lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceJohn Bercow : Nous détestons les régimes du Shah et des mollahs,...

John Bercow : Nous détestons les régimes du Shah et des mollahs, nous soutenons le peuple et la résistance iranienne


« Nous sommes clairement réunis ici pour marquer le 44e anniversaire du renversement de la dictature du Shah, méprisée et détestée. Nous ne voulons en aucun cas revenir à cette époque révolue« , a déclaré John Bercow, ancien président de la Chambre des communes du Royaume-Uni (2009-2019), lors d’un grand rassemblement à Paris dimanche, en solidarité avec le peuple iranien. Plus de dix mille Iraniens épris de liberté se sont réunis sur la place Denfert-Rochereau pour honorer la révolution anti-monarchique de 1979 et pour soutenir leurs compatriotes engagés dans le combat pour le renversement des mollahs en Iran et pour l’instauration d’une république démocratique et laïque et l’égalité entre les hommes et les femmes.

Dans son intervention, John Bercow a déclaré :
« Merci pour le grand privilège d’être invité à être parmi vous aujourd’hui. J’ai été témoin de la force, du sentiment, de la passion et de la détermination qui vous anime, et j’ai eu l’honneur d’écouter une série de discours avec la force la plus convaincante. Pourquoi sommes-nous réunis ici au cœur de Paris ce dimanche après-midi ? La réponse, mes amis, mes collègues et mes amis amoureux de la liberté, est simplement que nous détestons la dictature et que nous exigeons la démocratie pour le peuple iranien qui souffre depuis longtemps.

Nous sommes clairement réunis ici pour marquer le 44e anniversaire du renversement de la dictature du Shah, méprisée et détestée, et nous ne voulons en aucun cas revenir à cette époque. Nous savons que le Shah était un tueur corrompu. Corrompu dans des vols massifs et tueur d’un grand nombre d’Iraniens dignes qui voulaient simplement être libres. Le Shah ne croyait pas à la démocratie. Il ne croyait pas à la liberté. Il ne croyait pas aux droits des médias. Il ne croyait pas aux droits des femmes. Il ne croyait pas aux droits des minorités.

John Bercow : Nous détestons les régimes du Shah et des mollahs, nous soutenons le peuple et la résistance iranienne

C’est à cause de son bilan épouvantable et de sa brutalité persistante pendant des décennies qu’il a été renversé. Et c’était la base de ce qui était une révolution par et pour le peuple iranien. Mais vous savez que les Ayatollahs, comme cela a été expliqué avec pertinence, ont détourné cette révolution. Ils ont tordu cette révolution. Ils ont déformé cette révolution. Ils ont perverti cette révolution.

Mesdames et messieurs, mes amis, ils ont ruiné cette révolution. Et mon deuxième point est très, très simple. Le despotisme monarchique du Shah a simplement cédé et été remplacé par le despotisme religieux des Ayatollahs. Ils ne croient pas à la démocratie. Ils ne croient pas à la liberté. Ils ne croient pas aux droits des médias. Ils ne croient pas aux droits des femmes et ils ne croient pas aux droits des minorités ethniques. Ce sont des dictateurs tout autant que le Shah était un dictateur. Nous ne voulons pas de dictature pour le peuple iranien. Nous voulons la démocratie pour le peuple iranien. Nous voulons la démocratie. Nous voulons la liberté.

Nous voulons l’État de droit. Nous voulons le respect des médias, nous voulons l’égalité pour les femmes et nous voulons la protection de l’égalité des droits des minorités. Quelle que soit votre religion, ou si vous souscrivez à une religion, vous avez le droit d’être libre. Et le peuple iranien a le droit d’être libre. Et ils ont la possibilité d’être libres car il existe une alternative décente, crédible et authentique pour contrer le régime de Téhéran en ce moment.

Et vous l’avez entendu dans les paroles passionnées, puissantes et persuasives de Mme Radjavi. Nous savons tous que Mme Radjavi est une personne de cran, une personne de vision, une personne de caractère et une personne avec un désir inextinguible de s’engager pour le service public et le peuple iranien. Et le plan en dix points montre comment le Conseil national de la résistance iranienne s’y prendrait pour garantir une justice libre, démocratique et fondée sur le droit, observant une république laïque et non nucléaire. C’est ce que vous voulez, et c’est ce que nous voulons.

Et, mes amis, en conclusion, je veux m’identifier, je veux sympathiser avec, je veux m’associer aux propos puissants de tous les orateurs précédents, des gens de très grande distinction qui connaissent la valeur de la liberté. Si nous voulons aider le peuple iranien à tracer la voie vers une véritable démocratie, ceux d’entre nous qui ont la chance dans nos pays, que ce soit en France, que ce soit en Belgique, que ce soit au Royaume-Uni, de jouir de la démocratie, doivent reconnaître qu’il est temps de prescrire ceux qui ne croient ni à la démocratie, ni à la liberté, ni à la justice, ni à l’état de droit, ni à l’inégalité et qui croient simplement à l’application fascisante de force.

Et le Corps des gardiens de la révolution islamique représente précisément cette philosophie vicieuse, bestiale, dangereuse et orientée vers la violence. Et elle devrait être proscrite en tant qu’organisation terroriste qu’elle est. Le CGRI doit être proscrit. Enfin, parmi vous tous ici aujourd’hui, hommes et femmes de toutes les couches de la communauté, ce qui me semble le plus encourageant, c’est de voir ici présents beaucoup de jeunes qui ne seront pas satisfaits jusqu’à ce qu’il y ait une république libre, démocratique, laïque, humaine et respectueuse des droits en Iran.

Mesdames et messieurs, gardez la foi. Ne vous lassez jamais et restez résolu car la perspective de la liberté est proche. Vous ne vous reposerez que lorsque vous aurez cette liberté, cette démocratie, cette justice. Nous au Royaume-Uni, les gens en France, les gens en Belgique et les gens ailleurs, sommes du côté de la liberté pour l’Iran. Et nous ne cesserons pas notre soutien à la liberté de l’Iran. Puissiez-vous persister longtemps, puissiez-vous réussir, et que la bravoure, le courage et l’héroïsme de Mme Radjavi soient récompensés. Merci.”

John Bercow : Nous détestons les régimes du Shah et des mollahs, nous soutenons le peuple et la résistance iranienne