vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe soulèvement iranien soutenu par un groupe de sénateurs américains bipartisans

Le soulèvement iranien soutenu par un groupe de sénateurs américains bipartisans

Le soulèvement iranien soutenu par un groupe de sénateurs américains bipartisans

Le jeudi 8 décembre, l’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC) a organisé une séance d’information bipartisane du Congrès à laquelle ont participé un groupe de sénateurs américains qui ont exprimé leur soutien total au soulèvement du peuple iranien, qui a duré malgré la lourde répression du régime au cours des trois derniers mois. Ils ont également soutenu le désir du peuple iranien d’établir un pays démocratique.

Trois personnalités américaines ont également assisté à cet événement, l’ancien sénateur et candidat à la présidence Joe Liberman, l’ancienne sénatrice Kelly Ayotte et l’ambassadeur Marc Ginsberg. Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), s’est adressée à la conférence par message vidéo.

Mme Radjavi a déclaré dans son message : « Le temps est venu pour le Sénat américain de reconnaître la lutte du peuple iranien pour renverser le régime et le droit légitime des jeunes iraniens à combattre les pasdaran. »

 

Mme Radjavi a souligné : « Notre peuple paie de son sang le prix de la lutte contre un régime dont le monde a marre. Pourquoi les gouvernements et les institutions internationales ne font-ils rien d’autre que de publier des déclarations inefficaces ? Pourquoi un régime tueur d’enfants, qui réprime violemment les femmes et leur impose des discriminations, est-il membre des institutions de l’ONU ? N’est-ce pas une insulte à l’humanité ? Il devrait être mis fin immédiatement à l’adhésion de Téhéran à la Commission de la condition de la femme et à son adhésion à l’UNICEF. Heureusement, le processus d’expulsion de la Commission de la condition de la femme est en cours. La Résistance iranienne attend du Sénat américain qu’il prenne la tête d’une initiative visant à expulser le régime de l’UNICEF. Il est temps pour les Etats-Unis et leurs alliés du P5+1, au lieu de poursuivre des négociations qui ne feront que servir les politiques criminelles du régime, d’imposer toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU contre le régime et de restaurer les sanctions sans délai. »

Vous trouverez ci-dessous quelques extraits des propos des sénateurs américains de premier plan et des participants qui se sont exprimés en faveur d’un Iran libre et démocratique :

Sénateur Lindsey Graham (R-SC) : « Nous vivons une époque et un moment historiques, je vais donc m’asseoir avec Jeanne [la sénatrice Shaheen] pour voir ce que nous pouvons faire pour prêter notre voix aux gens dans les rues, les villages et les villes d’Iran, pour dire que ça suffit. Je pense que nous avons atteint un point au 21e siècle où il faut choisir. Je choisis donc le peuple d’Iran plutôt que les Ayatollahs ».

Sénatrice Jeanne Shaheen (D-NH) : « Dans le New Hampshire, nous nous soucions de ce qui se passe en Iran. En Iran, les gens descendent dans la rue pour exiger le respect des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Le monde nous regarde, et nous sommes impressionnés par ce qui se passe en Iran, mais il ne suffit pas d’être impressionné par leur courage. Nous devons également nous tenir aux côtés du peuple iranien dans sa lutte pour reprendre sa vie et ses libertés ».

Sénateur Thom Tillis (R-NC) : « Je pense que nous devons exercer une pression maximale sur les mollahs. Nous ne pouvons pas faire confiance aux dirigeants de l’Iran… Nous devons maintenir la pression économique. Nous devons les tenir pour responsables. Nous devons faire en sorte que les organisations mondiales reconnaissent ce qu’ils font, et nous ne pouvons pas relâcher notre pied de l’accélérateur jusqu’à ce que nous ayons un changement de régime. Il n’y a aucun moyen pour ces dirigeants de changer leur cœur. Il n’y a aucun moyen. Nous devons donc utiliser tous les moyens dont nous disposons, avec tous nos partenaires mondiaux, pour achever le l’oeuvre sur laquelle vous travaillez tous si dur. Au peuple iranien, et aux Américains d’origine iranienne, sachez que je suis à vos côtés à chaque étape du processus. »

Sénateur Roy Blunt (R-MO) : « Nous sommes très occupés, mais pas trop occupés pour défendre la liberté en Iran. Nous avons un gouvernement qui exécute des gens, comme ils l’ont fait hier soir, pour garder tout le monde dans le rang. Quand le gouvernement doit faire une descente dans la plus grande université pour garder les gens soumis, il y a clairement là un problème que le monde doit défendre… Les gens sont prêts à risquer leur vie et même à donner leur vie pour la liberté, le moins que nous puissions faire est d’encourager et soutenir cela par tous les moyens. »

L’ancien sénateur Joseph Lieberman (D-CT) : Le flambeau du CNRI et de l’OMPI devient plus brillant à mon avis, avec chaque jour qui passe. L’organisation nous donne confiance dans le fait que le régime actuel sera renversé, et plus important encore, que lorsqu’il le sera, il y aura des dirigeants prêts à guider l’Iran en douceur vers son avenir libre et démocratique.

