vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Réactions contre la présence d’un juge meurtrier au sein de...

Iran : Réactions contre la présence d’un juge meurtrier au sein de l’équipe de campagne de Raissi

Iran : Réactions contre la présence d’un juge meurtrier au sein de l’équipe de campagne de Raissi

CNRI – La présence de Saeed Mortazavi lors d’un événement de campagne électorale d’Ebrahim Raissi dans la ville de Yazd, dans le centre de l’Iran, a attiré l’attention sur les réseaux sociaux.

Divers canaux de médias sociaux dans la province de Yazd ont affirmé que Mortazavi avait déclaré aux journalistes qu’il appuie la candidature de Raissi, selon l’agence de presse officielle IRNA.

« Mon rêve est que Raissi devienne président », a déclaré M. Mortazavi, selon le site, internet du journal Entekhab.

Les réactions négatives ont atteint un point tel que les équipes de campagne de Raissi et Mortazavi ont publié des déclarations expliquant que la participation de Mortazavi à l’événement était une décision propre à sa personne.

Mortazavi est l’un des individus mis sur liste noire par les États-Unis, avec le chef des pasdaran, Mohammad Ali Jafari, et le l’ancien Procureur général, Gholamhossein Mohseni Ejei, pour leur rôle dans des violations des droits de l’homme.

Mortazavi est connu pour son rôle dans le meurtre du photojournaliste irano-canadien Zahra Kazemi et dans la torture, le viol et le meurtre des personnes arrêtées lors de l’insurrection de 2009.

Raissi est surtout connu pour son appartenance à la sinistre « Commission de la mort » en 1988, qui a présidé l’exécution massive de milliers de prisonniers politiques.

Raissi, avec Morteza Eshraghi (Procureur général de l’époque), Hossein Ali Nayeri et Mostafa Pour-Mohammadi (représentant du ministère du Renseignement au sein de la prison d’Evin), ont mis en application une ordonnance du fondateur du régime des mollahs, Ruhollah Khomeiny, pour massacrer tous les dissidents politiques, en particulier les membres et les partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI / MEK) dans les prisons iraniennes.

Un fichier audio a été rendu public en 2016, lors d’une rencontre entre Hossein Ali Montazeri, le successeur de Khomeiny à l’époque, avec les membres de la Commission de la mort, où il a décrit les exécutions comme « le crime le plus grave de la République islamique » et a déclaré que l’histoire se rappellera d’eux comme étant des « criminels ».

La présence de Mortazavi aux côtés de Raïssi renforce davantage l’image de ce dernier en tant que candidat « boureau » dans la campagne qui précède le simulacre de la présidentielle en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe