inestimable à la fois pour notre gouvernement et pour les combattants iraniens de la liberté.

Septièmement, notre Congrès devrait tenir des audiences publiques sur les manifestations en Iran, comme l’a déjà fait le sénateur Menendez, y compris en particulier les menaces qui ont été proférées par le gouvernement iranien contre les citoyens américains.

Huitièmement, les États-Unis devraient travailler avec des plateformes de médias sociaux encourageantes. Instagram et Twitter pour arrêter les cyber-offensives de l’Iran en supprimant les voix des militants iraniens par des tactiques telles que l’interdiction de l’ombre.

Neuvièmement, les États-Unis devraient expulser les anciens responsables de la République islamique qui vivent aux États-Unis ainsi que les sympathisants et les partisans du régime iranien, et savoir qui ils sont.

Dixièmement, les États-Unis devraient encourager nos alliés et partenaires à isoler diplomatiquement l’Iran. Les Européens ne le font toujours pas.

Ils devraient réduire la présence diplomatique iranienne, fermer leurs ambassades, refuser les réunions et soutenir les efforts menés par les États-Unis pour priver la République islamique de son adhésion aux organisations internationales.

Onzièmement, les États-Unis et nos alliés en Europe devraient poursuivre les sanctions multilatérales contre les plus hauts dirigeants de l’Iran, y compris le guide suprême et Raïssi, en utilisant nos autorités respectives Magnitsky ACT.

Briefing du Sénat 2022 à l’appui de la révolution iranienne | Joseph Liberman

Douzièmement, les États-Unis et l’Europe devraient se concentrer sur les familles des responsables du régime iranien qui vivent aux États-Unis et en Europe, révoquer leurs visas et confisquer leurs biens.

Des efforts similaires ont été utilisés avec succès contre les oligarques russes à la suite de l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

2022 Senate Briefing In Support Of The Iran Revolution | Joseph Lieberman

Et enfin, le gouvernement américain devrait appliquer strictement nos sanctions qui sont déjà en vigueur, y compris la saisie des pétroliers iraniens.

Je sais que c’est un ensemble agressif de recommandations, de grande envergure, mais pensez à ce que fait le gouvernement iranien. Il tire avec des armes sur des manifestants pacifiques ces derniers jours. Il a commencé à exécuter des manifestants qu’ils ont arrêtés, après des procès fictifs.

Ils méritent ces treize points que j’ai soulevés et bien plus encore pour ce qu’ils font et ce qu’ils ont fait à ce jour.

Aujourd’hui, le peuple iranien met sa vie en danger dans une révolution héroïque contre son gouvernement pour les mêmes valeurs qui sont inscrites dans la déclaration d’indépendance américaine, ce sont nos valeurs. Allons-nous rester passifs et laisser nos ennemis, les ennemis jurés du gouvernement iranien, l’emporter ?

Allons-nous regarder en arrière et dire, pourquoi n’avons-nous pas fait plus à ce tournant de l’histoire ? Ou allons-nous faire tout notre possible pour aider le peuple iranien à remporter la victoire ? La réponse morale est claire. La réponse dans l’intérêt des États-Unis d’Amérique et de nos valeurs est claire. Nous devons agir avec audace pour soutenir les combattants de la liberté actuellement dans les rues d’Iran.

Nous entrons dans une ère de religion, si vous voulez, d’observance religieuse, comme l’a si bien dit Kelly. Donc, je termine avec une déclaration un peu religieuse, politique, de Thomas Jeffer fils. Et ce sont les mots que Jefferson a initialement proposés pour le grand sceau des États-Unis. Et ils sont particulièrement adaptés à un gouvernement qui se prétend religieux comme celui de Téhéran.

Jefferson a suggéré ces mots : « La rébellion contre les tyrans est l’obéissance à Dieu. » Ainsi, aujourd’hui, l’Amérique doit s’opposer aux tyrans avec Dieu et avec le peuple iranien.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe