lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceCarlo Ciccioli, eurodéputé italien : Le régime iranien touche à sa fin

Carlo Ciccioli, eurodéputé italien : Le régime iranien touche à sa fin

S’exprimant lors du Sommet mondial Iran libre 2024 à Paris, Carlo Ciccioli, eurodéputé italien, a exprimé son soutien aux Moudjahiddine du Peuple (OMPI) et au Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). les reconnaissant comme les véritables représentants du mouvement de résistance iranien. Ciccioli a rappelé sa fierté d’avoir présenté Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, au Parlement italien il y a plus de quinze ans.

Ciccioli a souligné la nature unique et paradoxale du régime iranien, qu’il a décrit comme une entité terroriste accusant les autres de terrorisme. Il a réfléchi aux batailles menées et gagnées contre les tentatives de criminalisation du mouvement de résistance iranien, tant sur le plan judiciaire que par l’intermédiaire de l’opinion publique.

Abordant la mort récente du président du régime Ebrahim Raïssi, M. Ciccioli a établi des parallèles avec des incidents historiques survenus en Italie, tels que le meurtre sanctionné par l’État d’Enrico Mattei. Ciccioli a souligné que les régimes tombent souvent lorsque les conflits internes s’intensifient, conduisant à l’autodestruction. Il a souligné les graves défis économiques, sociaux et politiques auxquels l’Iran est confronté, suggérant que le régime approche de son dernier chapitre. Exprimant l’espoir d’un changement imminent, Ciccioli a transmis ses meilleurs vœux au peuple iranien et à son droit à un avenir meilleur, affirmant la solidarité de l’Italie avec sa cause.

Extraits du discours de Carlo Ciccioli :

C’est un honneur pour moi d’être ici. Depuis de nombreuses années, je me tiens à vos côtés pour reconnaître le Mouvement Moudjahidine et le Conseil national de la Résistance iranienne comme le seul et authentique représentant de la Résistance iranienne. Notre combat est pour faire reconnaitre la légitimité de votre lutte. Il est en effet étrange que le régime au pouvoir en Iran, un régime terroriste, accuse les autres de terrorisme – une situation plutôt ridicule.

Je me souviens avec fierté de l’époque où, il y a plus de quinze ans, j’accompagnais pour la première fois votre héroïque dirigeante, Maryam Radjavi, à la Chambre des députés italienne. Elle a été reçue par Gianfranco Fini, alors président, et cela a marqué le début de la reconnaissance de votre mouvement en Italie. Je me souviens des combats contre le régime qui cherchait à criminaliser votre mouvement, à la fois par des moyens judiciaires et par la pression publique. Ces batailles ont été gagnées et je préfère donc ne pas m’y attarder.

Ce qui se passe en Iran a été dit à maintes reprises, et tout le monde le sait. Cependant, je voudrais réfléchir brièvement à ce qui nous attend, à ce qui se passe actuellement. Premièrement, concernant la mort du président Raïssi, qui reste entourée de mystère. Il ne s’agissait pas simplement d’un accident, mais peut-être de quelque chose de plus : un incident peut-être né d’une concurrence interne entre les régimes. Cette mort rappelle le meurtre parrainé par l’État d’Enrico Mattei en Italie.

Je ne suis pas sûr des résultats finaux, mais les régimes tombent toujours en cas de conflits internes importants. Les partis s’autodétruisent lorsqu’ils s’entredéchirent à l’intérieur. C’est ce qui arrive au régime iranien.

Je ne sais pas combien de temps encore ils pourront dissimuler les questions internes, qu’elles soient économiques, sociales ou politiques, parmi les composantes du régime. Cependant, nous avons tous le sentiment que nous arrivons au dernier chapitre. Je souhaite au mouvement et au peuple iranien un changement très proche dans le futur car le peuple iranien le mérite.

L’Italie est à vos côtés !