samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : Rassemblements nocturnes dans différentes villes du pays

Iran : Rassemblements nocturnes dans différentes villes du pays

La contre-manifestation du régime iranien contre l'OMPI à Téhéran le samedi 30 déc. 2017

Soulèvement en Iran – N ° 11

Des slogans de « Mort à Khamenei », « Honte à toi Khamenei, quitte le pays »

Les manifestations de différentes villes du pays, notamment Ahvaz, Rasht, Sari, Hamedan, Qom, Qazvin, Sabzewar, Bojnurd, Ispahan, Shiraz, Karaj, Qouchan et Zahedan, ont continué pendant la nuit en dépit des manifestations et des affrontements qui ont lieu toute la journée du vendredi.

Alors que le ciel s’assombrissait, les mercenaires du Basij ont attaqué les manifestants de manière organisée et les ont arrêté ou les ont brutalement battus dans de nombreuses villes. D’un autre côté, les manifestants ont identifié des mercenaires ainsi que des espions et se les sont présentés.

A Kianshahr, dans la ville d’Ahvaz, pendant que le ciel s’assombrissait, le bruit des balles se sont faits entendre. Les manifestants scandaient des slogans tels que « Mort au dictateur », « Mort à la vie chère », « Le peuple est en train de mendier tandis que le Guide Suprême se conduit comme le Seigneur », « Indépendance, Liberté, République iranienne », « Méfiez-vous du jour où nous serons armés », et « Ahvaz meurt, mais n’acceptera jamais la déchéance ». Ils ont écrasé les rangs de la police et ont continué leurs protestations.

À Rasht, sur l’avenue Motahari, à l’intersection de Haji Abad, qui est une ancienne zone de Rasht, les manifestants se sont assis à même la rue et n’ont pas cédé à la tentative de dispersion mené par la police. Les Basij ont attaqué à plusieurs reprises les rassemblements de la population et ont arrêté des manifestants, mais la population les a libérés de l’emprise des Basij et des pasdaran et les ont sauvés. Les forces répressives ont également utilisé des gaz lacrymogènes pour attaquer la population. Les femmes courageuses jouent un rôle important dans les mouvements de protestation. Les braves habitants de Rasht ont scandé des slogans pendant les manifestations de vendredi soir : Mort à Khamenei, si nous mourons, nous mourons, nous n’acceptons pas la déchéance, si nous mourons, nous mourons, nous allons reprendre l’Iran.

La courageuse jeunesse de Rasht, en réponse aux militants du Basij qui ont scandé des slogans en faveur de la milice terroriste et criminelle Hezbollah, a scandé « Mercenaire Basij, nous ne voulons pas de la gouvernance des Mollahs. Mort au dictateur … »

A Sari, des manifestants ont protesté contre l’enlèvement d’un homme de 25 ans par des mercenaires en civil à bord d’un véhicule privée. Les mercenaires ont également sévèrement battu un jeune homme sans emploi. Les manifestants se sont précipités pour le défendre et ont affronté les mercenaires. Lors de leurs manifestations, les habitants de Sari ont scandé le slogan « Quittez la Syrie, pensez à nous ! ».

A Hamedan, les Gardiens de la révolution(pasdaran), les Basij et des forces de sécurité en civil ont brutalement attaqué les manifestants et blessé un certain nombre d’entre eux qui s’étaient rassemblés sur la place Boo Ali et scandaient : « A bas la règle du Velayat-e Faqih, Khamenei est un meurtrier, sa gouvernance est nulle, pas Gaza, pas le Liban, ma vie pour l’Iran ». En réponse à ces brutalités, le peuple a brisé les vitres de la Banque agricole et attaqué d’autres bâtiments administratifs. Ils ont scandé aussi : « Mort ou liberté, A bas Rohani, Quittez la Syrie, pensez à nous, le religieux est tranquillement assis à son bureau, les jeunes sont fatigués et sans emploi ».

La population de Qom a organisé ses manifestations nocturnes pendant que les Gardiens de la révolution (pasdaran) et les Basij circulaient à moto à grande vitesse et avec beaucoup de bruit dans les rues de la ville pour semer la terreur. Mais les jeunes braves de Qom, ont manifesté avec les slogans tels que : « Mort à Khamenei, Khamenei est un meurtrier, sa gouvernance est nulle », « Seyyed Ali, honte à toi, quittes le pays », « militaire rejoins ton peuple », « iranien courageux, soutiens, soutiens », « Nous ne voulons pas de clergé britannique, un détournement de moins, et nos problèmes seront résolus ». Les Gardiens de la révolution (pasdaran et les Basij ont attaqué les manifestants.

La population de Sabzewar, scandant « nous allons à la potence, mais n’acceptons pas la déchéance », a attaqué les bâtiments du gouvernement et a affronté les forces répressives. Les Basij ont essayé de se battre en assiégeant les manifestants qui, avec l’unité et la solidarité, ont réussi à leur résister.

Les jeunes passionnés d’Ispahan, en plus du slogan « Mort à Khamenei », se sont moqué du Guide Suprême sanguinaire, connu au sein de la population comme Ali le mendiant, en scandant : « Seyed Ali, désolé, il est temps de se réveiller ! »

À Qazvin, l’attaque des Basij sur les manifestants qui se trouvaient à l’intersection de Khayyâm a conduit à l’affrontement. Les manifestants ont scandé les slogans « Pas Gaza, pas le Liban, ma vie pour l’Iran » et « Indépendance, Liberté, République iranienne », « Crie, compatriote, obtiens tes droits ». Et ils ont réussi à libérer des jeunes des mains des Basij.

Les habitants de Bojnurd ont poursuivi la manifestation vendredi sous un ciel assombri avec des slogans tels que « Vous utilisez l’Islam, pour réprimer la population », « braves iraniens courageux, soutiens, soutiens ! », et ont affronté les agents.

Les mercenaires du régime ont attaqué la population de Qouchan afin d’empêcher les manifestations de nuit, des individus ont été entraînés dans le conflit et la population a réussi à les repousser.

À Shiraz, les manifestants ont scandé des slogans tels que : « Mort à Khamenei » « Char, canon, feu d’artifice, les Mollahs doivent être tués. »

A Zahedan, les manifestations populaires étaient accompagnées du slogan de « Quittez la Syrie, pensez à nous ! » Et à Ghaemshahr, le slogan était « l’iranien meurt mais ne succombera pas. »

Le Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne
Le 29 décembre 2017