« Aujourd’hui, le peuple iranien met sa vie en grand danger dans une révolution héroïque contre son gouvernement pour les mêmes valeurs que celles qui sont inscrites dans la Déclaration d’indépendance américaine, et il y a des valeurs. Allons-nous rester passifs et permettre à nos ennemis, les ennemis jurés du peuple iranien, de l’emporter ? »

« Il est temps pour les États-Unis d’arrêter de courtiser le régime iranien. Il est temps pour les États-Unis d’arrêter de complaire avec les mollahs, même en attaquant les pires ennemis du régime, notamment le CNRI. Il est temps pour les États-Unis de s’éloigner fièrement et avec défi des négociations avilissantes avec l’Iran pour un nouveau JCPOA, ce jeu est terminé. »

« Le gouvernement américain devrait demander à nos alliés E3 en Europe d’invoquer des sanctions snapback en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui mettrait officiellement fin au JCPOA et rétablirait l’embargo international sur les armes à destination de l’Iran. »

« Les États-Unis et l’Europe devraient se concentrer sur les familles des responsables du régime des mollahs qui vivent aux États-Unis, en, en Europe, et révoquer leurs visas et confisquer leurs biens. »

Le président, sénateur Bob Menendez (D-NJ) : « Je tiens à reconnaître le Conseil national de la Résistance iranienne pour son engagement à faire entendre vos voix, les voix des Iraniens à l’intérieur de l’Iran, et à plaider constamment pour la liberté du peuple iranien… Il y a un point d’inflexion critique pour chaque Iranien qui se bat pour ses droits fondamentaux… Nous avons vu l’incroyable bravoure et le courage des Iraniens de tous les horizons… Pendant 90 jours, nous avons vu les Iraniens marcher dans les rues pour se heurter au régime misogyne. Dans le même temps, nous avons vu le régime répondre avec la violence que nous connaissons tous trop bien. Il a tué des centaines de manifestants et en a arrêté des dizaines de milliers d’autres. Nous avons vu à quel point ils sont impitoyables et désespérés pour maintenir leur emprise sur le pouvoir. Les États-Unis et la communauté internationale ne peuvent rester silencieux. À ceux qui disent que nous ne devrions pas trop nous impliquer dans la défense des manifestants iraniens parce que cela sera perçu comme une initiative des Etats-Unis, je réponds qu’il faut donner la parole à ceux qui sont en Iran pour que ce qu’ils disent puisse être entendu dans le monde entier comme des Iraniens qui protestent. Je pense que les États-Unis doivent soulever cette question dans tous les forums internationaux possibles, comme nous l’avons fait avec nos alliés, du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à la Commission des femmes, et nous devrions utiliser les outils dont nous disposons pour aider à contourner les efforts du régime pour brouiller les communications de son propre peuple, et nous devrions invoquer les sanctions Magnitsky et autres contre ceux qui commettent cet acte odieux. Ils doivent savoir qu’ils ne sont pas hors de portée de la justice… Les demandes de justice et de droits fondamentaux des manifestants iraniens sont une source d’inspiration, surtout face à la réponse du régime iranien. Tout ce qu’ils veulent, c’est vivre une vie de paix et de prospérité, une démonstration viscérale et émotionnelle du pouvoir de la simple recherche de la paix. Continuons donc à nous opposer aux violations des Droits de l’Homme et à la violence du régime. Continuons à protéger ceux qui sont à Achraf 3 et je m’engage à le faire. Continuons à lutter contre la répression insensée des femmes et des filles. Gardons les yeux du monde rivés sur la barbarie de Téhéran. »

L’ancienne sénatrice Kelly Ayotte (R-NH) : « Nous avons vu dans la rue qu’il y a des gens de tous les horizons qui protestent, que ce soit dans les universités, les villages, les villes, les différentes régions, les Kurdes, les gens se rassemblent. Il s’agit d’une révolution unifiée et cela fait longtemps qu’elle se prépare. Vous le savez tous, car vous y travaillez depuis longtemps, depuis des décennies. Et maintenant, il est temps de se tenir aux côtés du peuple iranien. 84ème jour du soulèvement. Ils scandent : « A bas Khamenei, à bas l’oppresseur », que ce soit le shah ou le Guide Suprême. »

« L’heure est à la victoire pour le peuple iranien, et nous savons qu’il existe une alternative parce que Mme Radjavi et le CNRI ont un plan en dix points qui envisage la liberté, la démocratie, un Iran non nucléaire, un Iran pacifique qui respecte les Droits de l’Homme. C’est le peuple iranien, c’est ce qu’il mérite, et c’est l’Iran avec lequel nous pouvons travailler en tant que États-Unis d’Amérique. C’est l’Iran, où les valeurs sont respectées, et où les gens sont traités équitablement. »

Sénateur Cory Booker (D-NJ) : « Nous voyons des choses extraordinaires se produire avec le peuple iranien : le courage, l’héroïsme, cette incroyable volonté de faire ce qui est tout à fait naturel, de mettre en jeu sa propre sécurité et celle de sa famille pour la liberté. Bien sûr, en période de grand péril et de grand défi, vous avez malheureusement de grands martyrs. Le peuple iranien se bat pour une cause qui est encore plus grande que lui. Ils se battent pour la cause de l’humanité. Ils se battent pour la cause de la liberté. Ils se battent pour la cause de la démocratie, et je suis aux côtés du peuple iranien. C’est une de ces questions dont je suis fier de dire qu’elle n’est pas partisane. Les sénateurs des deux camps se réunissent pour discuter de ce que nous pouvons faire pour soutenir le peuple iranien. C’est le test de ce pays : quelle est notre position et que ferons-nous ? Nous devons faire avancer la conversation sur ce que nous pouvons faire et sur ce que nous pouvons faire de plus pour le peuple iranien… Parce que j’ai été élevé dans l’idéologie d’un homme appelé Martin Luther King, qui a dit de manière si pertinente que nous sommes tous pris dans un réseau de mutualité échappatoire, liés dans un vêtement commun de la destinée. L’injustice où qu’elle soit est une menace pour la justice partout… Je ne resterai pas silencieux. Je prêterai ma voix en solidarité avec les femmes et les filles qui manifestent en Iran. Je pousserai notre pays à en faire plus, et je crois que la fin de cette histoire sera une histoire qui inspirera les filles, les femmes et les hommes du monde entier sur ce que des personnes courageuses ont fait pour reprendre leur pays à un régime répressif et pour faire briller la lumière de la liberté et de la démocratie encore plus fort parmi l’humanité. »

Sénateur John Boozman (R-AR) : « Je pense que vous savez que la plupart d’entre nous se tient fermement de votre côté. Je m’engage à vous aider de toutes les manières possibles, certainement sur le sujet des armes nucléaires et des Droits de l’Homme. »

Sénateur Alex Padilla (D-CA) : « Par solidarité, nous nous tenons aux côtés des femmes iraniennes et sommes indignés par la violation flagrante des Droits de l’Homme par le régime iranien. Ce que nous voyons en Iran est plus qu’inacceptable… Le régime a réprimé par des vagues de violence, arrêtant des dizaines de milliers de personnes, des manifestants, et en tuant des centaines d’autres. Maintenant, ce faisant, ils intensifient la lutte pour la justice. Le peuple iranien prend conscience de la puissance de sa voix unifiée et dit clairement qu’il ne peut y avoir de moralité quand il y a une police des mœurs. Il ne peut y avoir de liberté lorsque les manifestations pacifiques sont réprimées par la violence. Alors, aux femmes d’Iran, je veux dire haut et fort que nous sommes touchés par votre courage et votre force. Et à tous les Iraniens qui demandent que leurs droits fondamentaux soient respectés, permettez-moi de dire haut et fort que les États-Unis sont à vos côtés. Nous demandons la fin immédiate de la détention barbare de manifestants pacifiques, la fin immédiate des violations flagrantes des Droits de l’Homme et la fin immédiate de la persécution des femmes iraniennes. Et d’ici là, nous continuerons à tenir le régime des mollahs responsable de ses actes. Aux Etats-Unis, les voix du peuple iranien qui crient pour la liberté seront toujours entendues et respectées. »

Ambassadeur Marc Ginsberg : « C’est un soulèvement irréversible qui s’est étendu à toutes les villes et provinces. Et notez bien mes mots, Mesdames et Messieurs, l’Ayatollah ne peut pas revenir en arrière cette fois et le dissimuler. Ils peuvent peut-être essayer d’assassiner des manifestants, mais ils ne peuvent pas étouffer la lutte pour la liberté. »

« Pendant près de deux décennies, l’OMPI a eu des cellules opérant en Iran pour aider à former ces jeunes femmes et ces jeunes étudiants sur la façon, en fait, de lutter pour la liberté lorsque les répresseurs sont déterminés à vous assassiner. Ils ont accès à un réseau d’Unités de Résistance qui sont reconnues dans le monde entier. »

« Et avec tout le respect que je dois à mes amis de l’administration Biden, je dois dire qu’il est grand temps qu’ils mettent fin à leur propre résistance en soutenant l’OMPI et le CNRI pour, en fait, fournir les ressources et le soutien à la cause même qu’ils prétendent embrasser maintenant. Laissez-moi donc juste terminer en disant que nous, nous ne pouvons pas être de simples observateurs, mais nous devons être des participants actifs parce que le peuple iranien ne mérite pas moins.« 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe